Actualité de la Chasse Chasse à l'étranger Au Botswana, les villageois réclament la réouverture de la chasse



C’est lorsque la chasse est interdite que l’on peut se rendre compte de son rôle, primordial pour le développement et la vie tout simplement dans certaines régions du monde.

L’exemple nous provient du Botswana, cet état d’Afrique dont le gouvernement a décidé d’interdire la chasse de toutes espèces d’animaux sauvages. L’objectif est de protéger la faune, et plus particulièrement les éléphants, emblématiques au Botswana, qui sont les premières victimes des braconniers. Interdire la chasse dans l’espoir de limiter le braconnage, cet amalgame cause du tors aux chasseurs passionnés mais également aux populations locales. En effet, cette année, les pachydermes s’en donnent à cœur joie sur les récoltes, déjà faibles et si compliquées à obtenir dans cette région d’Afrique. Un nouveau problème est donc posé, les moyens manquent désormais aux villageois pour lutter efficacement contre l’envahissement de leurs terres par les éléphants.

Très limitée, la chasse des éléphants au Botswana offrait une source de revenus non négligeable quand on sait qu’un trophée se vend généralement pour plusieurs dizaines de milliers de dollars, le rôle de la chasse prenait tout son sens car les éléphants abattus étaient rigoureusement sélectionnés. Les villageois ne disposent désormais de plus aucune arme pour protéger leurs cultures, les rangers qui assurent une lutte anti-braconnage et plus généralement le maintient de l’ordre dans le gigantesque parc, craignent que les habitants, excédés de voir leurs cultures ruinées, n’abattent sans distinction des pachydermes. « Avant, on disait aux villageois protégés les espèces pour en tirer des bénéfices, maintenant ce n’est pas évident de changer les mentalités et de dire protégés, mais protéger dans quel but ? » s’interroge Amos Mabuku, président du fonds de conservation de l’Enclave de Chobe, un regroupement de quatre villages pour lesquels la chasse rapportait plus de 400 000$ de revenus par an.

Laisser un commentaire

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici