VOTRE NOM D'UTILISATEUR

VOTRE EMAIL




J'ai déjà un compte
Chasse Passion
Nom d'utilisateur

Mot de passe

Mot de passe oublié

Je n'ai pas encore de compte



Accédez au meilleur de Chasse Passion en vous inscrivant gratuitement en quelques clics


MOT DE PASSE PERDU
VOTRE EMAIL



A bientot
 

Conneries d’Internet

10 sujets de 1 à 10 (sur un total de 10)
  • Auteur
    Messages
  • #4383148
    ordreduroi
    • Postes : 1310

    Bonjour je crée 1 nouveau post pour partager les connerie que l’on peut trouver sur internet
    Vous pouvez posté n’importe quoi mais du texte serait mieux si possible

    #4839607
    ordreduroi
    • Postes : 1310

    Allez je commence c’est a pleurer de rire

    Je suis Nathalie, la trentaine, mariée, brune, mince, assez grande. Sans être spécialement belle, je suis encore suffisamment bien faite pour faire retourner certains hommes à mon passage.

    Cela faisait un moment que nous étions gênés par une vieille, grosse souche dans le jardin. Nous avions essayé Nicolas et moi de lattaquer mais sans succès. Cet été nous avons donc fait appel à un bûcheron pour nous en débarrasser.

    Le jour du rendez-vous, une chaude journée de juin, jai pris un jour de RTT, pour ouvrir et accueillir le bûcheron. Il est arrivé assez tôt le matin et sest vite mis au travail.

    Entre deux occupations dans la maison, je jetais parfois un coup sur son activité. Il portait soit un casque à visière quand il travaillait à la tronçonneuse, soit un large chapeau pour se protéger du soleil quand il utilisait sa hache.

    En fin de mâtinée, je minstallais pour bronzer sur mon transat sur la terrasse. Jétais en bikini mais il me semblait suffisamment décent pour mexposer avec.

    Vers midi il sarrêta pour sa pause déjeuner. Je linvitais à se joindre à moi sur le salon de jardin. En short et torse nu, je regardais cet ouvrier. Il avait un corps musclé mais très mince, très sec, quelques poils sur la poitrine et sur le ventre. Il avait une odeur terriblement virile. Il sentait la transpiration de quelquun de propre qui travaille au soleil, pas la puanteur de ceux qui sentent le vêtement pas frais dans les transports en commun. A son odeur dhomme était mélangé le parfum de la sciure de bois, de la graisse de machine. Il avait travaillé durement, et bien avancé. Il ne lui restait qua brûler les morceaux restants et nettoyer autour.

    Le repas pris rapidement il retourna travailler. Je reprenais ma séance de bronzage. Javais à présent du … détacher mon regard de cet homme, de cette virilité en action. Plusieurs fois nos regards se croisèrent, lui aussi me regardait souvent.

    Enfin il avait terminé, je lui proposais une boisson fraîche et aussi une douche. Il accepta sans problème car il était sale et trempé de sueur. Je le guidais à la salle de bain et lui montrais la douche, linvitant à patienter le temps que jaille lui chercher une serviette.

    Quand je revenais avec ma serviette de bain, jentendais le bruit de la douche. Jhésitais un moment devant la porte, entrer ou non. Je me décidais enfin, je naurais quà déposer la serviette à proximité et il la trouverait en sortant de la cabine. Dans la salle de bain je ne pus mempêcher de regarder à travers le verre brouillé. Je voyais ses bras et ses jambes bronzés, le reste de son corps plus blanc, la zone noire des poils de son pubis.

    Avant que je ne puisse quitter la pièce, il coupa leau et ouvrit la porte. Je me trouvais face à lui. Il tendit le bras pour prendre la serviette, je lui donnais. Il commença à sessuyer, entama la conversation, sans lombre dune gêne.

    Je regardais son corps nu, et régulièrement son sexe qui commençait à se tendre. Quand il fût sec, il bandait complètement. Son sexe était à limage de lhomme, plutôt fin, pas énorme, mais terriblement droit et il semblait si dur.

    Il sapprocha, posa ses mains sur mes joues et me donna un baiser. Je le pris par la main et lemmenais dans ma chambre.
    Arrivés, il défit mon haut de maillot de bain, enleva la culotte, me coucha sur le lit et il vint se coucher sur moi.

    Je nen croyais pas son attitude, ni la mienne, il nallait tout de même pas comme ça.

    Mais si. Son sexe dur vint à lentrée du mien et me pénétra sans problème tant jétais excitée. Il avait manifestement de lexpérience. Il bougea doucement dabord, ses mouvements me firent mouiller davantage encore puis plus fort, régulièrement. Mon plaisir montait vite, bientôt je gémissais dans les bras de cet inconnu, réclamant quil me prenne plus fort. Il prit son temps malgré ma demande, et moi je perdais le contrôle, quand je commençais à jouir et que je le suppliais de venir alors il mempoigna fermement sous les fesses et me baisa de toutes ses forces. Cétait trop, jécartais les cuisses au plus grand et contrairement à mon habitude jai crié de plaisir quand il est venu en moi.

    Ensuite nous nous sommes assoupis dans les bras lun de lautre, ma tête posée sur son épaule. Quand je méveillais nous étions dans la même position. Je me sentais bien contre lui. Ma main parcouru sa poitrine, son ventre plat et inévitablement elle finit sur son sexe encore au repos. Je le pris, le serrais, le caressais, très vite il durcit dans ma main et jeu envie de le prendre dans ma bouche. Un doute me traversa lesprit, que penserait il de moi ? Mais quimporte, je ne le reverrai jamais. Je me déplaçais et commençais à sucer ce beau sexe dur. Il se laissa faire longtemps, immobile, soupirant de plaisir. Je me régalais de sa bi.., ses soupirs mexcitaient, je me sentais une folle envie de la faire jouir dans ma bouche.
    Ma position lui présentait ma chatte, il entreprit bientôt de me la doigter. Je ne voulais pas, désirant me concentrer sur son plaisir, je bougeais les reins pour que ses doigts me quittent. Mon geste fut mal compris et quittant ma chatte il enfonça son doigt profondément entre mes fesses. Je le suçais de plus belle, je le sentais proche, ses reins se cambraient mais à linstant où je pensais quil allait jouir il marrêta et minvita sur lui.
    Je lenfourchais vite et encore une fois le plaisir arrivait vite. Plusieurs fois il me fit ralentir pour pouvoir se retenir. Il saisit ma main et la guida sur mon sexe minvitant à me caresser. Dans ce plaisir plus rien ne me choquait. Sans honte je me touchais en mactivant sur sa queue, javais limpression de vivre un long orgasme, interminable.
    A la fin il me saisit à la taille et me donna de gros coups de reins qui me faisaient décoller jusquà ce quil jouisse dans un râle énorme..

    Bien vite il fallut nous quitter. Je navais pas réglé sa facture, mais il promit de repasser me lapporter.

    Pris ici
    http://forum.aufeminin.com/forum/couple2/__f150151_couple2-Le-bucheron.html

    #4839608
    ordreduroi
    • Postes : 1310

    Putain, je suis en panique totale, désolé d’avance pour les éventuelles fautes.

    Ca s’est passé en me réveillant ce matin aux alentours de 7h, comme tous les matins. Je me dirige vers le salon pour prendre le petit déj’ comme d’hab et me mettre sur le canap’.
    sauf que j’avais oublié un détail : ma mère avait invité une amie pour la nuit et ‘lavait fait dormir sur le canapé du salon, elle dormait encore (ma mère aussi)
    le problème, c’est que je fantasme atrocement sur cette amie de ma mère depuis longtemps (genre grosse milf à forte poitrine…)

    Bref, elle dormait paisiblement et en me dirigeant pour prendre mon bol, une pensée m’a foudroyée l’esprit. Je me suis souvenu l’autre jour avoir lu un topic sur le forum d’un mec qui devenait fou à l’idée de frotter son phallus sur le manteau de sa cousine en cachette. Je dois avouer que ce genre de pratique ne me laisse pas indifférent moi non plus.

    Antilopa (c’est son nom) était donc sagement endormie sur le canap’ et il m’est venu une drôle d’idée. Une idée qui va me mener à ma perte, car elle a mal tournée.
    Je me suis dit que je reverais qu’elle me suce le gland, et ce depuis toujours. évidemment ce n’était pas possible. Alors j’ai décidé d’opérer de façon alternative.
    J’ai décidé de lui préparer le petit déj’ avant d’aller la réveiller tout en lui offrant une cuillère et une tasse préalablement entrées en contact avec ma verge. J’ai du coup entrepris l’affaire.
    M’assurant qu’il n’yavait aucun danger, j’ai sorti mon cailbre dans la cuisine et ai commencé à recouvrir les ustensiles dans les moindres recoins avec mon gland…
    jusqu’au point de totalement bander comme un taureau ! oui j’ai honte…

    Bref, j’ai continué, ne cessant de penser aux contact prochain de ses lèvres sur cette douce tasse…
    sauf que, je suis allé trop loin. Et j’ai littéralement éjaculé un torrent dans la tasse (je ne m’étais pas vidé depuis sept jours…)
    Retrouvant tout juste ems esprits après cet acte de plaisir, toujours la bite en main et la tasse remplit d’un succulent nectar blanchatre, j’attends ma mère descendre les escaliers (elle dort dans une chambre ne haut)
    pris de panique, quel ne fut pas mon premier réflexe…
    j’ai rempli la tasse avec le café par-dessus mon sperme. Oui, j’ai fait ça. résultat le mélange s’est révélé un peu bizarre mais j’ai pensé que ça passerait. ET je me suis rhabillé en vitesse juste avant que ma mère n’ouvre.
    Là, le drame arrive.
    Ma mère rentre : « Oh, mon petit tigre (surnom qu’elle me donne…), tu as préparé le café à ta maman que tu aimes, c’est si mignon »
    Je me suis efforcé de lui faire comprendre qu’à la base je voulais faire plaisir à Antilopa, seulement puisque elle dormait elle était déterminée à ne pas la réveiller…
    du coup, je ne pus éviter l’inévitable. Ma mère s’est emparé du café, devant mes yeux ébahis. Mes battements cardiaques accélérés, prenant conscience que ma mère allée ingurgiter le sperme de son propre fils d’une seule traite.
    Je ne pouvais subir cela. Alors j’ai disjoncté. Complétement pété un cable. J’ai ressorti ma bite devant ma mère et j’ai hurlé : « Ne fais pas ça Brigitte (c’est le nom de ma mère), cette tasse s’est vue empoisonnée par le saint nectar de Dracula, l’enfant de la nuit est venu m’en informé cette nuit même !! ne bois surtout pas cette tasse de café ! »
    Ce à quoi elle répliqua « Qu’est-ce qui te prends ? Rhabille-toi voyons ! »

    Merde, pourquoi j’avais ressorti ma bite ? C’en était trop. J’ai attrapé le couteau électrique et l’ai allumé avant de sauté sur ma mère. Et je l’ai tuée. Putain les mecs, je crois que je l’ai tuée. J’en reviens toujours pas. Tout ça pour une pulsion sexuelle affolante, voilà où j’en suis !!!
    alors je ne pouvais pas rester comme ça, surtout que j’entendis du bruit au salon ! forcément l’alimentation électrique venait d’éveiller l’amie de ma mère. Au point où j’en étais, j’ai continué dans ma folie.
    Elle ouvrit la porte et n’eut même pas le temps d’apprécier le sepctacle que je me suis mis à lancer le « Harlem Style » Elle est restée plantée, horrifiée. Au moment où le chanteur lança les paroles, je découpa les memebres de ma mère et les fit voler dans la pièce en harmonie avec la musique sous une effusion de sang.

    Et j’ai rebandé. Putain, j’ai bandé comme un putain de taureau, et j’avais toujours pas remonté mon froc merde !!!
    J’ai sauté au cou de l’amie de ma mère et lui ai dit « Tout ça c’est ta faute, t’avais qu’à me sucer la bite salope ça ne serait pas arrivé !
    maintenant tu vas la gober pour te faire pardonner ma cochonne »
    Une goutte de sperme perlée le long de mon gland bouillant.
    Je lui avais sauté dessus le couteau électrique à la main. Je l’avais transperçé elle aussi, mais au moins ma bite était au chaud dans sa gorge, ses larmes chaudes coulées le long de son visage alors que son sang s’écoulait lentement.

    J’ai éjaculé. Tellement. C’était un plaisir merveilleux.

    J’ai tout laissé comme ça dans la cuisine, j’ai juste pris soin de fermer la porte avec un cadenas, je me suis réfugié dans la chambre en position foetale avec ma peluche snoopy et envisage de quitter le pays et changer d’identité.

    Les mecs, je fais quoi emrde ? J’ai deux personnes inanimées dont ma mère dans la cuisine, tout ça à cause d’une pulsion !!
    et en plus de ça, j’ai toujours la bite à l’air.
    help, j’espère que ce n’est qu’un rêve et que je vais me réveiller au plus vite.

    Putain j’ai trop rigoler que j’en est mal o ventre

    #4839609
    ordreduroi
    • Postes : 1310

    Et vous pas de connerie ??

    #4839610
    ordreduroi
    • Postes : 1310

    Je UP le sujet car pas de réponse …..

    #4839611
    ordreduroi
    • Postes : 1310

    Up

    #4839612
    SANKA17
    • Postes : 576

    T’es completement malade m1;dr :x m1;dr tu cherchais quoi pour trouver des truc comme sa :?: :deho:rs

    #4839613
    ordreduroi
    • Postes : 1310

    J’ai taper « forum bucheron « sur google car j’aimerai partager ma connaissance et mon savoir faire notamment sur les machine et Pfffff les connerie d’Internet …….

    Le deuxième j’ai taper « je crois que j’ai fait une grosse connerie  » sur google sur pour voir et je suis tombé sur sa
    Donc je vous fait profité

    #4839614

    un truc qui a rien a faire ici lool

    #4839615
    le correzien
    • Postes : 2180

    @ordreduroi wrote:

    J’ai taper « forum bucheron « sur google car j’aimerai partager ma connaissance et mon savoir faire notamment sur les machine et Pfffff les connerie d’Internet …….

    Le deuxième j’ai taper « je crois que j’ai fait une grosse connerie  » sur google sur pour voir et je suis tombé sur sa
    Donc je vous fait profité

    pas de connerie mais tu connais quoi comme engin d’ébusqueur, porteur, abateuse, abateuse groupeuse ….

10 sujets de 1 à 10 (sur un total de 10)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

[Vidéo] Quand tu comprends d’où viennent les dégâts 🐗

Impressionnante vidéo, pas forcément de France, mais peut-être d'Allemagne ou des pays de l'est, qui nous montre à quel point les sangliers sont des...