Actualité de la Chasse Chasse en France La FNC a fait le nécessaire pour revoir le système d’indemnisation des...

Depuis déjà plusieurs années, le système d’indemnisation des dégâts du grand gibier sur les cultures divise. Pour certains il est nécessaire de garder la main sur ces indemnisations afin de conserver du côté des chasseurs un certain poids économique et de l’autre ceux qui disent que ce n’est plus possible tant les sommes demandées deviennent astronomiques.

La Fédération Nationale des Chasseurs semble avoir pris sa décision et a entamé des négociations avec le secteur agricole et le Gouvernement dans le but de faire changer le système.

Le Conseil d’État, sollicité par l’avocat mandaté sur le sujet par la FNC, a pris acte de la demande et a suivi ses conclusions selon lesquelles les dispositions prévues par la loi mettant en place le système d’indemnisation à la charge des chasseurs « portent atteinte aux droits et libertés garantis par la Constitution, et notamment au principe d’égalité devant la loi et au principe d’égalité devant les charges publiques garanties par les articles 6 et 13 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 ».



Willy Schraen s’est exprimé sur le sujet dans un communiqué que l’on peut retrouver sur le site de la Fédération Nationale des Chasseurs :

« la décision du Conseil d’État, qui par cette transmission reconnaît le caractère sérieux de la demande de réforme du système d’indemnisation qui, rappelons-le, avait été votée à une très large majorité dès octobre 2019 lors d’un congrès de la FNC réunissant tous les représentants des fédérations départementales des chasseurs. L’explosion de populations de sangliers est un phénomène mondial et, dans un contexte de spéculation sur les cours des denrées agricoles, il n’est plus possible de laisser aux seuls chasseurs la charge des dégâts. »

Chasseur autodidacte depuis 19 ans, j'ai appris à me former et m'informer seul. Ce besoin de connaissances du monde de la chasse conjugué à un esprit espiègle m'ont assez naturellement conduit au journalisme cynégétique

11 Commentaires

  1. Je rajouterais la difficulté sur certains secteurs de pouvoir chasser de manière pertinente tant du fait du mitage par des constructions parfois anarchiques que du refus de chasser de propriétaires qui évidemment refusent aussi de payer le prix de leur choix sur la prolifération des sangliers par effet refuge.

  2. Comment se fait il que la chasse à la glu des grives en Provence n est pas à nouveau autorisée . Je trouve cela aberant , c est aussi une chasse traditionnelle . Il faut demander à ce qu elle reprenne aussi qu elle ne soit pas traitée à part qu elle ne soit pas laisser pour compte c est injustice .

    • il faut demander a m. schraen qui riait si bien en compagnie de m. thierry costes en tutoyant le candidat macron lorsque celui ci promettait de ne pas toucher aux chasses traditionelles….

    • Je suis agriculteur éleveur et tout les matin lorsque je vais nourrir mon bétail et que je vois mes semis de Ray grass qui sont retourné . Que doit on faire pour que cela s’arrête. Cela a un coût si la fédé gère sont gibier et bien il faut qu’elle paye

  3. Je suis agriculteur et chasseur, cette histoire d’indemnisation est toujours source a histoire avec les chasseurs qui n’ont pas un mètre carré de terrains et qui ne comprennent pas que les dégâts sont un manque a gagner dans la profession. Malgré l’augmentation des charges de dégâts et proportionnellement le prix du permis de chasse il y a encore une population de chasseurs qui ne comprennent pas qu’il faut prélever plus d’animaux pour diminuer ces dégâts et continue de gérer leurs prélèvement. Qui me met en colère car aujourd’hui dans notre secteur pourri de sangliers les cultures et surtout les prairies très mal indemnisées sont massacrés par les sangliers. Alors si jamais les chasseurs ne sont plus les seuls à payer les dégâts et bien il faut également changer les lois pour que le droit de chasse revienne directement au détenteur du fermage pour que les agriculteurs puisse gérer les populations d’animaux a leur idée et non devoir accepter des groupes de chasse qui ne joue pas le jeu.

    • il faut aussi que certains agriculteurs cessent d emblaver des superficies de 30 ,40, 50 hectares de mais d un seul tenant ,parfois meme a coté d un bois

  4. Les dégâts de grands gibiers ne doivent pas être supportés par les chasseurs uniquement. Les propriétaires qui interdisent aux chasseurs d’exercer l’activité sont complices de l’expansion des sangliers et autres animaux et doivent aussi financer les dégâts. L’état aussi doit pouvoir faire évoluer la législation et que le paiement soit aussi pris en charge par toutes les associations de protection ( lpo, voice….) j’en passe. De plus la communication de ces assos dénigre, rabaisse l’activité cynégétique et surtout contribue à un climat de violence, d’insécurité (saccage de miradors, percussions volontaires de chiens avec un véhicule,…). Donc ces dernières doivent payer aux côtés des chasseurs les dégâts.
    L’état doit aussi payer car avec les parcs nationaux…. Zone de biotopes ou la chasse est interdite il contribue à l’expansion incontrôlée dû grands gibier.

Laisser un commentaire

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici