CHASSE ACTU

Pigeon ramier



pigeon ramierAppelé aussi " Palombe " dans le Sud-Ouest de la France, le pigeon ramier " Columba palumbus " appartient à la famille des colombidés. Les deux sexes présentent un plumage gris bleu et un poids similaires (500g en moyenne).

 

Caractéristique :

Les taches blanches du cou et du bord de l'aile permettent de le différencier aisément de ses proches parents : le pigeon biset et le pigeon colombin. Les jeunes ont des liserés roussâtres sur les plumes couvrant les ailes et n'acquièrent les taches au cou qu'après leur première mue.

 

Comportement et reproduction :

Le pigeon ramier est présent sur la majeure partie de l'Europe. A l'origine, c'est un habitant des grands massifs forestiers, mais on le rencontre à présent aussi bien dans les zones cultivées que dans les villes qu'il a colonisé récemment. Le pigeon ramier est un nicheur commun en France, à l'exception du Sud-Ouest et la région Provence-Côte d'Azur, où il semble pourtant peu à peu renforcer sa présence.

Il est généralement absent des zones d'altitude supérieure à 2 000 m. C'est dans la moitié occidentale du pays que l'on trouve les plus fortes abondances et c'est aussi là qu'elles augmentent le plus fortement ces dernières années.

Les chants territoriaux peuvent débuter dès fin février mais augmentent surtout à partir de mars pour durer jusqu'en septembre. Le mâle effectue également des vols en chandelle accompagnés de claquements d'ailes, suivis d'une descente en vol plané. Le nid, fait de branchages, est établi dans un arbre, souvent dissimulé dans du lierre.

La saison de ponte s'étend de mars à septembre et comprend deux ou trois pontes, de 2 œufs blancs chacune. L'incubation dure 17 jours.Les adultes nourrissent les poussins avec un " lait " sécrété par le jabot, puis rapidement avec des graines et végétaux. Les jeunes peuvent quitter le nid dès l'âge de 15 jours mais deviennent indépendants entre 20 et 30 jours. Bien que beaucoup de pontes échouent pendant l'incubation, un couple produit en moyenne un peu plus de deux jeunes par an.

 

Parc de chasse de Baville

Alimentation :

Son régime alimentaire est quasi-exclusivement végétal, mais il sait faire preuve d'opportunisme et tirer profit de différentes ressources selon leur disponibilité. Pendant la reproduction il consomme des légumineuses, semis et graines de céréales, des fruits et des feuilles de plantes sauvages.


En automne-hiver, il affectionne les glands, faines et maïs ainsi que les semis d'automne et les repousses de colza. Les poussins peuvent également recevoir en faible quantité des invertébrés (vers ou escargots). Si lors de la reproduction les pigeons ramiers se nourrissent seuls ou en couple, ils peuvent former des groupes de plusieurs milliers d'oiseaux en hiver dans les cultures.

 

Migration :

Sur l'ensemble du territoire le pigeon ramier est considéré comme sédentaire. En revanche, les populations du Nord et de l'Est de l'Europe sont migratrices. Elles arrivent en France par centaines de milliers entre fin octobre et début novembre. Certaines populations franchissent alors les cols des Pyrénées pour atteindre leur quartier d'hivernage dans les forêts de chênes d'Espagne et du Portugal, alors que d'autres passent l'hiver dans le Sud-Ouest de la France, se nourrissant sur les chaumes de maïs. De mi-février à mi-avril, la migration a lieu en sens inverse.

 

Gestion de l'espèce :

Cette espèce est chassée partout en France. Des techniques traditionnelles de capture sont utilisées en période de migration par les chasseurs du Sud-Ouest : ce sont les palombières en plaine, et les pantes dans les cols montagneux.

En tant qu'espèce, le pigeon ramier présente une bonne santé démographique, et devrait voir ces effectifs reproducteurs encore augmenter ces prochaines années en France. Ce constat doit cependant être nuancé à l'échelle des populations. Ainsi, la population des migrateurs trans-Pyrénéens subit un déclin constant depuis quelques décennies auquel il conviendrait de répondre par une gestion adaptée des prélèvements et une surveillance renforcée des zones d'hivernage et de reproduction. Sur notre territoire, certaines populations pâtissent du traitement des semences de pois par des produits phytosanitaires toxiques pour les oiseaux. Les remembrements excessifs en secteur bocager peuvent également provoquer des chutes locales de l'abondance des couples reproducteurs.

Enfin, le développement de grandes monocultures intensives et la disparition consécutive de ressources alimentaires alternatives peut amener le pigeon ramier à se rabattre sur ces cultures et provoquer des dégâts significatifs.


Le devenir de cette espèce dépendra de notre capacité à effectuer des prélèvements adaptés à la biologie des différentes populations qui la composent et à une gestion raisonnée de ses habitats de reproduction et d'hivernage.

Communauté