Actualité de la Chasse Grand gibier Un arrêté autorise le piégeage des sangliers.

La surpopulation de sangliers dans certaines régions de France commence à sérieusement poser problème aux autorités, si bien qu’une consultation publique a été mise en place.

Aujourd’hui c’est un arrêté qui est officiellement publié au journal officiel par le ministère de la transition écologique qui va permettre le piégeage du sanglier dans les départements oú il est classé « espèce susceptible d’occasionner des dégâts » par les fédérations concernées.

Tous les piégeurs ne pourront pas piéger le sanglier car les opérations de piégeage seront suivies de près par les fédérations de chasse qui devront dispenser des formations spécifiques. Une attestation de suivi devra être délivrée par le président et les autorisations seront individuellement remises par le Préfet.

Les sangliers pourront alors être capturés à l’aide de pièges de catégorie 1 (des cages) et devront être mis à mort par balle.

Lire l’arrêté sur le piégeage du sanglier.

Chasseur autodidacte depuis 19 ans, j'ai appris à me former et m'informer seul. Ce besoin de connaissances du monde de la chasse conjugué à un esprit espiègle m'ont assez naturellement conduit au journalisme cynégétique

2 Commentaires

  1. C’est une très bonne mesure et de toute façon 95 % des piegeurs son chasseur cofidis et la mise à mort et Antant obligatoirement faite à balles pour cette espèce tous les piegeurs devront avoir validé leur permis de chasse je pense que cette mesure est une sage mesure je suis chasseur piège et je gère mes territoires depuis 15 ans certes je n’ai pas à faire au sanglier mais un vrai chasseur se doit de gérer son territoire et sa population chez nous le renard pose problème 365 jours par an je suis sur le terrain et je piège quand le lapin poser de gros problèmes et qu’il était toujours considéré nuisible de mon département malgré que sa chasse à tir soit plaisante je le piéger aussi je ne suis pas agriculteur mais il faut bien comprendre que lorsqu’un animal détruit le travail qu’ils ont fait cela n’est pas plaisant certes ils sont indemnisés mais si l’on va sur cette réflexion autant les payer directement sans qu’il cultive leur métier et de nourrir la population il est donc de notre devoir de réduire les dégâts à un niveau acceptable temps pour nous chasseur qui paye les dégâts que pour eux agriculteur qui est subissent ceci est un non-sens le seul moyen te garder bon terme entre le monde agricole et le monde de la chasse quo ont besoin l’un de l’autre afin de valoriser nos territoires et de pouvoir permettre quelques aménagements pour le retour de la perdrix grise des petits oiseaux des petits passereaux car il ne faut pas oublier le plus élégante il leur faut de la surface pour en vivre donc moi il reste de haie de fausser et plus la biodiversité diminue

  2. Le remplacement des battues par le piégeage…! Y sont fort les anti chasses ! Plus la notion que le gouvernement diffuse dans les esprits …la chasse dite de loisir non essentielle …encore une belle brèche ouverte pour les anti chasses …! Apres avoir suspendue la glu pour faire plaisir à pompili et bougrain du bourg ! Y distribue 12 millions d’euros aux associations
    anti chasses et ANIMALISTES par an d’argent public ! Un gouvernement vraiment anti chasse et anti ruralité ! Schraen arrête de discuté avec macron y teux prend pour un con et nous avec !

Laisser un commentaire

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici