VOTRE NOM D'UTILISATEUR

VOTRE EMAIL




J'ai déjà un compte
Chasse Passion
Nom d'utilisateur

Mot de passe

Mot de passe oublié

Je n'ai pas encore de compte



Accédez au meilleur de Chasse Passion en vous inscrivant gratuitement en quelques clics


MOT DE PASSE PERDU
VOTRE EMAIL



A bientot
 

[Vidéo] Des canards ruinent sa dalle de béton

Le pire ennemi du maçon est souvent la météo. Cette dernière peut empêcher un chantier de se tenir ou pire, aller jusqu’à le ruiner.


Couler une dalle de béton figure parmi les chantiers les plus « à risques » en fonction de l’humidité mais aussi du froid, qui rend sa prise plus compliquée.

D’aucuns auraient pensé que d’autres facteurs extérieurs peuvent ruiner tout le travail des artisans en quelques instants….


Dans cette vidéo, tout un groupe de canards domestiques a ainsi eu la très mauvaise idée de se lancer dans la traversée d’une dalle de béton fraîchement coulée.

Sans le vouloir ces canards vont donc créer un Hollywood boulevard géant à la gloire de tous les anatidés, pas sur que cela plaise au maître d’œuvre pour autant !

Brard et Sarran

Meuse : la préfecture autorise le tir du sanglier autour des parcelles en cours de récolte

La préfecture de la Meuse a publié un arrêté ce mercredi 20 septembre permettant le tir du sanglier autour des parcelles agricoles en cours de récolte. Cette mesure fait partie des différentes mesures présentes dans la boîte à outils prévue par l’accord signé par le gouvernement, les chasseurs et les agriculteurs lors du dernier Salon de l’Agriculture.

Meuse : la préfecture autorise le tir du sanglier autour des parcelles en cours de récolte


Faciliter les prélèvements de sangliers dans les cultures.

L’objectif assumé est de prélever au maximum les sangliers qui se tiennent dans les cultures et qui sortent des parcelles lorsque les machines agricoles sont en plein travail. La réglementation interdisait jusqu’ici aux chasseurs de chasser près des engins agricoles en fonction. En effet, la loi interdit l’usage d’un engin à moteur pour rabattre le gibier. De même, l’affût ou l’attente à moins de 300 mètres des limites d’une parcelle ou fonctionne un engin agricole est interdit.

Aujourd’hui, les dégâts engendrés par les sangliers dans les cultures forcent les autorités à prendre des mesures fortes et la préfecture de la Meuse a donc décidé de se saisir de l’une d’entre elles et d’autoriser les prélèvements de sangliers autour des parcelles sur lesquelles les récoltes sont en cours.


« Largement pratiqués dans d’autres départements, y compris dans la Région Grand Est, le tir des sangliers autour des parcelles en cours de récolte vient d’être autorisé pour la première fois par le préfet en Meuse dans le cadre d’un arrêté publié le 20 septembre 2023 sur le site de la préfecture de la Meuse. […]

Cette pratique de tir, qui n’implique pas de rabatteurs mais uniquement des chasseurs postés autour du champ, nécessite une grande rigueur en matière de sécurité au regard des engins agricoles qui circulent en périphérie, mais les chasses en Meuse sont parmi les plus sûres de France, et nous pouvons compter sur le professionnalisme et le sens des responsabilités des chasseurs meusiens pour en respecter toutes les conditions de sécurité. »

Le tir des sangliers autour des parcelles agricoles en cours de récolte devrait se démocratiser un peu partout en France.

Cette mesure adoptée par la préfecture de la Meuse, qui se calque elle même sur d’autres départements ou la mesure a été adoptée, devrait faire des émules un peu partout en France car les dégâts sur les cultures sont considérables.

Les sangliers investissent désormais assez facilement les cultures pour y passer parfois jusqu’à plusieurs jours et en profitent pour saccager des hectares entiers.


Lors de l’échange qui a eu lieu entre Willy Schraen et Sarah El Haïry la semaine dernière, la mise en place des mesures prévues par la boîte à outils qui doit être mise à disposition des chasseurs pour réguler le grand gibier n’a pas été abordée en profondeur car celle-ci doit faire l’objet d’un point spécifique dans les semaines à venir.

La mise en place du tir du sanglier sur les parcelles en cours de récolte pourrait être l’un des premiers signaux qui annoncent l’arrivée d’un plan global pour la France afin que les chasseurs puissent effectuer un nombre de prélèvements de sangliers significatif.

Rappelons que ce plan prévoit la réduction de 20 à 30% des dégâts de sangliers sur les cultures sur 3 ans.

Willy Schraen : « les propriétaires vont finir par se barricader chez eux »

La Fédération Nationale des chasseurs est revenue hier sur un évènement qui prend beaucoup de place dans les médias ces derniers temps. Dans le massif de des Hauts de Chartreuse, un propriétaire a décidé d’interdire l’accès à ses terres aux promeneurs et aux randonneurs. La décision du propriétaire fait grandement réagir, d’autant plus qu’il laisse l’accès à son territoire aux chasseurs.


Le droit de propriété privée pas toujours respecté.

C’est donc en région Auvergne-Rhône-Alpes que cette histoire fait grand bruit, au sujet de l’interdiction aux randonneurs et aux promeneurs d’un territoire de 750 hectares dans la réserve naturelle nationale des Hauts de Chartreuse par le propriétaire. Ce territoire très apprécié des touristes et amateurs de sports en pleine nature appartient en effet à quelqu’un mais cela n’a pas empêché le public de se rendre sur les lieux, au point de générer une sur-fréquentation et les problèmes qui vont avec (non respect des lieux, déchets laissés sur place, etc.).

La nouvelle loi sur l’engrillagement des espaces naturels autorise désormais les propriétaires terriens à interdire l’accès à leurs parcelles en positionnant des panneaux d’interdiction autour de ces dernières. C’est cette option qu’a choisi le propriétaire des lieux.


Cette mesure ne passe pas car les touristes, marcheurs et autres fans d’escalade estiment qu’ils doivent avoir accès à ces terrains même s’ils appartiennent à un particulier et qu’ils n’ont finalement aucun droit d’y pénétrer.

C’est pourtant bien l’attitude de ce public qui a conduit le propriétaire à fermer l’accès à son territoire. Il a néanmoins décidé de continuer d’y accueillir les chasseurs, conscient de leur importance pour la biodiversité locale et « leur utilité sur l’équilibre sylvocynégétique ».

Souviens-toi que lorsque tu n’es pas chez toi, tu es chez quelqu’un d’autre.

La FNC a décidé de réagir à cette affaire et Willy Schraen rappelle encore une fois que la spoliation des territoires pourtant privés sera sans conteste l’un des combats de demain pour les ruraux.

« La Fédération Nationale des Chasseurs (FNC) tient à rappeler que contrairement à ce que l’écologie politique et les écologistes de salon répètent à longueur de temps : la nature n’est pas à tout le monde même si la biodiversité est notre bien commun. Plus de 73 % du territoire chassable sont privés.


Le droit de propriété qui est l’article 17 dans notre constitution est l’un des fondements de notre République. »

Le Président de la Fédération Nationale des Chasseurs a expliqué une énième fois que pour que tous les usagers de la nature puissent vivre leurs passions respectives de manière apaisée, il est primordial que les biens et les droits de chacun soient respectés, à commencer par ceux des propriétaires. C’est en citant sa propre grand-mère qu’il rappelle que le respect du bien d’autrui est malheureusement une valeur en perdition :

« Comme me le disait ma grand-mère : souviens-toi que lorsque tu n’es pas chez toi, tu es chez quelqu’un d’autre ! Dans ce contexte, il est urgent d’arrêter ce bruit médiatique qui laisse croire que nos campagnes sont des zones de « guerre » entre les différents usagers, tous passionnés de nature.

J’ai déjà dit qu’à force de jeter de l’huile sur le feu, les propriétaires vont finir par se barricader chez eux à grand renfort d’interdictions. »

Un campeur découvre un énorme cervidé au pied de sa tente (vidéo)

Faire du camping c’est assurément se rapprocher de la nature, de mille et une manières, parfois jusqu’au plus près de la faune sauvage !

Alvis audio spéciale chasse

Lorsque l’on plante sa tente au milieu de la campagne, on cherche souvent à déconnecter du quotidien, à s’immerger au cœur de la nature et surtout retrouver calme et sérénité.

Telles sont les vertus du camping, et cela peut même aller plus loin dans certains cas. Ainsi, dans cette vidéo un campeur a eu la « chance » de découvrir au petit jour un nouveau voisin qu’il n’avait surement pas prévu de rencontrer.


Certainement réveillé par les pas ou le souffle de l’animal, un homme à découvert au pied de sa tente un énorme wapiti venu lui rendre une petite visite matinale. L’animal placide ne semble pas le moins du monde effrayé, bien au contraire, on dirait presque que l’animal est venu voir qui a décidé de squatter son territoire, ou alors attend-il un café !

Un élan protège ses petits et charge un cycliste (vidéo)

Les réactions des animaux sauvages sont très souvent imprévisibles. Sur Chasse Passion nous avons pour habitudes de vous montrer des vidéos insolites et rarissimes en la matière, et celle que vous allez voir en fait partie.


Parmi ces réactions il y a celles qui peuvent être féroces lorsqu’il s’agit de prédateurs tels que des félins ou même des pachydermes, mais également plus sous forme d’intimidation, comme pour signaler de ne pas approcher, tel un coup de semonce.

Tous les animaux ne sont pas méchants, très loin de la, à l’image des cervidés qui sont des animaux placides et craintifs, à 2 exceptions prêts : en période de reproduction pour les mâles, et en présence de leur portée pour les femelles.


Quand on parle de cervidés on pense aussitôt au cerf, voir même au chevreuil (qui est aussi un cervidé!) mais moins à l’élan, et pour cause ce dernier ne vit pas en France et n’est évidement pas un gibier. Les élans vivent en Eurasie et sur le continent américain (USA et Canada) ou ils sont appelé Orignaux.

L’élan, un animal paisible, sauf…

Animal forestier ou des steppes, l’élan peu parfois se rapprocher des villes en fonction du biotope et de la densité de population. Dés lors avec des animaux pouvant atteindre sans problème les 500 kg cela peut poser quelques problèmes.

Dans cette vidéo insolite c’est une femelle d’élan qui va poser des problèmes de sécurité, mais à y regarder de plus près on peut s’apercevoir qu’il ne s’agit pas tout à fait d’une femelle comme les autres… En effet, cette dernière est suitée, c’est à dire qu’elle a encore sa progéniture sous surveillance avec elle.

Ainsi, c’est une mère et 2 petits élans qui se sont rapprochés dangereusement d’une piste cyclable. Saviez vous d’ailleurs qu’après leur naissance les jeunes orignaux grossissent de 1 kilos par jour le premier mois puis environ 2.5 kg les mois suivants ?


Lorsqu’un cycliste s’approche de l’animal, alors qu’il suit simplement la route, la mère va charger le sportif puis luis intimer l’ordre de s’éloigner immédiatement de ses petits. Cette charge est classique chez les élans qui doivent souvent faire de même pour lutter contre les meutes de loups.

Mais ici pas de meute de loups, seulement un pauvre cycliste qui, surpris par la charge de l’animal, et retenu par ses pédales automatiques va se retrouver en quelques secondes au sol !

Finalement plus de peur que de mal pour ce cycliste mais assurément une vidéo insolite comme on les aime !

Brard et Sarran

Test : casque numérique anti bruit Num’axes

Se protéger l’audition est simplement essentiel à la chasse, pourtant encore énormément de chasseurs ne le font pas lorsqu’ils chassent, voir pire lorsqu’ils pratiquent le ball-trap.


Il existe pourtant de nombreuses solutions, des simples bouchons, aux oreillettes moulées en passant par le plus courant : le casque électronique.

Ainsi, après avoir testé un monoculaire de vision thermique, un collier de dressage et de repérage et des talkies walkies, c’est au tour d’un casque électronique de chez Num’axes d’être testé par la rédaction de Chasse Passion. Ce casque c’est le modèle CAS1036, dernier né de la gamme chez le fabricant Français basé dans le Loiret.

Casque électronique CAS1036

Le CAS1036 est un casque numérique complet qui, comme sont nom l’indique, va permettre d’amplifier les sons tout en protégeant des bruits les plus forts, tels que les coups de feu. Il bénéficie des dernières avancées en la matière avec notamment une fonction Bluetooth qui peu s’avérer pratique. Le Bluetooth pour connecter son téléphone à la chasse ne nous a jamais vraiment séduit, en revanche pour connecter un talkie walkie en battue, ou pourquoi pas écouter de la musique à la hutte, cela peut être très pratique.

Un grand confort de protection

C’est pas ou peu spécifié sur le site Num’Axes, mais pourtant le casque CAS1036 est muni de coussinets en gel ultra confortables. C’est pour nous un « must have » sur les casques depuis que Peltor a lancé cela sur le marché il y a quelques années. Le gain en terme de confort est incroyable par rapport à des casques avec des mousses classiques, en outre cela permet un tout petit gain de protection en plus (atténuation 27 db (SNR)).

Un design soigné pour ce casque numérique pour la chasse Num’Axes

C’est donc le premier point positif que l’on note à l’essai de ce casque. Le 2e point positif est que le casque ne serre pas trop la tête, ainsi aucun risque d’avoir la sensation d’être comme « dans un étau » en fin de journée, d’autant plus avec le kit gel.

Le casque est d’un poids convenable voir sensiblement plus léger que la moyenne, ce qui là aussi, participe à une sensation de portée agréable.


Les coques extérieures du casque sont rasantes, et permettent de moins taper la crosse du fusil quand on épaule. Le réglage du son se fera sur un seul côté avec 2 molettes astucieusement positionnées côte à côte. La première, et la plus grosse, permet de mettre en fonctionnement le casque et d’en ajuster le volume, tandis que la seconde molette placée juste à côté mais avec un profil « cranté » permet de régler le volume du Bluetooth. Ainsi il est facile de baisser le volume du casque pour augmenter le volume du Bluetooth quand le besoin s’en fait sentir, et vice versa.

Ses coques rasantes permettent d’épauler plus facilement

Au niveau de la qualité d’écoute on est sur un produit de qualité avec 2 microphones haute fréquence. Les rescriptions sonores numériques (x10) des sons sont assez fidèles et permettent de bien identifier ces derniers. Les sons lointains seront sensiblement trop accentués en fonction des situations et on veillera à ajuster le niveau du volume pour que cela ne vienne pas parasiter les sons plus proches. A la passée aux canards nous nous sommes régalés à entendre arriver de loin les premiers anatidés de la saison.

Comme tous casques numériques, le seul défaut que l’on peut lui reprocher et la difficulté à parfois savoir d’où proviennent les sons, même les casques avec 4 micros ne le permettent jamais à 100%.

Commercialisé au prix de 139.90€ c’est (encore!) un quasi sans faute de la part de Num’Axes. Assurément, son rapport qualité prix avec sa fonctionnalité Bluetooth et son kit gel est quasi imbattable aujourd’hui. Pensez à acheter des piles AAA car ces dernières ne sont pas fournies avec.

Brard et Sarran

Rivolier devient le nouveau distributeur chasse de Verney-Carron

Racheté il y a 2 ans, Verney-Carron continue sa « mutation » et a ainsi décidé de confier la distribution de ses produits chasse à la société Rivolier depuis le 11 septembre 2023.


C’est une bonne nouvelle qui ne surprend finalement pas tant que cela tant le rapprochement entre ces 2 belles sociétés familiales Françaises, et emblématiques du monde de la chasse, semble naturel.

Basés à quelques kilomètres l’un de l’autre, Rivolier et Verney-Carron se connaissent très bien. Au moment ou le fabricant d’armes stéphanois cherchait un repreneur, Rivolier s’était d’ailleurs positionné mais c’est finalement Cybergun qui avait fait l’offre la plus importante et qui était devenu propriétaire de Verney-Carron.


De son côté, Rivolier qui a perdu à peu près à la même époque la distribution de Blaser/Sauer cherchait depuis une marque d’armes solide à pouvoir représenter. Plus qu’un fabricant, c’est donc un fabricant Français que Rivolier va maintenant pouvoir compter parmi les nombreuses marques qu’il distribue.

Ainsi, plusieurs commerciaux de chez Verney-Carron ont dors et déjà intégré Rivolier pour porter l’effectif à 14 commerciaux de terrain et sédentaires qui auront pour mission de remplir les râteliers des armureries de Véloces, Impacts LA ou d’autres Sagittaires ! Bonne chance à toutes les équipes et longue vie à l’armurerie française !

Brard et Sarran

L’État revoit largement à la hausse le nombre de loups présents sur le territoire Français

L’annonce qui avait été faite par l’OFB au mois de juin dernier sur le nombre de loups présents en France avait fait bondir les ruraux qui sont confrontés régulièrement au grand prédateur.

Alvis audio spéciale chasse

L’administration avait a l’époque annoncé qu’officiellement, le nombre de loups était fixé à 906 individus et que par conséquent, la population avait baissé par rapport aux chiffres de l’année précédente.

Dans le même temps, le nombre d’observations, d’attaques sur les troupeaux et les indices collectés sur la présence de canis lupus tendait à affirmer le contraire. Les chiffres officiels ont donc été vivement contestés et la réunion du Groupe National Loup qui devait établir le prochain plan loup a été reporté.


A la surprise générale, l’Office Français de la Biodiversité a annoncé récemment de nouveaux chiffres comme l’explique Jean-Paul Celet, le préfet référent national sur la politique du loup, auprès des journalistes du Figaro :

«Un travail a été fait cet été pour actualiser les chiffres. Après prise en compte des analyses génétiques, le chiffre provisoire 2023 s’élève à 1104 individus. Pour mémoire, le chiffre provisoire annoncé était de 906. Par ailleurs, l’estimation définitive de la population de loups pour 2022 s’élève à 1096 individus, soit 175 individus de plus par rapport aux premières estimations».

L’estimation du nombre de loups en France a bondi de près de 200 individus en quelques semaines et même l’estimation de 2022 a été revue largement à la hausse.

Les éleveurs et tous les gens de terrain l’affirment depuis des mois, les chiffres avancés par l’OFB ont toujours été jusqu’ici bien en dessous de la réalité. Bien que l’État reconnaisse aujourd’hui le passage de la barre des 1000 individus, les membres du GNL dénoncent un véritable manque de sérieux dans le traitement des données.


Cette nouvelle estimation va changer beaucoup de choses sur les mesures qui pourront être mises en place lors de la prochaine réunion du GNL afin de soulager les éleveurs et potentiellement, de réaliser plus de prélèvements de loups, alors que l’Europe toute entière se questionne sur la durabilité de son statut d’espèce protégée.

Kahles, l’inventeur de la lunette de visée moderne, fête ses 125 ans d’existence

Toutes les lunettes de visée actuelles sont basées sur le même principe, avec plus au moins de technologie autour. Ce principe on le doit à Karl Robert Kahles le fondateur de la célèbre marque Autrichienne portant son patronyme.

Alvis audio spéciale chasse

C’est en 1900 que Karl Robert Kahles a profondément révolutionné la lunette de visée en remplaçant l’ensemble de lentilles simples par des lentilles achromatiques, ce qui a permis d’améliorer sensiblement le rendu des couleurs, d’élargir le champ de vision, de raccourcir de manière importante le tube et enfin, d’augmenter la distance œil-oculaire pour offrir plus de confort.

Karl Robert Kahles : le père de la lunette de visée « moderne »

Son esprit pionnier et sa passion ont jeté les fondations d’une histoire de 125 ans de succès, marquée dès le départ par de grandes réalisations et des accomplissements durables dans le domaine des optiques à longue portée.


Différents accomplissements historiques ont orienté le développement des lunettes de visée modernes ; parmi elles, la première lunette de visée étanche HELIA SUPER, munie d’un joint torique breveté (1960), et le revêtement multicouche achromatique (1972) qui offrait, pour la première fois, une transmission de la lumière supérieure à 90 % à travers l’équipement. Ensemble, ces évolutions ont jeté les fondations techniques et structurelles des lunettes de tir optiques de qualité supérieure que nous utilisons encore aujourd’hui.

Un autre exemple récent et notable d’une invention intelligente de Kahles, devenue une norme dans le secteur, est la fonctionnalité Automaticlight (2007). Cette fonction intelligente d’activation et de désactivation des réticules éclairés est désormais une fonctionnalité standard des lunettes de visée de qualité supérieure. Parmi les innovations encore protégées par des brevets figure le positionnement innovant de la molette de parallaxe sous la tourelle supérieure (sur différents modèles de la série K), permettant de positionner le réglage de la dérive sur la gauche ou la droite (2014), ainsi que le système novateur TWIST GUARD – une protection unique, qui utilise un capuchon d’extrémité en rotation libre pour éviter toute manipulation accidentelle de la dérive.

Racheté depuis 1974 par son compatriote Swarovski Optik, Kahles est aujourd’hui une marque d’initiés avec un haut degré de qualité et de fiabilité. Cette rigueur de fabrication se retrouve d’ailleurs dans d’autre produits optiques sous la marque Helia tels que des jumelles, des télémètres, des appareils de vision thermique mais également des points rouges.

🚨 Alerte info : le loup aperçu en Sarthe n’en était pas un

Lundi, la présence du loup pour la première fois dans le département de la Sarthe a été annoncée un peu partout dans les médias, y compris sur Chasse Passion.


Cette annonce a fait suite à une vidéo tournée par des riverains au nord du Mans (Saint Célerin) montrant un « grand canidé » pendant quelques secondes. L’Observatoire du loup avait alors confirmé qu’il s’agissait bien d’un loup au vu de l’attitude de l’animal et d’autres indices repérés dans le secteur.

Les agents de l’OFB se sont rendu sur place hier matin afin d’effectuer des relevés d’indices et analyser les traces de l’animal. Nous avons contacté Mr Pioger, Chef d’unité et Inspecteur de l’environnement qui s’est déplacé sur place et qui nous a confirmé qu’il ne s’agissait pas d’un loup.


Des traces fraiches de canidés dans un champs de poireaux à proximité du lieu de la vidéo ont rapidement éveillé les doutes des agents de l’OFB, celles-ci étant plus petites que celles d’un loup.

S’en est alors suivi une enquête de voisinage qui a permis d’identifier assez facilement « la bête » : un croisé Saarlos/Husky répondant au nom de Pogo et qui a une fâcheuse tendance à … fuguer !

Quand aux auteurs de la vidéo, il s’agit de riverains qui habitent sur place depuis 15 jours seulement et qui n’avaient pas encore eu le plaisir de faire la connaissance de Pogo !

Les traces sont plus petites que celles du loup et ne sont pas alignées de la même façon. Crédit photo : Julien Pioger
Pogo at home ! Crédit photo : Julien Pioger
×