Actualité de la Chasse Divers et insolites Loire-Atlantique : 2 loups volés dans un élevage

Alors que le département fait face actuellement (nous y reviendrons prochainement) à une vague de vols de moutons sans précédent, voilà qu’un vol peu ordinaire lui aussi a eu lieu à Héric avec celui de 2 loups !



Sylvie Pujol est éleveuse de loups en Loire Atlantique. Dans son parc, elle en compte six qu’elle bichonne bien évidemment mais quelle ne fut pas sa surprise quand samedi dernier elle a constaté que 2 loups avaient disparu de son parc. L’éleveuse pense au début à un trou dans le grillage mais elle a beau faire et refaire le tour de son parc, ce dernier est intact, d’autant plus que si tel était le cas les 4 autres loups auraient eux aussi pris la poudre d’escampette.

Sylvie comprend alors ce qui s’est passé : des individus se sont introduits par la porte de secours pour lui voler 2 loups. Cette porte n’était semble-t-il pas verrouillée mais d’ordinaire, il fallait passer devant le logement occupé avec des chiens dedans, ces derniers avaient pour habitude de donner l’alerte, sauf qu’avec le confinement l’ensemble des occupants est allé se confiner ailleurs, laissant le champ libre aux voleurs.


Pour commettre cet acte odieux,  les voleurs devaient être au minimum 2 et ont forcément employé des boulettes de viande avec des somnifères car d’après Sylvie Pujol, on ne vole pas un loup comme ça. Mais la question est de savoir qui peut bien voler des loups et pourquoi ?

A cette question l’éleveuse a bien une idée… Il pourrait s’agir de militants de la protection animale qui aurait agi pour « rendre leur liberté » à ces loups. Sylvie a déjà reçu des menaces de mort par téléphone car elle élevait des loups. L’association AVES a d’ailleurs saisi le Ministère de la Transition Écologiste afin de juger si les conditions d’élevage des six loups étaient dignes.

Autre piste évoquée par l’éleveuse, celle d’un élevage de chiens-loups, très à la mode en ce moment, qui aurait voulu croiser les gènes.

Pour l’heure malheureusement aucune des 2 pistes ne semble aboutir, et l’éleveuse a décidé d’offrir une récompense de 1000€ a quiconque l’aidera à retrouver ses loups (un loup blanc arctique de 17 ans et un second gris-blanc de 12 ans).


Si vous avez des informations pouvant aider Sylvie voici son email : aitawak@orange.fr

Depuis presque 20 ans au service de la chasse et des chasseurs sur Internet. Traiter l’actualité cynégétique au quotidien, informer les chasseurs des nouveautés, vous offrir les meilleurs contenus chasse (vidéos de chasse, photos).

4 Commentaires

  1. Le croisement n’est pas si aisé que cela. Le zoo de Coucy-lès-Eppes ( aujourd’hui fermé) en faisait il y une cinquantaine d’années. Il croisait des loups des steppes et du Canada avec des femelles berger allemand. Cela donnait des animaux superbes, plus gros que les parents,mais aussi assez rudes de caractère, à ne pas mettre entre toutes les mains. Le principal trait physique en dehors de la taille, et des mâchoires semblables à celle du loup et donc de 15 à 20% plus développées que chez le chien, était que l’échine redevenait parallèle au sol et non plus inclinée de la tête vers la queue comme les éleveurs de Bergers allemands l’avait obtenue par croisement de chiens pour améliorer les capacités de saut. Je croirais plus volontiers à l’hypothèse de crétins incultes libérant des animaux semi-domestiqués sans réfléchir à leur dangerosité, car ayant fréquenté l’homme, ce qui est une contre indication absolue pour les relâcher. ( Voir le diagnostique en Allemagne sur l’attaque mortelle de loups contre une femme sur un chemin en bordure de foret.) La fréquentation de l’homme tend à supprimer la crainte naturelle du loup pour ce dernier, d’où le danger, et lorsque c’est le cas, le diagnostique est hélas l’abatage administratif de ces loups.

    • Auriez vous un lien concernant l’attaque citée entre parenthèses , j’ai beau chercher je ne trouve aucune infos.

Laisser un commentaire

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici