Actualité de la Chasse Grand gibier Une association de protection des animaux obligée de faire appel aux chasseurs...

Alors que l’on révélait hier l’info quant à  la volonté de l’ASPAS d’acquérir 500Ha pour y interdire la chasse et y faire un « sanctuaire pour animaux », avec tous les problèmes de biodiversité et de sur population que cela engendrerait, voici comme un écho aujourd’hui à la une de Nice-matin où l’on apprend qu’une association de protection de la nature est obligée de réaliser des battues administratives sur son domaine de 600 Ha !

Cette situation est totalement révélatrice de l’obsession des associations de « protection des animaux » consistant à penser que la chasse est le pire mal et que nous décimons les espèces les unes après les autres.

L’association A Rocha est en train de l’apprendre à ses dépens. En effet, cette association dispose d’un domaine de 600Ha sur lequel elle accueille le grand public pour diverses activités nature. Parmi celles-ci, pas plus tard que le mois dernier, elle accueillait des jeunes et des moins jeunes à l’occasion du brame du cerf.



Problème pour A Rocha, les cerfs, c’est bien en période de brame, mais après on en fait quoi ma petite dame ? Et bien on les tue, et les sangliers aussi. C’est ce qu’a ordonné le préfet en organisant plusieurs battues administratives dans l’enceinte du domaine afin de réguler les populations bien supérieures à ce qu’elles devraient être. Avouez que c’est un comble pour une association de protection des animaux que de devoir faire appel aux chasseurs !

« Ce n’est pas l’idéal »

De l’aveu même du directeur, Jean-François Mouhot, il n’y avait pas d’autres solutions « Les soirées pour écouter le brame du cerf sont organisées par l’association. Elles sont liées à notre vocation de protection de la nature et de l’environnement et notre volonté de valoriser le patrimoine naturel et de sensibiliser le public. Les battues administratives relatives au cerf sont organisées, elles, par le préfet des Alpes-Maritimes et sont sous la responsabilité d’un lieutenant de louveterie. Comme pour les sangliers, elles visent à réguler la population de cerfs. »

Avant d’ajouter « On est d’accord, ce n’est pas l’idéal. Mais pour l’instant nous n’avons pas d’autres solutions que ces battues »

 

Depuis presque 20 ans au service de la chasse et des chasseurs sur Internet. Traiter l’actualité cynégétique au quotidien, informer les chasseurs des nouveautés, vous offrir les meilleurs contenus chasse (vidéos de chasse, photos).

29 Commentaires

  1. On ne sait pas qui a dit quoi et qui a commandé quoi…..pas de sources, cela semble être des  » histoires  » !
    En plus l’auteur n’a même pas su masquer sa misogynie : la « petite dame » pourrait bien se montrer plus solide que lui.

    • On vous sent blessé, la réalité vous déplaît, ma petite dame est une expression qui ne s’adresse a personne plutôt que de vous cacher derrière des mots à la mode faites une recherche sur le net et sinon l’article date d’un an et demi.

  2. Pourquoi des Chasseurs participent à cette battue. Le préfet devrait être seul à prendre un fusil. Puisque les soit disant écolos font des conneries laisser se débrouiller, filmer les comme eux le font, faites les bons commentaires auprès des medias et réseaux sociaux.
    Ce que vous faites en allant vous compromettre va retomber sur l’ensemble des Chasseurs.

  3. la chasse a bien changé 79 ans premier permis a 18 ans dans le 14 on ne chassait que le lièvre la perdrix grise le lapin le pigeon les belles et agréables journées entre amis que l on passait tout ceci c est transformé gibier d élevage de toute sorte GROS GIBIER DES ACTIONS DES JALOUSIES DE LA COMPETITION et il faut de la viande et du profit tout se vend les locations les actions même la viande !!!!!!!!!! tristesse du bon vieux temps

  4. Votre commentaire Mr ou Mme Morel est hors sujet il est dit « Comme pour les sangliers, elles visent à réguler la population de cerfs. » il est précisé que ces battues viseront les cerfs et non les sangliers le » comme les sangliers » c’est pour souligner le fait que les battues administratives sont souvent employées pour réguler en urgence une population qui occasionne de gros dégâts et/ou afin de limiter des collisions (risque de sur accident) sur le réseaux routier…
    Dire que les prédateurs ont disparu, d’une non bien au contraire le loup a tendance à s’installer partout maintenant sinon on ne verrai pas autant de conflits partout avec les « pro-loup » et ceux qui sont contre… (nous avons sûrement colonisé des espaces aujourd’hui qui étaient en 1800 des zone naturelles mais à l’époque nous n’étions que 27 millions et aujourd’hui 67,2 millions donc il y a forcément un impact faut bien se loger, se nourrir, travailler…)
    Et traiter nos sanglier sauvage de cochonglier est de dénigrer notre faune sauvage en prenant un cas régional ou des cas ultra minoritaire à la totalité de la population…
    Pour quelqu’un qui a l’air de connaître la nature et de l’aimer il va falloir repasser.

    MR/Mme Hinareva lisez bien il est bien écrit que c’est une association de protection de la nature mais il n’en reste pas moins pour autant responsable de la surpopulation de la faune qui c’ est établie sur le terrain.

  5. Le problème des territoires sanctuarisés, est que les animaux repèrent très vite les endroits où ils ne sont pas dérangés. il s’ensuit des surpopulations qui posent rapidement des problèmes. Avec les populations de sangliers qui occasionnent des dégâts considérables, indemnisés par les chasseurs, on tente, par des battues administratives de réduire les populations. En fin de saison, les sangliers connaissent la musique et ne franchissent pas les lignes de tir. J’ai le souvenir d’une battue dans le Gard où 101 chasseurs, n’ont réussi qu’à abattre 7 sangliers, alors que 10 meutes avaient été mises en oeuvre. Les sangliers arrivaient à la ligne, au dessus et en dessous, et rebroussaient chemin forçant la ligne de traqueurs et les chiens. J’ai eu l’opportunité d’en tirer un, alors que la battue s’achevait et qu’un chasseur recevait un appel téléphonique, ce qui l’a inquiété, le faisant passer à mon poste… Mais tous les autres, jusque là, avaient rebroussé chemin. La régulation des sangliers devrait s’opérer toute l’année, à l’affût ou à l’approche, en ne tirant que dans les classes d’âges qui posent problème, sans hypothéquer la chasse. Maintenant, c’est une volonté politique des fédérations de chasseurs qui, si elles ne veulent pas imploser, ont intérêt à prendre des mesures intelligentes, très rapidement. Jean-Claude Tolphin

Laisser un commentaire

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici