VOTRE NOM D'UTILISATEUR

VOTRE EMAIL




J'ai déjà un compte
Chasse Passion
Nom d'utilisateur

Mot de passe

Mot de passe oublié

Je n'ai pas encore de compte



Accédez au meilleur de Chasse Passion en vous inscrivant gratuitement en quelques clics


MOT DE PASSE PERDU
VOTRE EMAIL



A bientot
 

Petit gibier: l’après coup de fusil. [Astuces, recherche…]

10 sujets de 1 à 10 (sur un total de 12)
  • Auteur
    Messages
  • #4384842
    Red cloud
    • Postes : 3136

    Avec la pratique je me rends compte que quelques trucs peuvent faire la différence pour pouvoir retrouver un gibier qui vient de chuter dans un endroit compliqué, herbes hautes, ronciers, longue distance etc…. Je parle donc essentiellement des oiseaux, mais chacun pourra compléter y compris pour le poil s’il le souhaite.

    On ne choisit pas toujours où ça tombe, cela dit il m’arrive très souvent de renoncer à un tir même facile en raison de la végétation dans laquelle ça risque de tomber.

    Mon premier réflexe en général immédiatement après la chute c’est vraiment de prendre 10 secondes pour mentaliser l’endroit où le gibier disparaît, se repasser la séquence, identifier tous les repères liés aux branches, buissons, herbes, arbres, distances etc…

    Je marque ensuite l’endroit de mon tir, soit en cassant une branche soit en plaine en posant ma douille vide visible sur la tige d’une plante ou tout autre moyen. Si possible il faut le faire sans trop quitter des yeux le point de chute. Ce marquage s’avère très utile car il permet si on ne trouve rien à l’endroit supposé, de revenir à l’endroit du tir et de se « repasser » le film…on finit souvent par comprendre que l’on cherchait trop à gauche, à droite, trop près etc…

    Pour un gibier qui ne semblait pas net, il peut être utile de ne pas aller directement du point de tir au point de chute, mais de contourner et d’attaquer la recherche notamment avec le chien, 15 ou 20m devant le point de chute. Cela permet éventuellement de couper la fuite et de donner la chance au chien de sentir la seule odeur qui va disparaître en qq secondes (celle de la piste du gibier blessé qui fuit), et ça évite qu’il perde un temps précieux à sentir le point de chute.
    De même, repérez tout itinéraire de fuite potentiel, comme un layon, un fossé etc…et les refuges adjacents (haies, buissons…) ce seront des endroits à explorer.

    Une fois à l’endroit supposé, il faut prendre son temps, observer sans tourner comme un fou pour retrouver au plus vite. Faire silence, écouter peut être un battement d’aile, rechercher des indices comme les plumes dans les branches ou qui continuent de chuter. Marquer l’endroit que vous pensez être le plus proche du point de chute.
    Au bois,suivant la végétation, regardez en l’air!, autant qu’en bas…le nombre gibier que j’ai retrouvé bloqué par une branche en hauteur :roll: …et parfois il en dépasse pas gros!

    Dans les endroits « cotons » comme les hautes herbes, les roseaux, ou les très petits gibiers (grives, cailles…) qui réclament une fouille au cm :? , j’ai aussi pris l’habitude de marquer les périmètres fouillés avec ce que j’ai sur moi…pose la cartouchière, le gilet, la casquette etc…Il y a bien des cas où 50 cm2 oubliés suffisent à perdre un gibier, donc il faut être méthodique.
    Faire attention à ne pas trop battre l’endroit au risque de recouvrir le gibier avec des herbes, où il demeurera invisible et moins odorant. Il faut avoir l’assurance que chaque herbe couchée sur le côté ne recouvre pas votre gibier. J’ai le souvenir d’une faisane tombée dans un roncier abominable, retrouvée le lendemain sous 2 ou 3 cm de ronces écrasées, rentrée dans un sol très meuble alors que c’était pourtant l’endroit de départ de la fouille, bien clair….mais j’avais dû mettre un coup de botte en retournant là où il ne fallait pas. Les chiennes étaient passées 20 fois à l’endroit pourtant, c’est dire….

    Sans résultat, élargir le cercle, et si vous avez un chien, revenir 1 h ou 2 après, les odeurs soulevées à force de brasser seront retombées et cela peut permettre de mieux sentir un gibier mort qq part.

    Rechercher le gibier c’est aussi de la chasse, une autre disons, et j’ai en mémoire des animaux retrouvés après 2 ou 3h de recherche… :P je sais c’est pas fréquent de consacrer autant de temps mais parfois alors que vous repousser les limites, vous trouvez la plume qui vous permet d’explorer l’endroit improbable et là: miracle! yah:ou yah:ou yah:ou

    #4860010
    OLERON
    • Postes : 16450

    On a testé avec un copain sur un faisan tombé dans un champs de mais.
    On a reperé au loin un arbre sur la mème ligne que la chute du faisan,avec une appli boussole sur mon téléphone,on a pris le cap et direction le mais avec son chien qui n’avait pas vu tomber l’oiseau……une bonne cinquantaine de mètres dans des mais sales avec de la verdure au pied,et le chien est tombé sur le coq.
    Un superbe coq avec des ergots de 15mm et 40cm de queue.
    Mon copain était d’une joie c1:lap yah:ou

    #4860011
    Red cloud
    • Postes : 3136

    Peut être que le « truc » universel c’est finalement de ne jamais abandonner tant qu’il reste une chance même infime.

    Je viens de faire ma première sortie à la bécasse de cette saison. Après 2h de traque sans rien voir, 10h30 ma plus jeune chienne finit par en arrêter une en bordure de bois (son 1er arrêt sur bécasse :) ), mais la bécasse part avant que j’arrive. Je la vois prendre l’angle du bois et pense donc qu’elle a du se re-poser en bordure. Ma 2e chienne plus expérimentée la retrouve, arrêt parfait…mais je sens le coup foireux…elle va sortir et partir parallèle à la lisière, et en face c’est ma bagnole :? …Pas le temps de faire le tour la bécasse sort, plein champ, bien à droite mais au moment où j’épaule elle replonge vers le bois, ma crainte de tirer vers la voiture me fait retenir le coup de fusil et mes 2 coups arrivent un peu derrière mais elle est touchée…je crois un instant qu’elle va tomber mais elle vole à 1m du sol, disparaît dans la brume à 100m dans un autre bois. :?
    Après 1h30 de recherche à l’endroit où elle disparaît, à l’intérieur, je me dois de rentrer pour le repas.

    J’annule ce que j’avais prévu pour l’après midi, et à 14H me revoici au même endroit avec les 2 chiennes.
    J’arpente le bois dans tous les sens, mais c’est grand (600m par 600m en gros), et dense…j’essaye de quadriller mais je me rends compte que souvent je repasse aux mêmes endroits à cause de la végétation. Les chiennes finissent par réduire la quête, je sais que j’arpente un secteur vide de tout sauf de cette hypothétique bécasse, qui peut être soit morte, soit repartie sans que je l’entende, soit cachée sous des branches et qui n’aura pas bougé depuis ce matin. 17H…les chiennes sont cuites, et je suis aussi fatigué de cette recherche. Le soleil est bas, je donne à boire aux chiennes, la voiture est à 10 m de l’entrée supposée de la bécasse dans le bois….il doit rester 30 min de luminosité max, désabusé je décide malgré tout de refaire un dernier tour.
    Après 150 m dans le bois dans l’axe de rentrée, j’oblique vers la droite, quand soudain je n’entends plus la clochette d’une de mes chiennes :o . Pas normal… je n’arrive pas à la situer, je siffle, j’entends 2 tintements puis rien, je vois à peu près l’axe mais ça doit être à 60m….2 secondes après il me semble entendre un battement d’ailes puis la clochette qui bombarde derrière :oops: ….ça part loin et dans l’autre sens, le son de la clochette finit par disparaître puis revient très progressivement.
    Je me dis que c’est foutu, la nuit va tomber, j’entends ma chienne revenir par la lisière au loin, elle s’arrête pour écouter, je siffle, elle repasse dans un endroit plus dense pour me revenir dans le dos….et je la vois à 20m sortir des buissons avec la bécasse dans la gueule!….. yah:ou yah:ou yah:ou yah:ou

    Il est 17h15….après pratiquement 5h de recherches, je suis agenouillé dans le bois avec ma mémère qui tourne autour de moi fière comme son patron…j’ai dû la caresser pendant au moins 10 min 8) ….

    Au coup de nez que font les chiennes ensuite, je crois comprendre que je suis là où la bécasse est restée durant tout ce temps. Malgré une entrée dans le bois au ras du sol, elle aura repris de la hauteur et parcouru 150m pour ensuite se réfugier sous les branches d’un arbre couché depuis plusieurs années. J’ai du passer 1 ou 2 fois pas loin, mais elle n’aura pas bougé ni été sentie.

    Je crois que c’est ma plus belle chasse d’une bécasse, inoubliable, il y a peut être autant de chance que de détermination, les chiennes y ont peut être plus cru que moi sur la fin, mais bon sang que la chasse est belle quand elle se termine ainsi. 8)

    #4860012
    totophe14
    • Postes : 359

    Merci pour l’astuce je ne penser pas à repérer l’endroit du tire

    belle histoire comme quoi les chiens sont bien utile …

    #4860013
    Red cloud
    • Postes : 3136

    Aujourd’hui il fallait des palombes dans le ciel pour rappeler que nous sommes pourtant bien en novembre avec un ciel bleu et 20°C….

    Une belle matinée d’automne ensoleillée comme je les aime! :) ainsi que mon cal 20.

    Je tire une palombe assez haute, rentrante et rapide, qui prend 2 fois. Le soleil donnant une excellente visibilité je perçois les atteintes même avec la hauteur, je vois mon oiseau décrocher et filer à la même vitesse entre les peupliers, mais elle crochette plusieurs arbres, vole loin avant de disparaître, peut être 150m.
    Convaincu que l’atteinte est mortelle, et même si je n’ai aucune idée du point de chute ni même si chute il y a eu, je décide de traverser la rivière et d’aller dans la direction :pingou:in . La peupleraie est très ancienne, avec beaucoup de ronciers, arbres morts et quelques endroits plus clairs. Après 5 min de marche très lente, à écouter un éventuel battement d’aile, je commence à quadriller un secteur à la recherche de plumes (mais vu la fréquentation par plusieurs vols, évidemment il y en a déjà qq unes au sol)….Au bout de 10 min sans aucun indice, je continue au-delà de la zone supposée, fusil ouvert sans tirer d’ailleurs les autres palombes qui continuent de tourner. Rien… :cry: et si malheureusement elle est dans un roncier je ne la verrai jamais.
    Et puis continuant le long de la rivière, à 10 m de moi, j’entends un battement d’ailes mais lourd…une buse, qui décolle du sol au pied d’un gros saule :o ….arrivant pas loin d’une propriété je pense à faire demi tour, quand finalement je me dis qu’il faudrait peut être aller voir ce que faisait cette buse à cet endroit. Faisant le tour de l’arbre côté rivière, je vois le petit promontoire d’où elle est partie, j’avance un peu la tête….et 50cm après contre l’arbre, ma palombe morte :) :) ….la buse devait être entrain de mettre sa serviette car elle n’avait pas commencé d’enlever les plumes.
    Gros coup de bol donc, car il y avait peu de chance que j’aille fouiller ce promontoire côté berge. La palombe avait atteint cet arbre et était tombée au pied.

    :arrow: Ce doit être la 2e fois que cela m’arrive. Lorsque vous arrivez pour une recherche éloignée de l’endroit du tir ou plusieurs minutes après ou même encore plus longtemps, si un rapace s’éloigne de l’endroit, pensez à aller jeter un œil, avec un peu de chance …. s,1;op

    #4860014
    sim09
    • Postes : 3306

    Salut à tous, ce matin je décide de faire une sortie bécasse dans un bois que je ne fréquente pas souvent mais où il y a souvent une mordorée.

    Je chasse durant deux heures sans rien voir et presque de retour à la voiture, après avoir passé un petit rue, la chienne se bloque, superbe arrêt. Ce coup ci, je suis quasiment sur que s’en est une (elle m’a bloqué un chevreuil lundi), vu la végétation qu’elle a devant je vois mal un chevreuil couché dans la flotte.

    Je m’approche, me décale un peu de la chienne. La bécasse gicle, je tire le 1er coup, en dessous je pense. Le deuxième coup fait mouche, je vois l’aile « tourner », ma bécasse faire un « salto arrière et tomber ». Ma 1ère bécasse de la saison, je suis ravi. La chienne est déjà parti au rapport, j’ai visualisé le point de chute (environ 25m), elle tourne, cherche, et me fait un arrêt devant un minuscule roncier: je recharge au cas ou. Finalement, rien dans ce roncier, et après 20 à 30 minutes de recherche (retour au point de départ, visualisation de mes tirs), la chienne et le chasseur sont cuit, il est midi et je bosse à 14h.

    C’est donc sans grand espoir que je retournerai demain matin tenter de retrouver cette bécasse, mais si elle est bien morte, je crains que ma chienne ne me soit pas très utile.

    #4860015
    Red cloud
    • Postes : 3136

    Salut

    Si, il faut toujours garder espoir.
    L’an dernier j’ai eu une galère avec une bécasse, pourtant tuée nette et pas loin. La chienne est arrivée sur place, a semblé sentir à un endroit, mais n’a pas marqué plus que ça. Il y avait certes un roncier mais aussi des grosses branches mortes, un tronc d’arbre et des feuilles mortes. A 2m près j’avais pourtant localisé le point de chute, à ma grande surprise je ne voyais rien de rien, une ou deux plumes dans les branches environnantes et la chienne que je faisais repasser ne sentais rien, pas une odeur en élargissant le cercle etc…Au bout d’un quart d’heure il a fallu que je fasse une recherche au cm, en obligeant la chienne à rester à côté de moi, pour finalement la voir s’intéresser à un endroit entre 2 branches mortes à terre, plonger la tête dans 10 cm de feuilles mortes et sèches, épaisseur que je ne soupçonnais pas à cet endroit, et en ressortir la bécasse. Les feuilles masquaient simplement l’odeur.

    Il m’est déjà arrivé de retrouver des bécasses mortes ou blessées à posteriori, pas les miennes, sauf une fois. A chaque fois ce sont les chiennes qui l’ont retrouvée, je n’ai pas eu d’arrêt pour une qui était morte depuis 2 ou 3 jours, juste un long coup de nez qui m’a fait aller voir.
    Donc demain idéalement je commencerais par faire les alentours avec la chienne sans aller refouiller directement le roncier en statique, juste pour ne pas couper l’envie de chasse de la chienne (chercher à un endroit précis ne passionne pas un chien d’arrêt), puis tourner un peu plus autour du roncier. Sans résultat: fouille méthodique de ce roncier, quitte à prévoir une machette pour dégager un peu. Il faut essayer de retrouver une plume au sol et bien confirmer le point de chute, si rien autour ça peut vouloir dire que la bécasse a piété. Logiquement elle n’est pas très loin.
    Certes une bécasse plus légèrement blessée peut aller un peu plus loin, en revanche elle ne sera pas sortie du bois. Blessée ou morte c’est forcément un oiseau qui n’aura pas bougé de la nuit, donc c’est vrai qu’il faut que la chienne passe à 1m environ. Donc plus tu tournes, plus tu augmentes tes chances.

    #4860016
    sim09
    • Postes : 3306

    @Red cloud wrote:

    Salut

    Si, il faut toujours garder espoir.
    L’an dernier j’ai eu une galère avec une bécasse, pourtant tuée nette et pas loin. La chienne est arrivée sur place, a semblé sentir à un endroit, mais n’a pas marqué plus que ça. Il y avait certes un roncier mais aussi des grosses branches mortes, un tronc d’arbre et des feuilles mortes. A 2m près j’avais pourtant localisé le point de chute, à ma grande surprise je ne voyais rien de rien, une ou deux plumes dans les branches environnantes et la chienne que je faisais repasser ne sentais rien, pas une odeur en élargissant le cercle etc…Au bout d’un quart d’heure il a fallu que je fasse une recherche au cm, en obligeant la chienne à rester à côté de moi, pour finalement la voir s’intéresser à un endroit entre 2 branches mortes à terre, plonger la tête dans 10 cm de feuilles mortes et sèches, épaisseur que je ne soupçonnais pas à cet endroit, et en ressortir la bécasse. Les feuilles masquaient simplement l’odeur.

    Il m’est déjà arrivé de retrouver des bécasses mortes ou blessées à posteriori, pas les miennes, sauf une fois. A chaque fois ce sont les chiennes qui l’ont retrouvée, je n’ai pas eu d’arrêt pour une qui était morte depuis 2 ou 3 jours, juste un long coup de nez qui m’a fait aller voir.
    Donc demain idéalement je commencerais par faire les alentours avec la chienne sans aller refouiller directement le roncier en statique, juste pour ne pas couper l’envie de chasse de la chienne (chercher à un endroit précis ne passionne pas un chien d’arrêt), puis tourner un peu plus autour du roncier. Sans résultat: fouille méthodique de ce roncier, quitte à prévoir une machette pour dégager un peu. Il faut essayer de retrouver une plume au sol et bien confirmer le point de chute, si rien autour ça peut vouloir dire que la bécasse a piété. Logiquement elle n’est pas très loin.
    Certes une bécasse plus légèrement blessée peut aller un peu plus loin, en revanche elle ne sera pas sortie du bois. Blessée ou morte c’est forcément un oiseau qui n’aura pas bougé de la nuit, donc c’est vrai qu’il faut que la chienne passe à 1m environ. Donc plus tu tournes, plus tu augmentes tes chances.

    Merci pour tes conseils, je croise les doigts et je vous tiens au courant de la suite demain.

    #4860017
    tostaky
    • Postes : 563

    Bonsoir,
    C’est vrai que c’est très intéressant tout ça. J’ajouterais une chose, lorsque l’on a un chien il faut vraiment lui faire confiance. Combien de fois je vois mon chien ramassé un gibier que j’imaginais tomber ailleurs (un peu ou beaucoup plus loin)! Lorsque le chien ne voit pas la chute il est préférable de l’amener à bon vent et de ne pas « pietiner » avant son passage, c’est lui qui a le nez :D .

    Comme tu le dis Red Cloud le chasseur doit aussi se raisonner, par exemple je ne tir jamais une bécassine au dessus des roseaux!

    Pour le pigeon j’ai remarqué qu’il était bon d’attendre quelques instants lorsque celui ci se perche blessé. Il n’est pas rare qu’il tombe au pied de l’arbre (sauf si il y a d’autres chasseurs susceptibles de le déranger), alors qu’une approche immédiate le fais fuir souvent hors de portée.

    Matérialiser l’endroit ou l’on a tiré est vraiment indispensable pour moi. Il m’arrive souvent de laisser mon chapeau ou casquette à cet endroit. Après quelques tours pour retrouver le gibier on ne sait plus ou l’on est, revenir au point ou l’on a tiré est essentiel pour réorganiser les recherches.

    Depuis que j’ai mon chien je ne perd (presque) rien, je repère, le laisse travailler et la plupart du temps ça suffit. Lorsque l’on est plusieurs au poste au pigeon il est même courant que je me retrouve avec plus d’oiseau que je n’ai tiré!
    Après lorsque cela ne suffit pas je persévère, c’est important de ne pas lâcher, je m’appercois que je fais vraiment les même choses que Red Cloud… Je n’arrive pas à me concentrer sur un autre gibier lorsque je ne retrouve pas un blessé! Je m’en suis fais une spécialité :D , je suis souvent interpellé par mes camarades de chasse pour retrouver un gibier perdu.

    #4860018
    sim09
    • Postes : 3306

    Bonjour à tous, bonne nouvelle j’ai retrouvé ma bécasse !

    Elle était bien morte (plombs de tête, d’où la culbute en plein vol).

    Alors j’ai cherché autour de l’endroit supposé de la chute (j’avais retrouvé ma bourre et la chienne avait fait un arrêt dans un petit roncier non loin de la chute). En scrutant minutieusement le sol (pas évident par endroit avec toutes ces herbes qu’on trouve dans les endroit marécageux), j’ai finis par la trouver à un mètre de moi au pied d’un arbre, j’ai bien cru un instant qu’elle était vivante (mais vu l’état du plumage j’ai compris que non).

    J’avais bien visualisé un arbre au moment du tir, mais je n’avais pas retrouvé le bon en revenant sur mes pas. J’étais donc passé hier à environ 2m à coté.

    Tout est bien qui finit bien !

10 sujets de 1 à 10 (sur un total de 12)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

[Vidéo] Des marcassins se retrouvent coincés au pied d’un muret trop...

Le fait que les sangliers n'hésitent plus à envahir les zones urbaines donnent parfois lieu à des scènes totalement insolites telles que des sangliers...