Actualité de la Chasse Divers et insolites Un brocard s’introduit dans une gendarmerie



L’intrusion d’animaux sauvages au sein de zones urbaines est de plus en plus courante, en témoigne les nombreux récits que nous vous relatons dans nos colonnes. Hier, ce sont les gendarmes de Lons-le-Saunier qui ont eu la visite surprise d’un jeune brocard.

C’est une intrusion à laquelle les gendarmes de la commune de Lons-le-Saunier, dans le Jura, ne s’attendaient pas. Ce lundi, un chevreuil est parvenu a franchir les clôtures de la caserne de gendarmerie avant de s’y retrouver pris au piège. Sur leur page Facebook, les militaires ont immédiatement publié l’information, non pas sans humour :

« 9h50 ce jour, un intrus franchit la clôture de la caserne de gendarmerie de Lons le Saunier. Immédiatement, nos fins limiers sont sur les dents, nos chiens de recherche trépignent, une battue s’organise, ne sommes nous pas en VIGIPIRATE ROUGE? Très rapidement une silhouette brune bondit dans un sens, resurgit dans l’autre, se tapit dans un fourré avant de franchir un massif floral…
Il est ici, non il est là, bref il est partout à la fois… Notre aventurier n’est autre qu’un jeune chevreuil venu chercher asile dans notre enceinte après s’être grisé de bourgeons. Mais rassurez vous, n’ayant manifestement commis aucune infraction, nous n’aurons pas à le « cuisiner ». Nous avons fait appel à l’ONCFS pour sa prise en charge et son retour vers la forêt, enfin, si nous arrivons à le « cueillir »… »


La publication a, vous vous en doutez, fait beaucoup réagir. Quoi qu’il en soit, il aura tout de même fallu près de 2h30 aux gendarmes épaulés par des agents de l’ONCFS pour capturer le jeune brocard. Il a été pris en charge par les agents et reconduit aux frontières de l’agglomération, dans une zone boisée nous apprend le second message publié par les gendarmes :

« Ouf, après 2h24 de safari ou plutôt de dégrisement dans la caserne de gendarmerie de Lons le Saunier, notre chevreuil en balade a été capturé. Ne pouvant monter ce « clandestin » dans notre « panier à salade », les gardes de l’ONCFS l’ont reconduit en fourgon à la frontière d’agglomération dans les bois de Perrigny / Conliège où il se remet paisiblement de ses émotions.
Moralité, cerf-volant au départ ou cervidé à la fin, lorsqu’on refuse d’obtempérer aux gendarmes, on finit toujours par se faire attraper par les « poulets »… Ci joint quelques photos souvenir de son passage au poste… »

Voir toutes les photos de la calvacade sur Facebook

Laisser un commentaire

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici