Actualité de la Chasse Divers et insolites Les conseillers départementaux d’Ariège exigent le « retrait immédiat et inconditionnel du...

Hier, le lundi 19 juillet 2021, les conseillers départementaux d’Ariège ont réclamé le retrait immédiat du projet Life Ours, projet qui suscite le débat depuis longtemps car d’un côté les défenseurs de la cause animale souhaitent maintenir l’ours et le développer et de l’autre les dégâts occasionnés par ces derniers se font toujours plus fréquents et commencent à inquiéter beaucoup de monde.



La place de l’ours dans les Pyrénées n’en finit plus de faire débat et est au cœur des interrogations dans cette région de la France. Il y a tout juste plus d’un an, le 15 juillet 2020, quatre ours ont attaqué u troupeau de brebis à proximité d’Ustou en Ariège. Inquiet, le maire M. Alain Servat déclarait « il se produira bientôt un drame ».

Ce 19 juillet 2021, les conseillers départementaux ont alors décidés de faire entendre leur avis sur cette situation. Le projet Life Ours est dans leur viseur et il faut dire que pour eux, le débat commence peut-être à s’éterniser. Christine Tequi, la présidente du département de l’Ariège blâmait cette initiative : « les Pyrénées ne sont pas à vendre » au début du mois de mai 2021. Seulement quelques semaines plus tard, une motion mise sur la table par la chambre d’Agriculture de l’Ariège a été adoptée par les conseillers départementaux à 26 voix.


La demande de financement de la DREAL Occitanie auprès de la Commission Européenne a notamment été évoquée par le département. Cette aide concerne le projet Life Ours et s’élève à hauteur de 7.950.312€. Le département y répond de manière ferme et limpide :

« Considérant l’absence totale de mise en débat de ce projet (…), l’absence totale de transparence dans l’élaboration de ce projet (…), l’opposition constante depuis plus de 25 ans de l’immense majorité des acteurs pyrénéens aux différents programmes de réintroduction de l’ours brun (…), les grossières erreurs d’analyses faites par les instigateurs du projet (…), la négation totale et méprisante de l’identité, de l’histoire, des valeurs et de la liberté des acteurs pyrénéens, nous exigeons le retrait immédiat et inconditionnel du projet. »

Le débat regagne donc en intensité mais cette fois, les conseillers départementaux d’Ariège semblent vouloir y mettre terme et le clôturer par un ultimatum.

1 commentaire

Laisser un commentaire

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici