Actualité de la Chasse Chasse en France Nicolas Hulot, nouveau ministre de la Transition écologique (environnement)


Nous vous en parlions depuis plusieurs jours, même si beaucoup de gens avaient du mal à y croire, cette fois c’est fait : Nicolas Hulot est le nouveau ministre de l’Environnement (appelé Ministre de la Transition écologique).

hulot-ministre-environnement

Cela fait plus d’une décennie que l’ancien animateur de télévision est courtisé par les différents chefs d’états pour ce poste. Jusqu’ alors Nicolas Hulot avait toujours refusé. Trop jeune ? Pas assez libre ? Télescopage avec sa fondation ? Les raisons peuvent être nombreuses, mais apparemment derrière lui !

Nicolas Hulot, 62 ans, entre donc au gouvernement d’Emmanuel Macron, qui selon des sources lui aurait fait une offre béton. Qu’est-ce qu’une offre béton ? Peut-être l’assurance de rester en place après les élections législatives du mois de juin…. Cela paraîtrait logique.

Sur nos réseaux sociaux, beaucoup de chasseurs se sont inquiétés de la possible nomination de Mr Hulot au poste de ministre de l’Environnement, et pour cause. S’il est indéniable que Mr Hulot a une très bonne connaissance de l’environnement, à l’échelle planétaire, que c’est un homme de « scène », il semble aussi indéniable qu’il n’apprécie pas les chasseurs.

Chasse Passion a retrouvé un édito écrit par Nicolas Hulot en personne dans Science et Nature d’Avril 2001, le moins que l’on puisse dire c’est que « l’aventurier » de l’époque ne tarit pas beaucoup d’éloges à l’égard des chasseurs, lisez plutôt :

« Je nourris à l’égard des chasseurs des tolérances sélectives… À mes yeux, il est un principe intangible : la mort ne peut jamais être source de plaisir, moins encore source de spectacle, et, a fortiori, certainement pas un sport. Néanmoins, par tolérance, je peux admettre que si l’on a été élevé, depuis le biberon, dans un environnement de tenues camouflées, où la chasse se pratique régulièrement, on ne porte pas sur les animaux le même regard.
J’essaye de faire des distinctions entre les « viandards » et le petit chasseur tranquille qui cherche simplement à améliorer son repas du dimanche. Mais force est de constater qu’en France, lorsqu’on se balade dans la nature, les chasseurs font la loi et parfois terrorisent ceux qui la fréquentent. Pour le simple promeneur qui se retrouve pris dans le concert d’aboiements d’une meute, de coups de fusils épars, de cris guerriers, l’épisode devient vite traumatisant et source de dangers (il y a chez nous quarante décès par an liés à la chasse). J’ai entendu récemment une salve de coups de fusils tirée dans un épais brouillard…

Mais le plus révoltant, c’est que j’ai vu, de mes propres yeux vu, des chasseurs pratiquer leurs activités un jour de neige, ce qui est normalement interdit par la loi (sauf exception décrétée par le préfet). Et que dire de ces chasseurs postés en colonnes le long des routes, attendant le passage des animaux rabattus et qui effectuent des tirs tendus, sans avoir la garantie visuelle de l’absence de véhicules dans leurs lignes de mire ; et ces chiens rachitiques, volontairement affamés pour êtres plus efficaces à la chasse au sanglier, abandonnés en grand nombre et qui errent en meutes désespérantes. À trois reprises, ces dernières semaines, j’ai recueilli des chiens perdus, dans un état déplorable d’hygiène et de santé. Contactés, leurs propriétaires ne se sont même pas déplacés et j’ai dû aller moi-même les rapporter…

Alors, devant une telle insouciance, je n’ose même pas évoquer l’incapacité quasi générale des chasseurs à ramasser leurs douilles, qui jonchent le moindre recoin de nature sauvage. Faut-il rappeler que ces  » Semeurs de trépas « , comme les appelait Victor Hugo, ne sont qu’une petite minorité (1,5 million), mais qu’ils imposent leurs viriles activités à 58 millions d’autres Français. Le simple fait de détenir une arme ne peut être banalisé, d’autant plus si l’on s’en sert, et les chasseurs se grandiraient à n’accepter aucune dérogation à des règles de sécurité de base, à être intransigeants pour interdire des pratiques légères ou inciviles. Combien de fois ai-je assisté à des discussions houleuses entre chasseurs et randonneurs, où les premiers exhibent leurs armes sans même les avoir déchargées. »

Qu’en pensez-vous ?