Dossier chasse Périscope Sako : 100 ans d’histoire

Sako, le célèbre fabricant d’armes et de munitions finlandais fête ses 100 ans en 2021, voici l’histoire de cette marque à la renommée planétaire.  



Sako, le fabricant d’armes à feu fondé il y a 100 ans le 1er avril 1921, est un cas particulier de l’histoire industrielle finlandaise. L’usine faisait partie de la Garde civile pour répondre à ses besoins en matière de réparation d’armes à feu. L’atelier devint une unité financière indépendante le 1er avril 1921, ainsi Sako a défini cette date comme étant sa date de création. En plus des travaux de réparation, Sako commença également à fabriquer des armes à feu.

Après la guerre, la manufacture appartenait à la Croix-Rouge finlandaise et plus tard à Nokia et Valmet. Au cours des 20 dernières années, la société Sako fut la propriété de l’une des plus anciennes entreprises familiales du monde, Beretta. En tant qu’entreprise finlandaise d’une qualité rare, Sako avait également assuré l’entrée réussie de ses carabines sur le grand marché américain des armes à feu dans les années 1950. Aujourd’hui encore, Sako est le plus grand fournisseur européen de carabines en Amérique du Nord et exporte ses produits vers plus de 50 pays à travers le monde.


L’atelier s’appelait initialement Suojeluskuntain Ase- ja Konepaja Osakeyhtiö (La compagnie d’armes à feu et d’ingénierie de la Garde civile) et devint en 1927 une société à responsabilité limitée dont le nom était abrégé en sigle Sako. La société continua d’être détenue à 100 % par la Garde civile, et le tireur sportif et chef de la Garde civile, P.E. Svinhufvud fut élu premier Président du conseil. Dans le même temps, l’entreprise a déménagé d’Helsinki vers un site industriel à Riihimäki, où elle continua d’opérer à ce jour. À Riihimäki, la société commença l’assemblage d’un nouveau modèle de carabine, le M28. Surnommée « Pystykorva » (la race de chien « Spitz »), cette carabine s’est avérée être encore meilleure que les armes similaires utilisées par les forces de défense, en termes de qualité. Dans le même temps, la société commença également à fabriquer des cartouches. Sako est d’ailleurs le seul fabricant de carabines au monde qui fabrique lui-même ses cartouches.

Malgré la bonne qualité de ses produits, le développement de Sako Ltd fut modeste au départ. Néanmoins, cette situation a changé lorsque le climat politique tendu en Europe à la fin des années 1930 avait incité le gouvernement finlandais à lancer un vaste programme d’armement. Grâce à d’importantes commandes de cartouches de pistolets, la situation financière de l’entreprise devint bien établie et l’usine put s’agrandir.

La Guerre d’Hiver, la Grande Trêve et la Guerre de Continuation furent des périodes très chargées pour l’entreprise. Sako devint le plus grand producteur de cartouches de pistolets du pays, car pratiquement toutes les cartouches tirées avec des pistolets automatiques finlandais étaient fabriquées par l’entreprise. Les commandes du tout dernier modèle de carabine, le M39, ont également atteint des proportions sans précédent et l’effectif de l’usine est passé à 800 personnes, dont un nombre considérable de femmes pendant les années de guerre. Riihimäki fut bombardée pendant la guerre, mais les terrains de l’usine Sako avaient pu éviter les pires destructions.

La fin de la guerre marqua un tournant menaçant pour Sako. En novembre 1944, la Garde civile se retrouva sur une liste d’organisations interdites par la Commission de contrôle. Cependant, la direction de l’entreprise avait déjà pris les dispositions nécessaires pour sécuriser ses actifs. Ainsi, les actions de Sako furent transférées à la Croix-Rouge finlandaise sous la direction du maréchal Mannerheim. La Croix-Rouge finlandaise devint ainsi incontestablement la seule unité nationale de son organisation mondiale à détenir une entreprise dans l’industrie de l’armement.


Après la guerre, Sako devait trouver de nouveaux produits à vendre. Le département des cartouches commença à fabriquer des outils et des petits produits métalliques comme des tubes de rouge à lèvres et le département d’ingénierie réparait des armes.  Toutefois, la production de machines textiles lancée en 1947 fut économiquement plus importante. Les machines étaient principalement vendues à des usines textiles finlandaises.

En 1946, Jaeger Colonel Elias Hydén a été nommé Directeur général de Sako et la société revint à la fabrication d’armes à feu. La carabine de chasse L46 conçue pendant la guerre fut mise en production en 1946.  Elle fut très bien vendue, non seulement en Finlande, mais également dans les pays nordiques et en Europe occidentale.

La percée la plus importante et, en même temps, la plus grande réussite du colonel Hydén fut l’entrée de Sako sur le marché américain.  Jan Winter, agent de la société américaine Firearms International, avait acquis la Sako L46 et était prêt à la vendre aux États-Unis. Les opportunités dans ce pays prospère avec une forte culture d’armes à feu étaient immenses, mais la concurrence était également rude. Toutefois, la popularité de la carabine de haute qualité avait surpris tout le monde, et les exportations de Sako vers les États-Unis avaient augmenté d’année en année au cours des années 1950.

En 1952, les États-Unis étaient déjà le plus grand pays d’exportation de Sako et, en 1953, les ventes dépassaient même celles réalisées en Finlande. Le succès des produits de consommation finlandais sur le marché américain était alors — et continue d’être — une réalisation tout à fait exceptionnelle, et c’était aussi une étape décisive dans le développement de Sako.


En 1962, Suomen Kaapelitehdas Oy (Usine de câble finlandaise) racheta la totalité des actions de l’entreprise en pleine croissance à la Croix-Rouge finlandaise. À la fin de la décennie, Kaapelitehdas et Sako furent acquises par le conglomérat en ascension, Nokia. Pour Sako, les années 1960 furent une décennie de bonne croissance. En plus des carabines de chasse et des cartouches, la société revint également à la production d’armes militaires lorsqu’elle reçut une commande des forces de défense finlandaises pour de nouveaux fusils d’assaut.

 

Cependant, le boom devint négatif au cours des années 1970. La rentabilité s’est affaiblie et les effectifs ont dû être réduits année après année.

En 1986, Nokia a convenu avec l’entreprise publique Valmet de la fusion des activités d’armement des deux sociétés. Le groupe Sako-Valmet Oy, qui comprenait trois usines d’armes à feu, Riihimäki, Jyväskylä Tourula et Tikkakoski, commença ses activités au début de 1987. Afin de devenir bénéficiaire, il a dû réduire ses opérations et ses effectifs au fil des ans.

La gamme de produits Sako 75 dévoilée en 1996 devint le tournant pour l’entreprise. Le succès de la première arme de Sako à être conçue comme nouvelle dès le début a changé le cours de l’action de la société et a également aidé Sako dans sa prochaine étape : Il était évident depuis un certain temps que les ressources d’une entreprise de la taille de Sako et l’intérêt de ses propriétaires de l’époque, Nokia et Valmet, ne suffiraient pas pour affronter la concurrence internationale et que l’entreprise devrait fusionner avec un acteur plus important de l’industrie de l’armement. À la fin du millénaire, le groupe italien Beretta avait manifesté son intérêt pour Sako et acquit l’ensemble des actions de la société.


Dans le giron de Beretta, Sako a connu 21 ans de croissance. Être détenu par cette grande entreprise dédiée à l’industrie de l’armement a soutenu Sako dans son développement et dans la croissance de ses volumes. Tikka T3 avait été un succès commercial majeur, et Sako en a vendu la millionième unité en 2020. Les carabines à verrou ont rarement été vendues autant que celle-ci dans le monde. La même année, la société a également lancé la carabine hybride renouvelée Sako S20. Le lancement de cette arme techniquement très développée coïncidait bien avec le record de production historique de Sako, qui était de plus de 113 000 carabines en 2020. Cette même année, Sako a lancé la première balle en cuivre conçue et fabriquée en interne, la Sako Powerhead Blade, et a battu son record de production de cartouches avec plus de 11 millions de cartouches fabriquées.

Sako entame son deuxième siècle en tant que fabricant d’armes qualifié qui opère sur le long terme et qui est capable de suivre les évolutions de son époque. Sako développe des carabines et des cartouches militaires, de chasse et de tir de classe mondiale et en combinant ses connaissances de la production de carabines et des cartouches, Sako est en mesure de proposer des produits dont les atouts sont une précision et une fiabilité sans compromis.

Sako envisage l’avenir avec plus de confiance que jamais. Nous poursuivons fièrement le développement des compétences et du savoir-faire de la production de carabines et du respect de la nature environnante alors que nous nous dirigeons vers les 100 prochaines années.

Depuis presque 20 ans au service de la chasse et des chasseurs sur Internet. Traiter l’actualité cynégétique au quotidien, informer les chasseurs des nouveautés, vous offrir les meilleurs contenus chasse (vidéos de chasse, photos).

Laisser un commentaire

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici