VOTRE NOM D'UTILISATEUR

VOTRE EMAIL




J'ai déjà un compte
Chasse Passion
Nom d'utilisateur

Mot de passe

Mot de passe oublié

Je n'ai pas encore de compte



Accédez au meilleur de Chasse Passion en vous inscrivant gratuitement en quelques clics


MOT DE PASSE PERDU
VOTRE EMAIL



A bientot
 

La battue de la peur

Ce sujet a 148 réponses, 41 participants et a été mis à jour par  sdi, 24 février 2017 à 10 h 52 min.

10 sujets de 131 à 140 (sur un total de 149)
  • Auteur
    Messages
  • #4819034

    white hunter
    • Postes : 1515

    Je chasse dans le Cantal depuis un peu de temps déjà. La philosophie y a du bon et du mauvais. Il faudrait au moins que le gars qui te poste te dise où tu peux tirer, où sont à priori les voisins et d’où viendra la traque.

    Quand tu juges que si tu t’avances ou si tu te déplaces un peu, tu pourras tirer dans de meilleures conditions, tu peux le faire, c’est plutôt bien. Un randonneur, un promeneur ne mettent pas d’orange et ils ne sont pas « open » pour autant. Dans la Marne on m’avait dit que je ne pouvais pas bouger, même pour un besoin naturel.

    Dans la commune où je chasse, ce fut à une époque le pays de la peur, quelques gars manquant de sang-froid voyaient les bêtes, mais pas le reste… On ne les virait pas, ils étaient des ayant-droits et étaient très gentils. L’un d’eux devint même un honnête tireur au bout de quarante ans de tâtonnements. Voir ici :

    http://blancchasseur.blogspot.fr/2016/06/hommages-collateraux.html

    L’avantage de ces territoires, fort montagneux, est cet ensemble de creux et de bosses qui pardonne à peu près tout. Chasser en battue en Sologne, et même en Bresse à peine vallonnée me semble terriblement dangereux quoiqu’on fasse. Dans l’Hérault je me sens tranquille aussi, sous le Larzac et dans ses pentes.

    Toujours dans ce Cantal chargé des tares des pays les plus rudes, la distribution des postes conduit assez souvent à ce que 20 % des chasseurs tuent 80 % des pièces. C’est juste honteux. Et la moitié des grands cervidés ou presque est perdue, blessée et non recherchée.

    J’aime la battue pour l’ambiance d’après-battue, mais s’il y avait de l’approche aux grands cervidés, je crois bien que je laisserais les battues de côté, bien plus à cause des animaux blessés que de la sécurité. Hier une chasse sympa, sans animal blessé: http://www.chassepassion.net/le-forum/12/22355?p=524462#p524462

    Il ne faut pas se voiler la face, la chasse en battue est la chasse la plus risquée quoiqu’on fasse. Et aussi, en chasse à l’approche mon arme est TOUJOURS approvisionnée (et en sécurité), que je chasse seul ou à deux, sauf si j’ai un partenaire qui ne veut pas cela. Je connais des jeunes et des vieux qui ont passé des heures à s’entraîner à faire monter une balle sans bruit.

    Se chieront-ils dessus un jour dans une maison de retraite grâce à leur parfaite prudence ?

    #4819035

    Razor2
    • Postes : 89

    Merci pour ce retour. J’ai la chance d’avoir constaté que cette ACCA, que je ne nommerai pas bien sur, est constituée de gens attachants avec lesquels j’ai déjà crée des liens! :mrgreen: Il est vrai que le relief aide à diminuer les risques liés à ce que j’ai pu raconter dans mon précédent message.

    #4819036

    sim09
    • Postes : 3306

    @razor2 wrote:

    J’apporte mon expérience de cette année, première saison, ou, à 41 ans, je pratique la battue au gros gibier (sangliers, cerfs) dans une chasse communale du Cantal.
    La société est ancestrale, et la moyenne d’âge, comme à beaucoup d’endroits j’imagine, très avancée. Les gars chassent ensemble sur ce secteur depuis des décennies et ont pris des habitudes pas toujours bonnes, loin de là.
    Le matin, au rendez vous, après enregistrement sur le carnet de battue, le président annonce le secteur que l’on va chasser. S’engage alors le débat sur les postes où des chasseurs doivent être affectés: « il en faut trois le bord du pré de Marcel: bébert, tu prends Jojo et Marcel, et vous y allez! Ensuite, il en faut deux dans la plantation à Machin! Philou et René, allez y »…etc jusqu’à ce que tous les chasseurs partent….sauf que du coup, vous savez où se trouvent le ou les deux-trois collègues qui sont partis avec vous, mais pas forcément les 15 autres…
    Et du coup on sait même pas où les chiens sont lâchés…Deux en bas, trois en haut, quatre sur la gauche….Consignes de tirs? Aucune, démerdez vous…L’autre jour, mon voisin me poste (je connais pas le territoire). Je lui demande: « tu te fous où toi? » « le long du bois un peu plus loin, sur le chemin ». Ok, vu ma position,à l’angle d’un pré, impossible qu’on se tire dessus….sauf que 30 minutes après, je sursaute en apercevant son gilet fluo à l’angle du bois, à 30 mètres de moi…Le gars avait bougé, sans me prévenir, pour venir presque se coller à moi…Sachant que la plupart des chasseurs là bas, ont des carabines.
    L’autre jour, je leur pose une question sur mon arme, car j’ai investi dans une carabine semi-auto. Lors d’une battue, en arrivant au poste, j’ai lâché la culasse en la retenant, pour ne pas qu’elle claque et qu’un animal entende le bruit à 200 mètres. Résultat, l’arme ne s’est pas correctement chargée (la balle n’a pas été prise). Des chasseurs m’ont dit « moi je charge la première balle à la voiture, et je vais au poste (carabine à la bretelle bien sur) avec la sécurité….génial….Ben tant pis, je préfère laisser claquer ma culasse au poste mais pas prendre le risque de me flinguer ou de flinguer un autre chasseur.
    Bref, pour l’instant, après deux mois de chasse, je n’ai pas eu de moment de frayeur (hormis en 4×4, car là bas, comme à de nombreux endroits j’imagine, ils prennent les voitures pour « couper » la route aux sangliers sortis de la traque…) Faut dire que l’attribution en cervidés est très limitée et les cochons, qui ne sont pas soumis au plan de chasse, ne sont pas en grand nombre, donc le nombre de balles lâchées est faible dans la saison, sachant que le chevreuil est tiré au plomb. De plus, l’ambiance est très bonne et j’ai pas vu de « cow-boy » pour l’instant…A voir pour la suite.

    C’est ce qu’on appelle les progrès faits en matière de sécurité ! Si si, je t’assure !

    #4819037

    sim09
    • Postes : 3306

    @white hunter wrote:

    Je chasse dans le Cantal depuis un peu de temps déjà. La philosophie y a du bon et du mauvais. Il faudrait au moins que le gars qui te poste te dise où tu peux tirer, où sont à priori les voisins et d’où viendra la traque.

    Quand tu juges que si tu t’avances ou si tu te déplaces un peu, tu pourras tirer dans de meilleures conditions, tu peux le faire, c’est plutôt bien. Un randonneur, un promeneur ne mettent pas d’orange et ils ne sont pas « open » pour autant. Dans la Marne on m’avait dit que je ne pouvais pas bouger, même pour un besoin naturel.

    Dans la commune où je chasse, ce fut à une époque le pays de la peur, quelques gars manquant de sang-froid voyaient les bêtes, mais pas le reste… On ne les virait pas, ils étaient des ayant-droits et étaient très gentils. L’un d’eux devint même un honnête tireur au bout de quarante ans de tâtonnements. Voir ici :

    http://blancchasseur.blogspot.fr/2016/06/hommages-collateraux.html

    L’avantage de ces territoires, fort montagneux, est cet ensemble de creux et de bosses qui pardonne à peu près tout. Chasser en battue en Sologne, et même en Bresse à peine vallonnée me semble terriblement dangereux quoiqu’on fasse. Dans l’Hérault je me sens tranquille aussi, sous le Larzac et dans ses pentes.

    Toujours dans ce Cantal chargé des tares des pays les plus rudes, la distribution des postes conduit assez souvent à ce que 20 % des chasseurs tuent 80 % des pièces. C’est juste honteux. Et la moitié des grands cervidés ou presque est perdue, blessée et non recherchée.

    J’aime la battue pour l’ambiance d’après-battue, mais s’il y avait de l’approche aux grands cervidés, je crois bien que je laisserais les battues de côté, bien plus à cause des animaux blessés que de la sécurité. Hier une chasse sympa, sans animal blessé: http://www.chassepassion.net/le-forum/12/22355?p=524462#p524462

    Il ne faut pas se voiler la face, la chasse en battue est la chasse la plus risquée quoiqu’on fasse. Et aussi, en chasse à l’approche mon arme est TOUJOURS approvisionnée (et en sécurité), que je chasse seul ou à deux, sauf si j’ai un partenaire qui ne veut pas cela. Je connais des jeunes et des vieux qui ont passé des heures à s’entraîner à faire monter une balle sans bruit.

    Se chieront-ils dessus un jour dans une maison de retraite grâce à leur parfaite prudence ?

    Super récit pour ton ami Claude !

    #4819038

    white hunter
    • Postes : 1515

    Claude Delorme, que tous les amoureux de la Gravière, un lieu dit, connaissaient.Un homme gentil à l’extrême, un peu dangereux en battue autrefois, mais surtout aimé de tous. Qui s’est battu simplement et courageusement contre son mal.

    #4819039

    sdi
    • Postes : 5521

    @razor2 wrote:

    J’apporte mon expérience de cette année, première saison, ou, à 41 ans, je pratique la battue au gros gibier (sangliers, cerfs) dans une chasse communale du Cantal.
    La société est ancestrale, et la moyenne d’âge, comme à beaucoup d’endroits j’imagine, très avancée. Les gars chassent ensemble sur ce secteur depuis des décennies et ont pris des habitudes pas toujours bonnes, loin de là.
    Le matin, au rendez vous, après enregistrement sur le carnet de battue, le président annonce le secteur que l’on va chasser. S’engage alors le débat sur les postes où des chasseurs doivent être affectés: « il en faut trois le bord du pré de Marcel: bébert, tu prends Jojo et Marcel, et vous y allez! Ensuite, il en faut deux dans la plantation à Machin! Philou et René, allez y »…etc jusqu’à ce que tous les chasseurs partent….sauf que du coup, vous savez où se trouvent le ou les deux-trois collègues qui sont partis avec vous, mais pas forcément les 15 autres…
    Et du coup on sait même pas où les chiens sont lâchés…Deux en bas, trois en haut, quatre sur la gauche….Consignes de tirs? Aucune, démerdez vous…L’autre jour, mon voisin me poste (je connais pas le territoire). Je lui demande: « tu te fous où toi? » « le long du bois un peu plus loin, sur le chemin ». Ok, vu ma position,à l’angle d’un pré, impossible qu’on se tire dessus….sauf que 30 minutes après, je sursaute en apercevant son gilet fluo à l’angle du bois, à 30 mètres de moi…Le gars avait bougé, sans me prévenir, pour venir presque se coller à moi…Sachant que la plupart des chasseurs là bas, ont des carabines.
    L’autre jour, je leur pose une question sur mon arme, car j’ai investi dans une carabine semi-auto. Lors d’une battue, en arrivant au poste, j’ai lâché la culasse en la retenant, pour ne pas qu’elle claque et qu’un animal entende le bruit à 200 mètres. Résultat, l’arme ne s’est pas correctement chargée (la balle n’a pas été prise). Des chasseurs m’ont dit « moi je charge la première balle à la voiture, et je vais au poste (carabine à la bretelle bien sur) avec la sécurité….génial….Ben tant pis, je préfère laisser claquer ma culasse au poste mais pas prendre le risque de me flinguer ou de flinguer un autre chasseur.
    Bref, pour l’instant, après deux mois de chasse, je n’ai pas eu de moment de frayeur (hormis en 4×4, car là bas, comme à de nombreux endroits j’imagine, ils prennent les voitures pour « couper » la route aux sangliers sortis de la traque…) Faut dire que l’attribution en cervidés est très limitée et les cochons, qui ne sont pas soumis au plan de chasse, ne sont pas en grand nombre, donc le nombre de balles lâchées est faible dans la saison, sachant que le chevreuil est tiré au plomb. De plus, l’ambiance est très bonne et j’ai pas vu de « cow-boy » pour l’instant…A voir pour la suite.

    C’est dans beaucoup d’endroit comme ca, rien de plus normal, tout ce passe bien, les gars sont sympa, certains un peu moins mais bon y a jamais eu de problème donc bon ca reste comme ca et puis un beau jour arrive le drame :!: Le fusil était chargé dans la voiture, posé contre un arbre, ca risqué rien de tirer par la bas…. bref ce sera juste un accident de chasse parmi tant d’autres, avant il ne s’était jamais rien passé mais ca s’était avant :?

    #4819040

    white hunter
    • Postes : 1515

    Un drame arrivera un jour ou l’autre.

    La chasse en battue est la chasse la plus dangereuse qui soit en France. Y aller est accepter un peu de risque. Si on veut le réduire, existent la billebaude et l’approche, et l’affût.

    Il y a dans cette peur excessive d’un danger -toutefois bien réel- le refus contemporain de la mort. Une balle, une voiture, une bactérie, une multiplication maligne de cellules nous emportera un de ces jours.

    Si nous échappons à ces occurrences, nous nous retrouverons à nous chier dessus dans une maison de retraite sans même peser à regarder les nichons de la soignante qui nous torchera. Une consolation ?

    #4819041

    Razor2
    • Postes : 89

    Mouaih, enfin je préfère crever dans une maison de retraite à me faire torcher par une infirmière à 95 ans plutôt que de me prendre une bastos tirée par un con en battue à 45…

    #4819042

    white hunter
    • Postes : 1515

    Les meilleurs plans pour vieillir longtemps à la chasse restent de choisir des compagnons de battue fiables, ou la chasse solitaire.

    Et même si l’orange est une merveille pour la sécurité, même si connaître la position de chacun des voisins est une excellente chose, la traque et ses abords peuvent contenir des personnes inattendues … et vêtues de manière discrète.

    Si l’on peut difficilement être la cible d’un tir direct en habit orange hors le cas d’assassinat, être l’auteur d’un tir qui blesse une personne me fait davantage peur. Je me targue évidemment d’identifier ma cible d’abord, mais un ricochet est possible (et même quasi assuré). J’accorde l’importance maximum à cet angle de 30 degrés par rapport à la ligne ou au posté voisin. C’est ma préoccupation de sécurité en battue.

    Les ricochets sont chose impressionnante. Sur une parcelle enherbée et plate, au sol limoneux et sans un caillou, chaque balle ricoche dès 25 ou 30 mètres. En forêt les troncs ont la même fonction de déviation. Et en montagne, toute balle qui a raté sa cible poursuit sa route après contact au sol, en miettes souvent, avec sifflement western parfois.

    #4819043

    sdi
    • Postes : 5521

    Oui WH, le risque zéro n’existe pas c’est une certitude, même en respectant toutes les consignes a la lettre l’imprévu existe :!: D’ailleurs cette nuit dans mon sommeil une météorite peu me tomber sur la tronche :lol: Le souci que nous connaissons tous c’est justement le non respect de ces règles :cry:

10 sujets de 131 à 140 (sur un total de 149)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

[Vidéo] Laurent Gerra chante les écolos sur RTL

L'humoriste et imitateur Laurent Gerra passe tous les matins dans sa chronique humoristique et décalée de la matinale de RTL. Chaque jour il s'arrête...