Actualité de la Chasse Petit gibier Un deuxième cas de grippe aviaire découvert dans les Yvelines.

Après la détection d’un cas de H5N8 en Haute Corse il y a quelques jours, c’est maintenant à quelques kilomètres de Paris que le virus de la grippe aviaire est apparu.



C’est dans une animalerie des Yvelines que la présence du virus a été confirmée suite à des analyses. La totalité des oiseaux présents dans cette animalerie ont du être euthanasiés afin d’éviter tous risques de contamination à l’extérieur.

Après avoir confirmé que la souche du virus était la même que celle découverte en Haute Corse, l’Agence nationale de sécurité sanitaire a défini une zone de surveillance autour du foyer potentiel. L’objectif est bien évidemment d’éviter à tous prix que la grippe aviaire ne puisse se transmettre aux élevages professionnels ainsi qu’aux oiseaux migrateurs.


La France ayant relevé son niveau de risque épidémiologie à « élevé », il va falloir suivre de près les évènements dans les jours à venir pour savoir dans quel sens la situation des éleveurs de petit gibier et le transport des appelants évoluera.

Chasseur autodidacte depuis 19 ans, j'ai appris à me former et m'informer seul. Ce besoin de connaissances du monde de la chasse conjugué à un esprit espiègle m'ont assez naturellement conduit au journalisme cynégétique

3 Commentaires

  1. c’est quoi se truc ; on me fait rire dans une animalerie c’est trop marrant c’est ferme une animalerie nous on nous dit de proteger nos oiseaux et eu non donc s’est pv car nous si on l’ai sort c’est pv alors arreter de me faire rire ;les ecolos se frotte les main hein madame pompili

  2. MME POMPILI n’est pas à sa place. Elle fait de l’écologie sans savoir ce que c’est vraiment.
    Qu’elle aille sur terrain voir le travail des chasseurs et des fédérations pour la biodiversité.
    C’est pas de l’écologie faite par des ANTI TOUT comme elle

  3. Encore un cas de maladie dans un élevage ( une animalerie c’est bien un élevage, non ? ) et ce sont les chasseurs qui paient ! Exactement la même chose que pour le H5N1 où un élevage de dindes dans l’Ain avait été à l’origine du grand bordel en France !!!
    Étonnant ces maladies qui suivent les voies de circulation routières ou ferroviaires et qu’on hésite surtout pas à mettre sur le dos des animaux sauvages ! C’est aussi le même problème pour la tuberculose bovine ! Et ce sont les cerfs et les blaireaux qui paient !

Laisser un commentaire

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici