Actualité de la Chasse Grand gibier Une association de protection des animaux obligée de faire appel aux chasseurs...

Alors que l’on révélait hier l’info quant à  la volonté de l’ASPAS d’acquérir 500Ha pour y interdire la chasse et y faire un « sanctuaire pour animaux », avec tous les problèmes de biodiversité et de sur population que cela engendrerait, voici comme un écho aujourd’hui à la une de Nice-matin où l’on apprend qu’une association de protection de la nature est obligée de réaliser des battues administratives sur son domaine de 600 Ha !



Cette situation est totalement révélatrice de l’obsession des associations de « protection des animaux » consistant à penser que la chasse est le pire mal et que nous décimons les espèces les unes après les autres.

L’association A Rocha est en train de l’apprendre à ses dépens. En effet, cette association dispose d’un domaine de 600Ha sur lequel elle accueille le grand public pour diverses activités nature. Parmi celles-ci, pas plus tard que le mois dernier, elle accueillait des jeunes et des moins jeunes à l’occasion du brame du cerf.

Problème pour A Rocha, les cerfs, c’est bien en période de brame, mais après on en fait quoi ma petite dame ? Et bien on les tue, et les sangliers aussi. C’est ce qu’a ordonné le préfet en organisant plusieurs battues administratives dans l’enceinte du domaine afin de réguler les populations bien supérieures à ce qu’elles devraient être. Avouez que c’est un comble pour une association de protection des animaux que de devoir faire appel aux chasseurs !

« Ce n’est pas l’idéal »

De l’aveu même du directeur, Jean-François Mouhot, il n’y avait pas d’autres solutions « Les soirées pour écouter le brame du cerf sont organisées par l’association. Elles sont liées à notre vocation de protection de la nature et de l’environnement et notre volonté de valoriser le patrimoine naturel et de sensibiliser le public. Les battues administratives relatives au cerf sont organisées, elles, par le préfet des Alpes-Maritimes et sont sous la responsabilité d’un lieutenant de louveterie. Comme pour les sangliers, elles visent à réguler la population de cerfs. »

Avant d’ajouter « On est d’accord, ce n’est pas l’idéal. Mais pour l’instant nous n’avons pas d’autres solutions que ces battues »


 

Depuis presque 20 ans au service de la chasse et des chasseurs sur Internet. Traiter l’actualité cynégétique au quotidien, informer les chasseurs des nouveautés, vous offrir les meilleurs contenus chasse (vidéos de chasse, photos).

18 Commentaires

  1. Qu’ils se débrouillent ! Les bon chasseurs devraient boycotter ces battues. Comme ça les associations d’anti-chasse devront passer le permis.

    Les premiers chasseurs veganes du monde :p Ils chassent, ils tuent et pour le coup jetteront la viande eux.

    J’ai hâte de voire l’article.

    Laissons les un peu dans leur merde. Pas de battue pour leurs idéologies.

    • Les associations de protection de la nature ne sont pas nécessairement anti-chasse ! Je trouve même assez problématique qu’elles le soient dans la mesure où les chasseurs sont, comme ces associations, des acteurs de la gestion et de la protection de l’environnement. Ce serait vraiment bien qu’on puisse apprendre à travailler ensemble sans tout le temps se taper dessus…
      (Et les associations de protection de la nature n’ont rien à voir avec le mouvement vegan, ne mélangeons pas tout)

  2. La solution n’est pas la meilleure étant donné la non sélectivité des prélèvements. Une vente de tir sélectif en affût ou approche permettrai de réguler convenablement les espèces et permettrai un apport financier pour l’association. Mais ça seul les chasseurs savent le faire !

  3. Ils ont la science infuse ces ecolos mais la ils ont besoin des chasseurs alors faisons les payer chers pour le service que leur rend les chasseurs mais pas avec l’argent que l’état leur donne avec le leur ‘ce sont des irresponsables

  4. Comment en arrive t’on à ces extrême?… simplement parce que les ont fait disparaitre tous les prédateurs naturels des cervides et des sangliers…et en croisant les sangliers avec des porcs domestiques les chasseurs ont fabriqué des cochongliers qui se reproduisent à grande vitesse et n’ont pas peur de l’homme…alors messieurs les chasseurs un peu de retenue dans vos propos !…

    • les « prédateurs naturels » sont l’ours ( mais il est prédateur pour l’humain également )…le loup et vous payez cher PAR VOS IMPOTS les moutons prédatés … et les fauves …oh putain…faut remettre des fauves….. et comme un ou une andouille , vous faites d’un cas une généralité pour les cochongliers … ce croisement se produit surtout en…Corse ou les cochons vivent en liberté… Allons allons monsieur Morel un peu de réflection et d’intelligence dans les votre
      de propos

    • Ben oui Mr Morel, il y a surpopulation de sanglier donc c’est la faute des chasseurs et de leur croisement entre sanglier et cochon, et surpopulation de cerf donc aussi la faute des chasseurs et du croisement entre les cerf et les lapines sans aucun doutes, au delà du ridicule de vos propos rappelons que l’augmentation des effectifs de sanglier se retrouve partout dans le monde et que dans les pays du Maghreb, à ma connaissance, il n’y a pas de truies baladeuses et pourtant sureffectif de sanglier, on voit bien que plutôt que simplistes vos propos sont simplets

  5. Vous voulez un autre sujet similaire, dans la Loire vous avez l’Ecopôle du Forez à Chambéon, les premiers problèmes sont apparus avec les sangliers puis maintenant c’est la gestion des cormorans.

    Toutes ces soit disant de réserves (sanctuaires) pour la nature sont de très bons sujets à mettre en UNE comme argument de la nécessité d’une Chasse gestionnaire.

  6. Je ne comprends pas cet article. C’est le préfet qui ordonne une battue administrative ? donc ce n’est pas l’association qui demande de chasser sur son territoire ? Par contre les animaux qui ont oublié d’être con (une constante dans la nature) vont se réfugier où il n’y a pas de chasse. CQFD

  7. Le problème des territoires sanctuarisés, est que les animaux repèrent très vite les endroits où ils ne sont pas dérangés. il s’ensuit des surpopulations qui posent rapidement des problèmes. Avec les populations de sangliers qui occasionnent des dégâts considérables, indemnisés par les chasseurs, on tente, par des battues administratives de réduire les populations. En fin de saison, les sangliers connaissent la musique et ne franchissent pas les lignes de tir. J’ai le souvenir d’une battue dans le Gard où 101 chasseurs, n’ont réussi qu’à abattre 7 sangliers, alors que 10 meutes avaient été mises en oeuvre. Les sangliers arrivaient à la ligne, au dessus et en dessous, et rebroussaient chemin forçant la ligne de traqueurs et les chiens. J’ai eu l’opportunité d’en tirer un, alors que la battue s’achevait et qu’un chasseur recevait un appel téléphonique, ce qui l’a inquiété, le faisant passer à mon poste… Mais tous les autres, jusque là, avaient rebroussé chemin. La régulation des sangliers devrait s’opérer toute l’année, à l’affût ou à l’approche, en ne tirant que dans les classes d’âges qui posent problème, sans hypothéquer la chasse. Maintenant, c’est une volonté politique des fédérations de chasseurs qui, si elles ne veulent pas imploser, ont intérêt à prendre des mesures intelligentes, très rapidement. Jean-Claude Tolphin

  8. Votre commentaire Mr ou Mme Morel est hors sujet il est dit « Comme pour les sangliers, elles visent à réguler la population de cerfs. » il est précisé que ces battues viseront les cerfs et non les sangliers le » comme les sangliers » c’est pour souligner le fait que les battues administratives sont souvent employées pour réguler en urgence une population qui occasionne de gros dégâts et/ou afin de limiter des collisions (risque de sur accident) sur le réseaux routier…
    Dire que les prédateurs ont disparu, d’une non bien au contraire le loup a tendance à s’installer partout maintenant sinon on ne verrai pas autant de conflits partout avec les « pro-loup » et ceux qui sont contre… (nous avons sûrement colonisé des espaces aujourd’hui qui étaient en 1800 des zone naturelles mais à l’époque nous n’étions que 27 millions et aujourd’hui 67,2 millions donc il y a forcément un impact faut bien se loger, se nourrir, travailler…)
    Et traiter nos sanglier sauvage de cochonglier est de dénigrer notre faune sauvage en prenant un cas régional ou des cas ultra minoritaire à la totalité de la population…
    Pour quelqu’un qui a l’air de connaître la nature et de l’aimer il va falloir repasser.

    MR/Mme Hinareva lisez bien il est bien écrit que c’est une association de protection de la nature mais il n’en reste pas moins pour autant responsable de la surpopulation de la faune qui c’ est établie sur le terrain.

Laisser un commentaire

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici