VOTRE NOM D'UTILISATEUR

VOTRE EMAIL




J'ai déjà un compte
Chasse Passion
Nom d'utilisateur

Mot de passe

Mot de passe oublié

Je n'ai pas encore de compte



Accédez au meilleur de Chasse Passion en vous inscrivant gratuitement en quelques clics


MOT DE PASSE PERDU
VOTRE EMAIL



A bientot
 

Lacher de faisan

10 sujets de 11 à 20 (sur un total de 84)
  • Auteur
    Messages
  • #4397613
    Champagnol
    • Postes : 245

    @candide wrote:

    Bonjour à tous,

    Evidemement, ce qui est criticable ce serait le chasseur qui ne chasse que sur du lacher apprivoisé du jour et ce, depui des années; mais peut on l’appeler chasseur, je le placerais plutot comme un tireur aux pigeons vivants comme cela se fait encore dans certains pays.

    Notre milieu est aussi suffisamnet critiqué et attaqué pour que nous essayions de convaincre et de faire preuve de pédagogie //

    Devant un tel bon sens, tu ne peux pas te faire d’ennemis.

    A+
    Champagnol

    #4397614
    maurice
    • Postes : 1176

    @Champagnol wrote:

    Je ne nie pas que nous ne sommes pas seul sur le coup, mais je suis désolé, mais je ne lit pas dans ton propos en quoi notre situation sera meilleure si les réformes que tu proposes et avec les gens que tu cites sont appliquées. Je lis un constat, pas une situation future.Champagno

    Ecoute, champagnol, je crois que seul l’avenir pourra nous départager (je dis ça bien entendu pour la petite histoire, car le principal est que vive la chasse, et peu importe celui qui aura eu raison de nous d’eux si c’est cela qui la sauve; le problème de la chasse n’est malheureusement pas un problème champagnol/maurice; ça serait trop facile)
    C’est un peu comme en politique : chacun veut arriver au bonheur de tous (enfin, ils le disent :D :cry: Mais chacun a son chemin.
    Tu as donc dit ton point de vue, moi le mien. Je pense que cela n’aura pas été inutile. En tout cas, moi j’aurais peaufiné ma « pensée » grâce à toi.
    Et on aura, n’en doutons pas l’occasion à nouveau de confronter nos idées.
    On peut d’ailleurs continuer sur ce topic, mais je pense qu’on a un peu épuisé le sujet, compte tenu de nos divergences. Faudrait pas qu’on lasse quand même les autres :D

    @Champagnol wrote:

    Ma vision future est malheureusement que les espèces chassables seraient en plus petit nombre, que les jours de chasses réduits, certaines pratiques interdites et les anti-chasse toujours là.
    Champagno

    Ton argument n’est « aussi » (tu connais ce mot que je mets entre guillemets :wink: et je te fais une fleur ) qu’une hypothèse.

    Cordialement
    Maurice

    #4397615
    maurice
    • Postes : 1176

    Je relance un peu ce sujet, en y apportant le fruit des réflexions de Madame Bigorre (et des miennes aussi)
    Et, sans faire un nouveau sujet, j’intitulerai quand même ce post :

    Manipulations et panem et circenses

    Ce matin, par le plus pur des hasard me femme et moi nous sommes retrouvés, quasiment au milieu d’un lâcher de volailles. (je ne chassais pas et nous ne faisions que passer).
    Ma femme qui ne connaît la chasse que depuis relativement peu de temps (nous sommes remariés, vous allez tout savoir) était écœurée d’autant qu’évidemment quand elle vient à la chasse avec moi, elle ne voit pas ces farces, moi j’étais un peu « blasé », mais pressé de sortir du coin, car j’avais … peur. Ma femme était « morte » de peur.

    Et nous avons ensuite réfléchi.
    Voilà le résultat de notre cogitation :
    Je ne reviens pas en détail sur ce que j’ai dit dans les posts précédents, simplement sur un point :
    J’ai rappelé qu’à une certaine époque –dix ans environ- un semblant de réflexion avait eu lieu dans mon département qui portait sur le point de savoir s’il fallait interdire le gibier de tir.
    Et j’avais dit que les plus opposés à la mesure étaient justement … ceux qui ne le pratiquaient pas.
    Paradoxal, non ? ? ? ?
    A la réflexion pas du tout.
    Il s’agissait des chasseurs des territoires naturellement giboyeux (en grand gibier généralement) qui avaient une incroyable peur que si l’on supprimait les lâchers de volailles, il faudrait bien faire autre chose que semblant pour accueillir les chasseurs des villages périurbain ou des grandes villes qui n’avaient rien d’autres à ce mettre sous le … fusil. Et peut-être même alors qu’un de ses chasseurs-tireurs de volaille, privé de son succédané de chasse, s’apercevrait que si on respectait le fait que le territoire d’une acca ne comprend pas les territoires dans un rayon de 150m d’une habitation, il se pourrait que certaines acca n’aient plus de … territoire.
    Et alors là encore il faudrait bien qu’on se penche sur le problème des acca, dont certaines ne survivent donc que grâce aux lâchers de volailles quasiment sous les fenêtres de l’habitant (ce qui soi dit en passant n’arrange pas notre image de marque).
    Dans le même ordre d’idées, lorsque j’ai été président d’acca, je n’ai accepté la fonction que si on arrêtait immédiatement les lâchers de volailles, ce qui fût fait.
    Je mettais le même ordre du jour au conseil d’administration de l’AICA (et non de l’acca), et là : large refus, surtout par les types qui n’allaient jamais à ce genre de mascarade.
    Pourquoi, là encore ? Tout simplement parce que nous avions parmi les adhérents des membres qui eux, tiraient la volaille et ne tiraient que la volaille.
    Et on ne voulait surtout pas les perdre. Entendons-nous bien, les types se fichaient de les « perdre ». Vous l’avez compris, ce qui les ennuyait c’était de perdre les … finances qui allaient avec. J’ai eu beau leur expliquer que l’AICA gagnerait –comme c’était le cas de l’acca que je présidais) l’argent jeté en volailles, rien n’y fit, car ils avaient calculé –et sur le strict plan comptable c’était vrai) que nous serions quand même un peu perdant.

    De sorte que finalement ce matin, nous nous disions, ma femme et moi, que dans cette affaire tout le monde –ou presque- se foutait éperdument de l’éthique (au sens le plus large). Seuls les intérêts sont en jeu :
    Intérêt de conserver le + grand nombre de chasseurs comme on l’a dit dans d’autres posts en pensant que c’est un bon calcul, intérêt des pouvoirs publics qui comptent également à courte vue et, plus nous sommes, plus ça rapporte, intérêts de tous les professionnels de la chasse pour les mêmes raisons, et intérêts des politiques et de nos responsables cynégétiques qui ne veulent surtout pas faire de vagues, et qui, pour les mêmes raisons, ont aussi intérêt à conserver le plus grand nombre.

    Finalement, cela ressemble étrangement au panem et circenses des romains, et à la manipulation.
    Les pouvoirs publics achètent la paix sociale en bradant … la chasse.

    J’ai lu quelque part qu’un ancien (ou actuel, je ne sais) dirigeant de chaîne de télé avait dit que son rôle était de vendre de la pub (je crois qu’il a dit du Coca Cola, symbole de la société de consommation) et, pour se faire, d’opérer un lavage de cerveau complet du téléspectateur, en le gavant d’émissions plus nulles les unes que les autres afin qu’il soit plus réceptif à la … pub.
    Et effectivement cela passe de la soi-disant télé réalité, émissions de m…., aux divertissements de plus en plus débiles, et mêmes aux journaux télévisés manipulés (de la fausse interview de Fidel Castro sur la 1, à la récente comédie de la 2 sur la spéculations des intentions de Juppé -d’ailleurs sans intérêts-, alors que le même Juppé était au même moment sur la … une en direct ; il devait y avoir des sanctions, tu parles…..).
    On a vu lors de la coupe du Monde de foot un grotesque président de la République scander les noms des joueurs français à leur entrée dans le stade, alors qu’il ignorait tout d’eux et qu’à chaque nom il « prenait ridiculement le train en marche », et qu’ils se fout du foot autant que … moi, ce qui n’est pas peu dire.
    Et cela parce que plus aucun dirigeant français n’oserait dire qu’il n’aime pas le foot, car … panem et circenses.
    Et dans le même ordre d’idées, on laisse donc faire les tireurs-consommateurs de volailles. Panem et circenses.
    Ma femme m’a dit, à l’issue de notre ballade d’aujourd’hui :
    « mon pauvre Maurice, tu t’attaques à la … paix sociale, tu n’es pas près d’en sortir ».
    Panem et circenses
    Cordialement
    Maurice

    #4397616
    David 52
    • Postes : 417

    Bonjour à tous,

    Je voudrais répondre à Candide qui très courageusement a cherché quelques vertus aux lâchers de gibier de tir.
    Je ne suis pas certain du tout que chassé ce gibier apporte le virus de la chasse à ceux qui ne l’ont pas.
    Pour moi seul le gibier sauvage m’a vraiment motivé: bécasse,pigeon,bécassines,sarcelles,…
    Chasser le gibier de tir c’est un peu comme chercher les oeufs de Pâques cachés autour de la maison.
    Cela ne dure souvent pas beaucoup plus longtemps.
    Je ne suis également pas certain qu’épargner quelques unes de ces malheureuses bêtes comdamnés à une mort certaine apporte quelque chose.
    Les chances de les voir survivre et s’adapter sont quasiment nulle en matière de gibier de tir.
    Sinon toujours le même plaisir à lire et à suivre Maurice.

    #4397617
    candide
    • Postes : 8203

    Bonjour,

    He bien moi, qui suis vieux ( et agé comme dirait l’autre) et qui en plus m’y suis mis sur le tard, je dois avouer que les premieres fois ( deux ) j’ai été invité à ce genre de chasse: faisans lachés le matin dans des bois, ceux qui ont des chiens dedans , ceux qui n’en ont pas autour et boum quand ca sort.

    C’est vrai que je suis resté sur ma faim, tant pour la performance en elle meme que pour la philosophie de la chose et que, j’ai vite compris qd j’ai fréquenté des « vrais » chasseurs que ce n’etait pas de la chasse a proprement parlé, tout au plus un exercice de tir.

    Ce que je voulais esquisser timidement, c’est que d’une part, je suis un peu contre l’élitisme sous toute ses formes et que, d’autre part, il n’est pas très bon, par les temps qui courrent des faire des scissions et des rejets très prononcés dans notre milieu deja tant attaqué.

    C’est un peu comme d’autres domaines, mieux vaut l’éducation que la répression et le rejet.

    En général, je ne suis pas un modéré mais j’essaie de me dire comment j’aurai réagi si, au lieu de m’expliquer et de me montrer, les chasseurs que j’ai rencontrés les deux premieres fois ou j’ai été invité, m’avaient pris de haut et méprisé parce que je tirais sur le gibier présent.

    Mais je crois que pour le fond on, est tous d’accord, pour la forme, ca s’arrange toujours.

    Amicalement

    candide

    #4397618
    David 52
    • Postes : 417

    Salut Candide,

    Je crois qu’il n’y a pas à mépriser et à prendre de haut ceux qui tirent sur du gibier de tir, d’autant plus que nous l’avons tous fait et que nous continuons pour la majorité d’entre nous j’en suis sûr à le faire.
    Il faut essayer d’expliquer aux autres s’ils sont réceptifs sans chercher à convaincre et surtout essayer d’appliquer à soit même ses propres théories.
    S’il y a encore des lâchers dans les acca c’est que la majorité des chasseurs ou tout au moins les membres du bureau y sont favorables.
    L’élitisme il y en a aussi dans le lâcher de gibier de tir, il faut parfois un bon porte monaie pour aller sur un lâcher.
    Je pense comme le dit si bien Maurice qu’il ne faut pas avoir peur de faire nous même les réformes sinon d’autres risques de s’y coller à notre place et là on va y perdre probablement beaucoup plus.
    Se serait vraiment formidable que les chasseurs prennent eux même ce problème des lâchers en main il y aurait sûrement de la souplesse, des compromis (je pense aux chasses à la journée),… on aurait beaucoup à y gagner auprès de l’opinion.
    Sinon on peut toujours continuer comme cela et attendre qu’un gouvernement avec des « Verts » au ministère s’occupe de nous.

    @ plus,
    David

    #4397619
    candide
    • Postes : 8203

    Hi,

    La je suis bien d’accord, on n’est jamais si bien servi que par soi même, surtout quand les autres veulent te desservir, mais, comment faire.

    Amicalement

    Candide

    #4397620
    maurice
    • Postes : 1176

    Hé bien candide, toute simplement en commençant à poser le problème et à mettre les pieds dans le plat.
    Parce que je ne suis pas du tout d’accord avec ceux qui pensent qu’il ne faut surtout pas ébruiter ce problème de peur que d’autres l’apprennent.
    On sait ce que ce genre de statégie a donné.
    Toutes proportions gardées bien entendu, cela me rappelle le pédophile que l’enseignement ou l’év^éché mutait de Perpignan à Lille et vise-versa.
    Ce n’est vraiment pas comme ça qu’on règle un problème.

    Concernant les lâchers de volailles, le grand public qui voit ses mascarades quasi sous ses fenêtres n’a pas attendu qu’on en parle pour s’en apercevoir.

    Alors évidemment le mieux, comme David et d’autres l’ont dit, serait de règler en famille nos problèmes. Mais, comme toujours, et sur ce coup comme sur d’autres, le monde de la chasse campe sur des positions indéfendables, et refuse les réformes.
    Si cela continue, ces réformes se feront sans nous, bien évidemment.
    Le résultat ne sera pas le même.

    Et comme la politique de l’autruche n’a jamais rien donné de bon, je préfère personnellement lancer le débat public. Parce d’ailleurs, à y bien regarder, ce débat est déjà lancé dans le grand public, et nous risquons alors tout simplement qu’il se fasse sans nous.
    N’ayez pas peur des réformes. Seules les réformes permettent à une société d’avancer et de survivre.

    Le monde de la chasse, je l’ai dit sur l’ancien forum, ressemble étrangement à l’ancien régime dans notre Pays.
    En 1789 personne, mais absolument personne, ne voulait détrônait Louis XVI, et encore moins lui couper la tête.
    Il a été tellement aveugle -et surtout mal conseillé- qu’il y a laissé sa tête.
    Cet exemple pour la démonstration ne veut, vous en doutez, absolument pas dire que je regrette l’ancien régime. Je regrette simplement que les choses se soient si mal passées, avec tant de sang.
    Alors, essayons, mais ce n’est qu’une image, de ne pas à notre tour … perdre la t^te, comme chaque fois que l’on refuse les réformes.
    Cordialement
    Maurice

    #4397621
    candide
    • Postes : 8203

    Bonjour Maurice,

    je suis ,comme souvent, d’accord avec toi, j’essaie simplement de dire que créer des scissions n’arrangera rien; je ne pense pas avoir dit qu’il ne fallait rien faire, j’ai même parlé d’éducation plutot que de rejets et de répression.

    Moi, jeune chasseur,on m’a expliqué et j’ai compris, je ne dois quand même pas être un modèle unique.

    Pour l’ancien régime ( et bien que je sois un démocrate convaincu), as tu remarqué que tout de suite après la révolution ( bourgeoise) de 1789, les nouveaux dirigeants avaient des plumes sur leurs chapeaux bien plus grandes qu’avant; sans doute pour être bien surs qu’on les distingue des gens du peuple ( dont ils venaient)

    Ha la nature humaine!! Mais on progresse quand même.

    Bien amicalement

    Candide

    #4397622
    maurice
    • Postes : 1176

    Tu sais, Candide, je suis assez en harmonie avec ce que tu dis, en ce sens que si même il m’arrive d’être assez dur avec la lâchers de volailles et ceux qui les pratiquent, c’est plus le système que je dénonce.
    Au cas par cas, je ne condamne pas celui qui me dit qu’il chasse ce genre de bestioles, surtout s’il est ouvert à la discussion.
    Je pense à Lolo, que je comprends très bien, parce que, moi aussi il y a maintenant presciption :D :wink: , -environ 30 ans, j’ai fait des fields trial, et que forcément ces épreuves se faisaient, sauf exceptions, sur volailles.
    J’aimais mes setters et mon braque allemand, et j’avais fini par voir dans le chien, non un moyen , mais une fin.
    Ces épreuves m’ont paru, compte tenu de la volaille, n’avoir aucune valeur, bien au contraire. Mes chiens allaient au cul de ces bestioles, et ensuite lorsque je chassais les vraies perdrix, ils manquaient de prudence.
    J’ai donc arrêté, mais y ai tâté un moment.
    Je rappelle que ma génération n’a eu aucune, mais absolument aucune éducation génégétique, et que nous étions tous des autodidactes.
    Il m’a donc fallu longtemps pour comprendre, fort heureusement j’ai beaucoup voyagé (je parle en matière de chasse), et rencontré des cultures différences et des types formidables, ai beaucoup lu (et même tous les livres des opposants), et ai fini par me faire une opinion.
    Aujourd’hui, je condamne donc fermement les lâchers de volailles, le système, nos politiques et dirigeants qui … panem et circenses.
    Quant aux tireurs, pris un par un, j’essaie de comprendre chacun et apporte mes arguments.
    Je ne reproche à personne d’avoir tiré de la volaille, tout comme je ne reproche à personne d’avoir … fumé.
    Personne ne savait. Aujourd’hui, tant pour la volaille que pour la cigarette tout le monde est informé.
    Certains continuent à fumer, c’est leur problème et leur totale liberté dans la mesure où il ne .. m’enfument pas.
    Côté dépense, soyons cynique : ils coûteront un jour très cher pour soigner une des maladies que leur faudra cette saleté, mais dans l’ensemble ils mourront jeunes, donc la société évitera leur retraite.
    Globalement, peut-être que la société -j’entends sur le plan financier- est peut-être gagnante.
    Humainement, bien sûr , c’est autant de drames.
    Mais si pour la cigarette, dans la mesure où on ne m’enfume pas, je veux bien qu’il y en ait qui continuent à se suicider, pour le tir de volaille, j’en paie trop les conséquences pour ne pas combattre.
    Mais dans les 2 cas, et qu’on me pardonne cette disgression sur le tabac, personne aujourd’hui ne peut dire : « je ne savais pas ». (reste que là aussi pour le tabac, comme pour l’alcool, je comprends aussi les pauvres types qui n’ont que ce refuge, et qu’on les soigne … à nos frais).
    Et pour la volaille, -d’où quand même cette comparaison- je comprends aussi les types qui n’ont rien à se mettre sous le fusil.
    Je ne suis donc pas contre ces types, mais surtout contre ceux qui les privent de vraies chasses, en monopolisant les territoires comme je l’ai dit dans un autre post.

    Quant aux scissions, je ne les souhaite pas donc. je préfererai qu’une mesure d’interdiction des lâchers de cocottes s’accompagne d’un véritable accueil des chasseurs sans territoire.
    C’est ce que je ferai si cela dépendait de moi. J’interdirais les lachers et parrallélement je prévoierais l’accueil des chasseurs dans les acca par un système de péréquation entre les richesses d’un territoire et la demande locale.
    Et, à ce moment là, personne n’aurait plus d’excuse pour tirer la volaille.
    Mais ça, personne ne le veut, et surtout pas nos dirigeants. Aujourd’hui si nous les perdons, ça ne viendra que de l’égoïsme et de l’aveuglement du monde de la chasse, pas du bon sens, parce qu’il est urgent d’interdire les lâchers de volailles pour ttes les raisons que j’ai dites dans d’autres post.
    Mais comme toujours en matière de réformes de la chasse, on subira parce que le monde de la chasse est incapable d’anticiper.

    Cordialement
    Maurice
    PS. Candide, effectivement, Barras, entre autres, avait un fort bel équipage de vénerie.

10 sujets de 11 à 20 (sur un total de 84)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

[Vidéo] Une corneille essaie de voler la nourriture d’un chat qui...

Les corvidés sont des animaux particulièrement intelligents et il n'est pas rare de voir des individus domestiqués apprendre quelques tours. Dans cette vidéo, on peut...