Actualité de la Chasse Chasse en France Bretagne : abatage de 25 000 choucas des tours, accusés de causer...

Souvent confondu avec la corneille noire et le corbeau, le choucas des tours est un corvidé qui fait parler de lui depuis quelques années, notamment en Bretagne ou il est accusé de commettre des dégâts considérables sur les cultures.

Cette espèce est protégée depuis 1989, les agriculteurs n’ont donc aucun moyen de riposte lorsque ces corvidés choisissent sa parcelle pour se défouler, s’installer et se reproduire. Ce volatile est en réalité particulièrement friand et demandeur de graines tout-juste plantées et de jeunes pouces, la meilleure solution envisageable et légale pour les éloigner des cultures est donc la mise en place de systèmes d’effarouchement qui, comme on le sait, ne garantissent pas l’indemnité des champs. Les dégâts causés par cette espèce seulement dans le Morbihan sont estimés à 500 000 € sur les cultures des agriculteurs.

Les préfets du Morbihan, du Finistère et des Côtes d’Armor ont donc pris un arrêté autorisant l’abatage de 25 000 choucas dans ces trois département au cours de cette année 2022. A savoir que l’année dernière un arrêté similaire avait été pris dans les Côtes d’Armor mais la LPO (ligue de protection des oiseaux) avait réussi à le faire retoquer par la justice.

16 Commentaires

    • Le pire c qu’ils paient leurs avocats avec les subventions de l’ETAT!!!!!
      C MAGNIFIQUE !
      L’ETAT leur donne des sous pour que ma LPO où autres lui face dépenser de l’argent public en procédure !!!!!!

    • Je suis agriculteur, j’ai 56 ans ,j’ai chassé pendant 10 ans.
      Je pense que les écologistes, marche sur leur tête, ainsi que beaucoup de politique, quelque soit le parti !!!
      La planète se réchauffe,le président Chirac,en 1992 avait tiré l’alarme, il y a30 ans.
      Quel est à ce jour la position, de nos « gouverneurs »!!!!!
      Quand je vois nos jachères ,qui doit être broyées avant le 15 mai de chaque année.
      La faune à cette date,est en pleine prolifération, je pense aux levreaux,façons et autres espèces, ils ont aucunes chance de survie, car à la vitesse, dont nous avançons pour exécuter les travaux.

  1. Je suis agriculteur dans le Morbihan et je tiens quand même à souligner certaines choses.
    Les corvidés sont très sensibles en période de nidification, ils sont donc à la recherche d’une source d’alimentation.
    Effectivement ils sont présents dans nos champs, d’ailleurs depuis des siècles, mais voilà depuis peu nous rencontrons une pollution de cartouche liés à la chasse.
    En début de semaine, mes voisins et moi-même (1700 hectares) avons ramassé 950 cartouches dans nos champs !

    Autre problème, certains chasseurs se permettent même de tirer directement dans les arbres sur les nids en forêt ou bien même dans les parcs.

    Tout ça n’est que politique.

  2. Tous à fait, si c’est association interdisent la régulation de certains espèce qui occasionne des dégâts sur les cultures a eux de régler les factures et plus à nous les chasseurs. On ne dit pas de détruire mais de faire de la régulation. Il faut arrêter de croire que les chasseurs sont des destructeurs après sur le sanglier je suis pas sûr mais sur les espèces comme chouca corneilles ne vous inquiétez pas il y a pas grand monde à y allez.

  3. L’abattage des espèces sauvages pour protéger l’agriculture intensive est, tout simplement, un scandale. De nos jours, il est évident que la biodiversité devrait être la priorité, quoi qu’il en coûte.
    Les choucas dévorent les cultures? changez de cultures… Maïs sur maïs? C’est ça le scandale agronomique et écologique.

    • Très bien, donnez nous vos coordonnées bancaires, on les fera passer aux agriculteurs pour payer les dégâts « quoi qu’il en coûte » avec vos deniers propres, préparez vous à vendre vos biens immobiliers.

    • Les choucas , la biodiversité.
      N importe quoi , quand une espèce protégée ou non fait autant de dégâts, on ne peut pas parler de biodiversité.

Laisser un commentaire

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici