VOTRE NOM D'UTILISATEUR

VOTRE EMAIL




J'ai déjà un compte
Chasse Passion
Nom d'utilisateur

Mot de passe

Mot de passe oublié

Je n'ai pas encore de compte



Accédez au meilleur de Chasse Passion en vous inscrivant gratuitement en quelques clics


MOT DE PASSE PERDU
VOTRE EMAIL



A bientot
 

La chasse, quel avenir ?

2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)
  • Auteur
    Messages
  • #5526750
    mjb
    • Postes : 1

    Bonjour, La chasse est au centre de nos préoccupations et son avenir très discuté .Les divers commentaires traduisent bien le fossé qui existe entre les chasseurs et non chasseurs. Au delà de toutes considérations politiques, la chasse a toujours existé et réuni toutes les tendances, un public qui aimait se retrouver, une convivialité de tous les instants, le civisme des locaux !
    Les récentes oppositions semblent émaner des représentants politiques, qui sont en quête de clientélisme .En effet leurs argumentaires très incomplets traduisent les versants insécuritaires et dangereux de cette pratique.
    Aujourd’hui, les personnes s’invectivent au moindre dérapage, les mots ne sont plus à leur place, le verbe est haineux et les échanges de plus en plus violents et irrespectueux. Les médias mettent en scène et montent en épingle les affrontements.
    Je voudrais apporter quelques éléments de réflexion pour faciliter le contact et améliorer les perspectives de la chasse .
    J’ai toujours appliqué les règles instituées dans le cadre d’une association validée par le préfet. A savoir : limitation des jours de chasse, interdiction aux véhicules d’emprunter les zones chassées, limitation des pièces de gibier sauvage, non élevé, respect des zones habitées, courtoisie avec les riverains, application des règles de sécurité.
    La forte pression de l’immobilier sur notre commune a laminé notre patrimoine cynégétique et entraîné la disparition des souches de perdrix rouges, les gîtes de lièvre, les passages de cailles sauvages, la liste est longue…
    La société ne cesse d’intervenir sur son terrain, mais au détriment de la qualité du gibier, car ce sont les lâchers qui repeuplent à fond perdu un territoire qui agonise.
    Jusqu’aux années 70, la chasse était confortablement assise dans la ruralité. Les détracteurs étaient peu nombreux même certains abandonnaient le combat pour se ranger au côté de la tradition cynégétique locale.
    Après ces années là, la chasse a changé ses habitudes. A la place du gibier sauvage en constante régression, les sociétés de chasse ont voté de nouveaux budgets pour allouer les sommes vers le gibier d’élevage.
    Un leurre, car les chasseurs pensaient chasser à l’ancienne, mais le résultat était négatif. Le gibier implanté ne défiait plus les chiens , les pièces tirées tombaient toujours plus nombreuses !
    C’était encore une époque où il fallait prendre des mesures drastiques, limiter les jours de chasse, fermer la chasse aux espèces de gibiers en constante disparition, mais c’était commettre ʺ un crime de lèse-majesté ».
    Une autre réflexion, le gros gibier n’existait pas en plaine, les battues et les armes de gros calibre n’avaient pas encore fait leurs apparitions, les détracteurs étaient calmes !
    La campagne était largement partagée par le public et aucune réflexion ne semblait troubler cette ambiance.
    A la fin des années 80-90 et à partir des années 2000, la commune est devenue un village dortoir avec augmentation des pavillons individuels, la population a grandi et occupé de plus en plus d’espaces, la chasse n’avait plus que sa portion congrue.
    Mon sentiment, les communes qui présenteront des critères de surface chassable admissible, ainsi qu’un pourcentage chassable, seront soient réévaluées soient éligibles aux nouveaux plans de chasse.
    Surface chassable / Surface communale = % ( critère de réévaluation pour la plaine ,doit être compris entre 50 et 60 % )
    Nous sommes en sursis ,je le regrette car la tradition était bien ancrée, mais l’évolution amène de nouvelles réflexions, soyons bien conscients, peut-on inverser la tendance ?
    Tendances collégiales :
    Aujourd’hui , en 2021, certains maires commencent à prendre des initiatives pour trouver des accords avec les fédérations de chasse.
    Le but est de trouver des journées fixes sans chasse et permettre à la population de se promener sans crainte. Les chasseurs ont tout intérêt à faire évoluer leur réglementation et de s’adapter à ce nouveau partage de la nature
    Bien sincèrement

    #5528471
    Chasse Passion
    • Postes : 7698

    test

2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

[Vidéo] Un énorme sanglier s’impose sur la chaussée en pleine ville

Il y a des rencontres parfois surprenantes même en pleine ville comme le montre cette vidéo diffusée sur TikTok et qui montre un sanglier...