VOTRE NOM D'UTILISATEUR

VOTRE EMAIL




J'ai déjà un compte
Chasse Passion
Nom d'utilisateur

Mot de passe

Mot de passe oublié

Je n'ai pas encore de compte



Accédez au meilleur de Chasse Passion en vous inscrivant gratuitement en quelques clics


MOT DE PASSE PERDU
VOTRE EMAIL



A bientot
 

La dernière battue du chasseur blanc

Ce sujet a 7 réponses, 7 participants et a été mis à jour par  white hunter, 26 septembre 2016 à 6 h 42 min.

8 sujets de 1 à 8 (sur un total de 8)
  • Auteur
    Messages
  • #4385485

    white hunter
    • Postes : 1515

    Roulant vendredi soir vers mon sud, je me régalais à la radio des performances de chez nous, faites chez les autres, et je me sentais déjà comme sur la plus haute marche de ma première battue. Et je ne me trompe jamais … Sinon, que je coupe en deux le canon de ma Krosse Karabine si je rendre bredouille, et que mon prochain chevreuil n’aie pas de tête …

    ..
    la sauer 202 reprend du service avec frein de bouche ; un brocard photographié par l’auteur …

    La nuit sous l’auvent fut … nocturne. Les couleurs du ciel sur la route, la lourdeur de l’air, l’origine du vent, le scintillement des premières étoiles signant l’humidité des hautes couches atmosphériques, tout cela m’avait fait penser qu’une averse n’était pas impossible en fin de nuit. Comme je déteste me réveiller déjà douché, au vent je ne suis pas resté, et l’auvent j’ai choisi. (1)

    Je suis réveillé par Philippe un peu avant six heures, qui m’apporte au lit un café fumant et des croissants chauds à souhait. (2) La troupe se complète petit à petit, et par un prompt renfort nous nous vîmes … quinze.

    Je n’ai que trente mètres à faire pour me poster dans un ruisseau profond, y descendant en partie sur le cul, m’accrochant aux branches pour ne pas risquer une chute. Par chance, quelques ronces aussi secourables que sur-vitaminées m’aident à ne pas glisser trop vite … Une heure après j’entends un chien qui mène, passer un peu trop loin pour palpiter, et les deux tirs appliqués qui suivent. Je les saurai manqués quelques heures plus tard, juste après avoir entendu le souffle d’un cétacé qui refait surface ! Bizarre, d’autant que le ruisseau est à sec … Ah non, c’est Philippe qui vient d’effectuer un parcours plutôt sportif ; allez, on déposte. Deux autres chasseurs seraient également tombés sur une mauvaise série de cartouches sur l’autre flanc de la battue. La qualité d’avant-guerre n’existe plus.


    avant l’attaque

    La bonne humeur serait totale si un chien de Bernard n’avait pas été blessé. Le sanglier en cause n’a dû courir qu’une centaine de mètres ou deux, tenant plusieurs fermes, et n’est jamais parti. Ce qui donne lieu à un débat fort intéressant sur notre manière de nous poster. Les postés sont arrivés d’en haut, et doivent effectuer une descente forcément bruyante dans les caillasses, et la population sus-scrofienne qui a l’ouïe fine sait alors qu’il vaut mieux tenir (la place) que courir (le risque d’une balle perdue). Diverses stratégies sont évoquées pour l’avenir : se poster loin, sur le plateau, voire monter vers ces postes. « C’est pas faux », aurais-je pu dire. De toutes façons, c’est plus pour les sportifs et bons marcheurs, ce coin …

    Mais quel bonheur de ne pas avoir de gibier à préparer ! Nous causons tranquillement truffes, morilles, fromages rehaussés de raisin, discussion qui relève un casse-croûte frugal mais riche en crudités : jambon cru, fromage au lait cru … Nous sommes tout heureux des bons moments de chasse qui s’annoncent.

    A son retour, Bernard nous apprend que les blessures de son chien ne sont pas trop graves, et qu’il doit le récupérer deux heures plus tard. Sans doute la couture au point de croix prend-elle plus de temps ? Alors que j’avais quasiment remis une tenue civile, Bernard, propose que nous l’aidions à tuer ces deux heures d’une toute petite traquette. Nous adhérons, un bocard passe à deux pas de moi, que je photographie en pro :cry: . Nous nous déplaçons, mais la pendule tourne. Je dois être la maison pour vingt heures, je m’éclipse après avoir envoyé un message au président. Qui m’apprend un peu plus tard que deux sangliers ne mangeront plus de raisins.


    elle est pas belle, la vue ?

    Alors, me serais-je trompé dans mon optimisme béat ? Que non ! Je rapporte à ma douce bien mieux- selon elle- que tous les chevreuils du monde : de magnifiques tomates d’un jardin aveyronnais et de superbes oignons rescapés du casse-croûte! Merci Bernard, (ou Serge) : il change souvent de prénom…

    (1) En réalité, j’avais consulté la météo, mais ça ne colle pas trop pour un récit épique.
    (2) les dix premiers mots sont la pure vérité.

    #4868501

    lemmy
    • Postes : 732

    Très beau récit :)

    #4868502

    Bruno84
    • Postes : 31

    Digne d’un élève d’Aragon t,1;op

    #4868503

    narko74
    • Postes : 575

    On s’y croirait…

    #4868504

    SANKA17
    • Postes : 576

    Des récits toujours aussi passionnant!

    #4868505

    JML19
    • Postes : 3277

    Bonjour

    Belle prose !

    Ce qui me dit dans le creux de l’oreille, que le chasseur rêveur et poète, doit souvent oublier de tirer la bécasse, sous l’œil réprobateur de son fidèle épagneul breton.

    #4868506

    michel39
    • Postes : 3810

    Canon scié et victime décapitée… Tu ne deviendrais un peu terroriste ???

    Sinon bravo pour le chevreuil, les images et le récit.

    #4868507

    white hunter
    • Postes : 1515

    Résultat blanc d’un WE de battue héraultais du chasseur blanc. Arrivé vendredi soir, nuit solitaire dans la cabane-relais-chalet. Placé et replacé rapidement au premier lâcher des chiens le samedi, le rapprocher et le lancer se font à deux pas de moi, mais tout file naturellement vers le haut, puisque les traqueurs passent à moi à ce moment. 4 tirs perdus. La suite sera ponctuée de lancers qui ne passeront à aucun posté.

    Même chose le lendemain, où pas une cartouche n’est tirée, les sangliers passant parfois au ras des postés mais en restant dans le couvert.

    Un des moments du WE fort sera mon compagnonnage d’une heure avec une maousse brebis venue déguster la luzerne comme une grande. C’est un brocard que je cherchais, pas un mouton, mais nous ne verrons, la brebis et moi qu’une chevrette esseulée en guise de brocard. Avant la battue du lendemain, nouveau tour et je ne verrai que trois femelles encore lors d’un rallye des luzernes. Mon bracelet de brocard que j’ai laissé un peu vieillir (pas de chambre froide) deviendra difficile à honorer, je crois.beaucoup de brocards sont tombés.

8 sujets de 1 à 8 (sur un total de 8)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

[Vidéo] Le nouveau Krieghoff K-20 se dévoile en vidéo

Pour les amateurs d'armes fines, Krieghoff est certainement une des marques qui se positionne parmi les plus célèbres. Depuis la commercialisation du Krieghoff K-80, la...