Actualité de la Chasse Chasse en France Décès d’un chien de chasse dans l’Eure, les chasseurs appelés à la...

Il y a environ deux semaines, un chien est mort après avoir été contaminé par le virus de la maladie d’Aujeszky dans l’Eure, à proximité de Conches-Breteuil. Deux autres chiens sont morts dans des conditions qui semblent similaires mais la maladie d’Aujeszky n’a pas encore été confirmée pour ces deux autres cas.

La maladie d’Aujeszky est une maladie très rare et qui ne se diffuse en principe qu’assez peu. Quelques cas peuvent se manifester dans une région avant de disparaître pour plusieurs années.

Pour autant, les cas se multiplient un peu partout en France depuis quelques temps et les chasseurs commencent à s’interroger au sujet de ce virus qui est transmis aux chiens par les sangliers.

Dernièrement, un foyer de maladie d’Aujeszky a été découvert dans le Gers vers la fin du mois de décembre, un autre foyer dans les Alpes-de-Haute-Provence en début janvier, puis des cas se sont manifestés dans l’Oise la semaine dernière avant que les cas situés dans l’Eure ne soient confirmés. Cinq chiens de chasse sont également morts du virus en Seine-et-Marne.

Il existe un vaccin pour la maladie d’Aujeszky dont la première campagne d’administration avait débuté dans l’Aube. Il n’est pour le moment pas dans les habitudes vétérinaires de faire vacciner les chiens de chasse contre ce virus mais vu la multiplication des cas dans différentes régions, il se peut que les choses changent dans les mois à venir.

La vigilance est donc de mise pour les chasseurs afin d’éviter que les chiens ne soient contaminés par cette « pseudo-rage » qui se développe très vite chez le chien et qui leur est fatale. Il faut donc éviter au maximum que les chiens ne soient en contact direct avec les sangliers.

Pour rappel, cette maladie n’est pas transmissible à l’homme mais si la maladie d’Aujeszky venait à toucher la filière porcine, les effets au niveau économique pourraient être catastrophiques.

Chasseur autodidacte depuis 19 ans, j'ai appris à me former et m'informer seul. Ce besoin de connaissances du monde de la chasse conjugué à un esprit espiègle m'ont assez naturellement conduit au journalisme cynégétique

Laisser un commentaire

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici