Dossier chasse Périscope Etude des accidents de loisirs de pleine nature

La Fédération des Chasseurs de l’Aveyron vient de publier une excellente étude, ou plutôt un bilan, des accidents de loisirs de pleine nature. Il faut saluer ce travail de recherches qui permet de se rendre compte que la chasse est loin d’être une activité si accidentogène qu’on aimerait le faire croire.

Hélas, l’actualité de ce week-end confirme que bien d’autres sports sont mortels pour les autres, avec par exemple, cette fillette de 5 ans tuée par un skieur dans la station de Flaine en Haute-Savoir. Le skieur qui l’a percutée est actuellement en garde à vue pour homicide involontaire.

Voici l’étude :

Face à l’attitude des médias, toujours prompts à aller dans le sens du vent, nous vous livrons ici un bilan exhaustif d’une étude réalisée récemment par Santé Publique France ainsi que d’autres éléments de comparaison trouvés sur le net.

Cette étude retrace le nombre de décès traumatiques liés à la pratique sportive, en France métropolitaine. Les chiffres sont collectés à partir d’accidents médiatisés. C’est une donnée
importante à considérer, car les accidents mortels qui n’ont pas fait l’objet d’une publication dans la presse ou par les fédérations spécialisées ne sont pas comptabilisés.

Bien évidemment, du côté de la chasse, rien ne manque. D’une part notre Fédération Nationale est totalement transparente et publie tous les ans les chiffres collectés par l’OFB et d’autre part les médias relaient abondamment le moindre accident de chasse du plus banal au plus dramatique. On ne peut pas en dire autant de toutes les autres pratiques
sportives. Vous allez le constater à la lecture de ce texte.

Autre précision, dans cette étude, le contexte de la pratique sportive ayant entraîné le décès peut être professionnel, de loisir ou de déplacement. Sauf, pour les décès à vélo et les décès par noyade lors d’une baignade qui ont été exclus dès lors qu’ils n’étaient pas survenus dans le cadre d’une pratique sportive avérée. Exit donc le cycliste qui part
acheter son pain et qui se fait percuter par une voiture et ne sont également pas comptabilisées les noyades estivales de plaisanciers ou de touristes… Et elles sont très nombreuses

La chasse est l’activité de loisir la moins accidentogène, nous ne nous satisfaisons pas de cette dernière place. Un accident restera toujours un accident de trop. Mais il est bon de remettre l’église au centre du village. Il faut également préciser que l’on trouve des chiffres particulièrement disparates pour une même activité.

Les fédérations sportives hésitent à communiquer, on peut aisément le comprendre. Parfois même ces bilans sont réalisés sur quelques mois seulement. Certes, ce sont ceux qui
concentrent la majorité de l’activité en question, mais par exemple, il semblerait que les noyades n’aient lieu qu’en juillet et août. Ailleurs, c’est franchement l’omerta et cela semble convenir à tout le monde. Il faut dire que les journalistes ne sont pas des gens prompts à se poser des questions ni même à enquêter.

Retenez qu’il y a plus de 180 cyclistes tués par des automobiles ou des camions en
France tous les ans et que ce chiffre est en augmentation constante.

Retenez également qu’en 2020 le nombre de piétons tués par des voitures, des camions, des bus, des motos et même tués percutés par des vélos et des trottinettes s’élève à 391 en France.

Petite parenthèse, on parle aussi d’accident lorsqu’une voiture écrase un piéton, y compris si le conducteur passablement ivre ou sous l’emprise de stupéfiant a pris le risque d’emprunter son véhicule. POURQUOI FAUDRAIT-IL PARLER DE MEURTRE QUAND C’EST UN
CHASSEUR QUI COMMET L’IRREPARABLE ?.

Lire l’étude complète en cliquant ici

Depuis presque 20 ans au service de la chasse et des chasseurs sur Internet. Traiter l’actualité cynégétique au quotidien, informer les chasseurs des nouveautés, vous offrir les meilleurs contenus chasse (vidéos de chasse, photos).

31 Commentaires

  1. Étude à nuancer fortement, elle semble même être malhonnête.

    Beaucoup d’accidents mortels lors de loisir concernent le pratiquant : skieur hors piste, noyade, chute… L’accident de chasse concerne très souvent une autre personne que le tireur, et souvent une personne qui n’est pas en train de chasser. La jeune femme tuée ce WE est morte en faisant de la randonnée si l’on suit la logique de cette « étude ».

    • OLIVIER peut etre mais l accident qui a causé la mort d une jeune femme par une chasseresse a fait la une de tous les journaux ecrits et télévisés par contre la fille de cinq ans tuée par un autre skieur SILENCE radio.Toute activité humaine génère malheureusement des accidents,il faut tout faire pour pour qu il n y en ait plus mais pas interdire .(vous n avez jamais commis d erreur au volant!)

    • BRAVO pour cette réponse.
      C’est de la pure mauvaise foi de comparer un accident de ski ou de la route avec une personne qui se fait tout simplement abattre chez lui ou en se baladant.

    • entous les cas robert ramouleux -probablement pris par ses recherches – ne nous a toujours pas révèlé les secrets de la vraie écologie….

Laisser un commentaire

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici