La perdrix est le gibier a plume le plus commun et le plus chasse en France. Deux espèces principales se partagent notre territoire : la perdrix grise, au nord de la Loire, et la perdrix rouge, au sud. Bien entendu, la démarcation n’est pas absolue : on trouve des perdrix rouges au nord du fleuve et des perdrix grises au sud; le nombre des unes et des autres diminue au fur et a mesure que l’on s’éloigne de la Loire.



perdrix griseLa perdrix grise est l’espèce la plus répandue. C’est, par excellence, l’oiseau de chasse des grandes plaines (Beauce, Brie), ou elle recherche les champs de céréales et vit de façon sédentaire. Mais on trouve également ses remises dans les boqueteaux, les buis­sons et les vignes.

Caractéristique :

Les oiseaux des 2 sexes se ressemblent. Les parties supérieures du corps sont gris roussâtre avec des rayures transversales brunes et noires. Les scapulaires et les susalaires du coq pressentent un trait longitudinal blanchâtre. Chez la poule, ces plumes portent des barres transversales jaunâtres (croix de lorraine). En général, la tête du coq est assez carrée, avec les joues rouge-brun très prononce, des bandes blanches sur le front et les joues, ainsi que des pointillés blancs sur le dessus de la tête; la partie inférieure du corps peut être de couleur plus claire ou présenter des plumes rousses formant un fer a cheval plus ou moins accentue, mais ce fer a cheval brun-marron, au centre de l’abdomen, n’est pas l’apanage exclusif du coq. Le bec et les pattes sont de couleur cendre bleuâtre

Comportement et reproduction :

La perdrix grise est sociable et vit en compagnie près du lieu ou elle est née. Elle va au gagnage des le matin et vers le soir, et se repose pendant la journée. Tous les individus d’une même compagnie se rassemblent le soir, a l’appel des perdrix âges, qui émettent des cris bien connus des chasseurs. Par temps sec et lorsque le soleil luit, les perdrix se réunissent dans les cultures vertes et dans les haies. Les petits bouquets d’arbres et les bordures des bois sont également des remises recherchées. Lorsqu’elles sont pourchassées, elles peuvent très bien regagner les labours, ou elles se tapissent entre les mottes.

Par temps humide, les perdrix se tiennent dans les chaumes, en terrain découvert; par pluie forte, dans les haies. En hiver, elles se mettent a l’abri du froid dans les sillons, les fosses secs, les dépressions du sol. Plus il fait froid, plus elles se serrent les unes contre les autres. En automne, les compagnies sont formées du couple et des jeunes de l’année (perdreaux). En hiver, la recherche de la nourriture quotidienne est leur préoccupation essentielle; c’est l’époque ou, par suite du jeune, les perdrix sont le plus faibles; les bêtes de rapine font alors d’importants dégâts dans leurs rangs, et le nombre des individus par compagnie diminue beaucoup. Des le début de l’année, les compagnies se disloquent, puis l’époque de la pariade commence. Les coqs, qui sont monogames, se battent furieusement entre eux pour la conquête des poules. En effet, les males sont toujours plus nombreux que les femelles; certains

Alimentation :

Les jeunes poussins se nourrissent principalement d’insectes de diverses espèces jusqu’à l’âge de deux à trois semaines. Plus tard, et lorsqu’elles sont adultes, les perdrix grises consomment essentiellement des végétaux que ce soit des feuilles ou des graines de plantes cultivées ou non, selon leur disponibilité. II n’existe pas de préférences alimentaires bien établies.

Laisser un commentaire

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici