Actualité de la Chasse Petit gibier Aveyron : la perdrix rouge en train d’être réintroduite par les chasseurs

Sur le causse Comtal, la fédération départementale des chasseurs d’Aveyron continue son opération de réintroduction de la perdrix rouge. Elles sont petit à petit lâchées les unes après les autres après avoir patienté en semi-liberté dans des volières de pré-lâcher.

Martial Lavastrou , à la tête de ce projet explique le principe : « C’est une phase importante , nous libérons progressivement des oiseaux. Ceux qui sont libérés restent en périphérie des volières sous le rappel de ceux qui restent là, des points d’eau et des agrainoirs leur donnent des raisons supplémentaires de s’approprier le secteur »

Durant la fin de l’été, quelques opérations de lâchers s’effectueront afin de commencer à voir de quelle manière se comporteront les volatiles. Aux alentours, les sociétés de chasse investissent du temps et de l’énergie dans ce projet de réintroduction. A savoir qu’une fois la réussite de cette réintroduction effectuée, les perdrix rouges ne seront pas chassées au cours des trois prochaines années, les comptages donneront le tempo une fois cette période écoulée.

35 Commentaires

  1. Mais comment fonctionnait donc la nature avant les hommes, les flingues, la glue, les pompiers, les 4×4, etc…. A vous lire on dirait que rien ne fonctionne sans eux ou sans vous ; vous lisez trop la bible les amis

    • Gilles, à cette époque lointaine, les catastrophes naturelles étaient tout aussi présentes, ce n’est pas un hasard si nombre d’espèces végétales méditerranéennes, californiennes ou australiennes sont pyrophiles (elles ont besoin de feu pour se développer) et il est plus que probable que nombre d’espèces d’animaux ou de plantes rares ou localisés ont du disparaître à cette époque à cause d’incendies géants. Vous devriez vous réjouir que l’homme puisse intervenir dans la nature pour éviter de tels désastres… avant l’apparition sur Terre de l’écologiste rétrograde, pire catastrophe environnementale qu’a connu la nature depuis des milliers d’années. Exclure l’homme des territoires où il vit depuis des millénaires est une erreur majeure.

Laisser un commentaire

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici