CHASSE ACTU

Chasse Passion : 1er site de chasse en France

Faisan vénéré



faisan vénéréLe faisan vénéré est un galliforme comme le faisan commun, la poule domestique, la caille et les perdrix. Originaire des régions boisées du centre et du nord de la Chine, il a été introduit en Angleterre en 1831, puis en France en 1870.

Le faisan vénéré est actuellement peu représenté en France. Dans une dizaine de départements quelques populations naturelles se sont constituées. Dans une dizaine d'autres il se maintient grâce à des repeuplements réguliers. Il est peu présent dans le sud.

Les densités peuvent atteindre 5 à 30 oiseaux/100 ha selon la qualité des milieux. Les effectifs doublent habituellement en fin d'été. L'espèce apparaît tolérante même lorsqu'elle cohabite localement avec le faisan commun et ne nuit pas aux espèces autochtones.

 

Caractéristique :

Approximativement de la taille du faisan de colchide, le faisan vénéré a une tête blanche avec un large bandeau noir au niveau du front, partant des yeux jusqu'à la nuque. Une petite tache blanche macule l'arrière de l'oeil, la tête est séparée du corps par un étroit collier noir, le reste du plumage est brun doré, avec des plumes bordées par un liseret noir, la base des ailes est blanche, l'extrémité des ailes étant liserée de marron. Les plumes de la queue sont rousses, barrées de noir est peuvent atteindre 1m80.

 

Parc de chasse de Baville

Comportement et reproduction :

Il fréquente surtout les forêts de feuillus avec une préférence pour les forêts chênes et les taillis sous futaies. Comme tous les faisans il vit à proximité des lisières et des points d'eau. Il se nourrit à terre, il se perche pour dormir. Son vol est rapide bruyant au départ, mais de faible longueur.


Le faisan vénéré est une espèce peu grégaire, les bandes ne vont guère au delà de 8 à 10 oiseaux. La saison de reproduction intervient entre mi-mars et mi-juillet. Habituellement, il est silencieux, mais le mâle se fait remarquer en cette période par ses cris. Le mâle est généralement monogame mais ce n'est pas une règle.

Le nid est placé à terre, habituellement sous un buisson ou dans l'herbe. Il est construit d'aiguilles de pin ou de brindilles, d'herbes et de feuilles.

Le couple produit généralement une nichée par an, elle peut en produire une seconde, moins prolifique lorsque la première n'aboutit pas, généralement suite à un acte de prédation sur la mère ou sur la couvée.


La femelle pond de 6 à 10 oeufs. L'incubation dure entre 24 et 26 jours, assurée par la femelle seule.

Vers l'âge de 8 semaines, la famille se disloque, les petits deviennent autonomes, ils rejoignent les autres adultes, les mâles le groupe des mâles et les femelles le groupe des femelles.

 

Alimentation :

Il est omnivore, il se nourrit principalement de baies, de graines, de végétaux, de céréales, de glands, de faines, de rhizomes, d' insectes, de petits serpents et de vers de terre.

 

 



faisan vénéréLe faisan vénéré est un galliforme comme le faisan commun, la poule domestique, la caille et les perdrix. Originaire des régions boisées du centre et du nord de la Chine, il a été introduit en Angleterre en 1831, puis en France en 1870.

Le faisan vénéré est actuellement peu représenté en France. Dans une dizaine de départements quelques populations naturelles se sont constituées. Dans une dizaine d'autres il se maintient grâce à des repeuplements réguliers. Il est peu présent dans le sud.

Les densités peuvent atteindre 5 à 30 oiseaux/100 ha selon la qualité des milieux. Les effectifs doublent habituellement en fin d'été. L'espèce apparaît tolérante même lorsqu'elle cohabite localement avec le faisan commun et ne nuit pas aux espèces autochtones.

 

Caractéristique :

Approximativement de la taille du faisan de colchide, le faisan vénéré a une tête blanche avec un large bandeau noir au niveau du front, partant des yeux jusqu'à la nuque. Une petite tache blanche macule l'arrière de l'oeil, la tête est séparée du corps par un étroit collier noir, le reste du plumage est brun doré, avec des plumes bordées par un liseret noir, la base des ailes est blanche, l'extrémité des ailes étant liserée de marron. Les plumes de la queue sont rousses, barrées de noir est peuvent atteindre 1m80.

 

Comportement et reproduction :

Il fréquente surtout les forêts de feuillus avec une préférence pour les forêts chênes et les taillis sous futaies. Comme tous les faisans il vit à proximité des lisières et des points d'eau. Il se nourrit à terre, il se perche pour dormir. Son vol est rapide bruyant au départ, mais de faible longueur.


Le faisan vénéré est une espèce peu grégaire, les bandes ne vont guère au delà de 8 à 10 oiseaux. La saison de reproduction intervient entre mi-mars et mi-juillet. Habituellement, il est silencieux, mais le mâle se fait remarquer en cette période par ses cris. Le mâle est généralement monogame mais ce n'est pas une règle.

Le nid est placé à terre, habituellement sous un buisson ou dans l'herbe. Il est construit d'aiguilles de pin ou de brindilles, d'herbes et de feuilles.

Le couple produit généralement une nichée par an, elle peut en produire une seconde, moins prolifique lorsque la première n'aboutit pas, généralement suite à un acte de prédation sur la mère ou sur la couvée.


La femelle pond de 6 à 10 oeufs. L'incubation dure entre 24 et 26 jours, assurée par la femelle seule.

Vers l'âge de 8 semaines, la famille se disloque, les petits deviennent autonomes, ils rejoignent les autres adultes, les mâles le groupe des mâles et les femelles le groupe des femelles.

 

Alimentation :

Il est omnivore, il se nourrit principalement de baies, de graines, de végétaux, de céréales, de glands, de faines, de rhizomes, d' insectes, de petits serpents et de vers de terre.

 


Quizz


Participez à nos jeux de chasse et testez vos connaissances. Devenez incollable sur l'univers de la chasse : chiens de chasse, modes de chasse, armes de chasse, gibiers (pigeons, bécasses, sangliers...).

Communauté

  • jeanmi43s histoires de chasse
    11 heures Il y a 17 minutes

    La situation était des plus critiques, car partout c'était la mort en perspective. En brave, qui n'ignore pas que c'en est fait de lui, mais qui du moins veut lutter jusqu'au bout et vendre chèrement sa vie, le sanglier vint s'adosser contre le mur et fit tête à la meute grouillante et mordante qui en un instant l'assaillit de tous cotés, cherchant à le saisir aux écoutes.
    Raidissant ses membres puissants et se secouant de droite et de gauche, le ragot se débarrassa de la grappe dévorante qui lui tenaillait la chair, puis, comme la foudre, tombant au milieu des chiens,

    jeanmi43s il décousit en moins de temps qu'il n'en faut pour l'écrire, trois des plus mordants, puis, de nouveau vint s'acculer au mur. L'œil en feu, les soies hérissées, le ragot était vraiment superbe d'attitude à cette heure, et bien que blessé déjà et perdant son sang en abondance, il semblait de taille et de force à continuer longtemps encore la lutte.
    La brisée, qui mieux que tout autre le comprenait, avait saisi sa carabine et il épaulait déjà prêt à faire feu, quand Matador, bien que blessé lui même, s'élança sur le sanglier et le saisissant à l'écoute de gauche, s'y cramponna si bien que ce dernier malgré tous ses efforts, ne put parvenir à se débarrasser de son étreinte.
    Alors commença une lutte épique: les chiens acharnés à sa perte lui infligeaient les plus terribles morsures; lui de son coté ripostait vaillamment en frappant à droite et à gauche et à chaque coup répondait un hurlement plaintif, tandis que l'un des chiens roulait le flanc ouvert, les intestins pendant sur le sol.
    Mis dans l'impossibilité de tirer dans la crainte de blesser les chiens, La Brisée allait se décider à servir l'animal au couteau de chasse, quand ce dernier, tiraillait en tous sens, réduit aux abois, et se sentant à bout de forces, parvint par un dernier effort, à gagner la tourbière et se précipita tête baissée dans l'abîme entrainant avec lui ses plus mortels ennemis.
    "Tonnerre de Brest!" s'écria le piqueur en se précipitant à bas de son cheval pour se porter au secours des chiens.
    Il était trop tard hélas! le sanglier, poursuivant son œuvre vengeresse, s'était éloigné du bord et se trouvait hors de portée, il enfonçait peu à peu, et son petit œil perçant, lançait des éclairs en fixant la rive, sur laquelle restaient immobiles les témoins de cette scène étrange.
    Quelques instants plus tard, tout était terminé, les victimes avaient disparu à jamais, et la tourbière avait repris son allure endormie.
    Le retour fut triste; ne venions nous pas de perdre nos meilleurs chiens de tête. C'est égal, c'était un brave que ce ragot, et il est mort au champ d'honneur!

    (C.d'Amezeuil.1883)
    10 heures Il y a 30 minutes
  • jeanmi43s uploaded a video.
    Il y a 2 jours
  • Webmaster uploaded a video.
    Il y a 3 jours