Actualité de la Chasse Chasse en France Affaire Morgan Keane : 24 et 18 mois de prison (dont 6...

Hier, à Cahors, a ouvert le procès du chasseur qui a tué Morgan Keane le 2 décembre 2020, ainsi que celui du directeur de battue de ce jour là.

Les juges ainsi que le procureur ont entendu les 2 accusés, la famille de la victime et leurs avocats respectifs.

Il ressort que le chasseur aveyronnais qui a tiré et tué Morgan Keane a effectué un tir direct sans identifier correctement sa cible. Une erreur dramatique et inqualifiable que le chasseur lui même a reconnu tout en ajoutant « il n’y a pas un jour qui passe sans que je n’y pense, c’est gravé à vie. Je suis désolé pour la famille »

Les juges se sont également penchés sur le directeur de battue qui, selon eux, n’a pas encadré suffisamment la chasse ce jour là. Le Procureur de la République estime de son côté que ce directeur a une implication directe dans l’accident.

Ce dernier a requis 24 mois de prison, dont 6 mois fermes pour l’auteur du tir, et 18 mois de prison dont 6 fermes pour le directeur de la battue, ainsi que le retrait de permis de chasse et l’interdiction de détenir une arme pendant 5 ans.

La décision a été mise en délibéré au 12 janvier 2023.

Depuis presque 20 ans au service de la chasse et des chasseurs sur Internet. Traiter l’actualité cynégétique au quotidien, informer les chasseurs des nouveautés, vous offrir les meilleurs contenus chasse (vidéos de chasse, photos).

2 Commentaires

  1. trés bon message envoyé a ceux qui font n’importe quoi à la chasse , le tir sans avoir identifier sa cible sera de plus en plus punis sévèrement et c’est une bonne chose

  2. Hors de ce contexte anti chasses et hors des pressions politiques qui en découlent ce procès n’aurait certainement pas prit la même tournure
    Si une faute doit être puni incontestablement et si cette punition doit servir d’enseignements pour le futur cette procédure ne doit pas servir à discréditer une activité qui fait parti intégrante de notre patrimoine
    La prison ferme pour un homicide involontaire et en particulier à l’encontre du chef de battue prouve la volonté de marginaliser une pratique plutôt que de sanctionner un acte ou une négligence

Laisser un commentaire

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici