Actualité de la Chasse Chasse en France Le représentant d’Emmanuel Macron annonce une aide financière ponctuelle cette saison pour...

Lors du congrès de la Fédération Nationale des Chasseurs, Marc Fesneau le représentant d’Emmanuel Macron a prononcé un discours plutôt empathique envers la chasse Française et a annoncé que le gouvernement encore en place souhaitait faire un pas en avant vers les chasseurs.

Plusieurs points ont été abordés parmi lesquels le paiement des indemnités des dégâts du grand gibier, l’interdiction des chasses traditionnelles et la chasse des oies en février pour les chasseurs de gibier d’eau. Malgré tout, le discours était assez peu lisible et les mesures proposées aux chasseurs sont encore floues.

Une aide ponctuelle pourrait donc être débloquée cette année pour aider les chasseurs à payer les indemnités relatives aux dégâts causés par le grand gibier et notamment par le sanglier qui pose de réels problèmes aux agriculteurs. Par la suite, cette aide ponctuelle pourrait devenir une aide sur les frais de gestion des Fédérations de chasse départementales.


En ce qui concerne les chasses traditionnelles, Marc Fesneau explique que la suspension de certaines d’entre elles, et notamment de la chasse à la glu, ne sont que des obligations juridiques imposées (par l’Europe) mais que le gouvernement souhaiterait revoir cette position. Dans le même temps, après avoir été questionné sur ce point, le représentant d’Emmanuel Macron avoue qu’il s’agit pour le moment d’une impasse juridique. Pas de quoi se réjouir pour les passionnés de nos belles chasses traditionnelles sacrifiées malheureusement.

Dernier point important abordé par Marc Fesneau, et non des moindres, concerne la chasse des oies en février. Ce dernier reconnaît au nom du gouvernement que d’interdire la chasse des oies en février n’avait pas de sens alors qu’elles sont ensuite détruites par centaines dans les pays limitrophes. Cette position fait référence au gazage des oies aux Pays-Bas notamment. Il serait donc possible que des arrêtés permettent la chasse des oies en février à partir de la saison prochaine.

Pour les deux derniers points abordés, Marc Fesneau insiste tout de même sur le fait que pour avancer dans ces domaines, il faudra que les chasseurs continuent d’appuyer sur le coté scientifique des choses, qu’ils puissent prouver que leur action est bénéfique pour la biodiversité et soient capables d’apporter des dossiers solides devant les instances compétentes pour défendre leurs positions.

Chasseur autodidacte depuis 19 ans, j'ai appris à me former et m'informer seul. Ce besoin de connaissances du monde de la chasse conjugué à un esprit espiègle m'ont assez naturellement conduit au journalisme cynégétique

13 Commentaires

  1. Pas d’accord avec vous sur les chasses tradi. Peu clair ? il suffit d’écouter l’audition pour comprendre clairement « nous sommes favorables à ces chasses qui doivent être maintenues » « dès que le jugement sur le fond sera pris nous referons les arrêtés pour que les chasses reprennent » bref dans toutes ces auditions certains évoque de vagues principes ou de belle phrases. Là où Fesneau explique des solutions réelles, juridiques, précises. Idem il explique clairement qu’ils oeuvrent pour que l’europe se mèle de ses affaires et laisse le sujet chasse aux pays…. longtemps qu’on n’avait pas entendu ça

Laisser un commentaire

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici