CHASSE ACTU

Foulque macroule



foulque macrouleCaractéristique :

Le Foulque macroule (Fulica atra) est un oiseau de la famille des Ralidés. Le foulque est un oiseau d’eau de la taille d’un canard, au plumage gris foncé – noir ardoisé, à la tête noire avec un bec et la plaque frontale blanche. L’œil est rouge, bien visible. Les pattes sont verdâtres et puissantes, avec de longs orteils pourvus de lobes.

 

Comportement et reproduction :

La foulque, recherche les grandes étendues d'eau douce. Cours d'eau lents, étangs, gravières en eau, retenues et marais sont appréciés, de même que les pièces d'eau urbaines. La nidification n'a toutefois lieu que là où la végétation des marais est assez fournie. En hiver, cela n'a pas autant d'importance, et de grandes troupes de foulques s'observent alors sur de grands lacs, dès que les plus petits sont pris par la glace. Si le temps devient très rude, les côtes peuvent être investies.

Parc de chasse de Baville

La foulque macroule est réputée pour son caractère agressif. Elle défend âprement son territoire en période de nidification. Défiée, la foulque soulève les ailes et abaisse la tête, mettant en évidence sa plaque frontale et son bec blancs et semblant ainsi plus grosse qu'elle n'est, donc plus effrayante. On a remarqué qu'une foulque pouvait mettre en fuite une rivale en l'éclaboussant violemment à coups de pattes. De même, lorsqu'un rapace se manifeste, les foulques se mettent à courir sur l'eau à toute vitesse, mi-volant, mi-pataugeant, vers l'abri le plus proche, puis plongent en soulevant un nuage d'écume.


Le nid est bâti par le couple au milieu de la végétation palustre, souvent parmi les roseaux. Bien que flottant, cet amas grossier de débris végétaux est toujours solidement amarré. Ceci peut poser des problèmes en période d'inondation ou de sécheresse. Lors des périodes très sèches, davantage entouré de boue que d'eau, le nid est à la portée des prédateurs terrestres comme le renard, ou le hérisson qui cherche à gober les œufs. Si la couvée est détruite, la femelle peut déposer une ponte de remplacement. De mars à mai, la femelle pond 6 à 10 œufs. Les deux adultes couvent, puis nourrissent les poussins, qui quittent le nid après 3 ou 4 jours. Les petits suivent les adultes dans leur territoire en se nourrissant par eux-mêmes. Ils ne seront indépendants qu'au bout de 8 semaines environ.

 

Alimentation :

Pendant l'été, le régime est varié et comprend des plantes aquatiques, y compris leurs racines et leurs pousses, des algues, des insectes d'eau, des têtards, des tritons et quelques menus poissons. Du maïs, des graines et des poussins d'autres espèces sont consommés à l'occasion. La foulque peut se nourrir en basculant le corps et en fouillant le fond mais elle le fait surtout lors de plongées. Elle revient à la surface brusquement, comme un bouchon. Dans les grandes bandes hivernales, la foulque se montre chapardeuse et sait dérober sa nourriture à des congénères. A cette saison, les ressources sont avant tout végétales et la foulque mange toujours après être remontée en surface. Parfois, l'une d'elles vient à peine d'émerger qu'une rivale lui arrache sa récolte d'herbes aquatiques. Ce procédé permet aux oiseaux les plus forts de vivre sans peine au détriment des plus faibles.

 

 



foulque macrouleCaractéristique :

Le Foulque macroule (Fulica atra) est un oiseau de la famille des Ralidés. Le foulque est un oiseau d’eau de la taille d’un canard, au plumage gris foncé – noir ardoisé, à la tête noire avec un bec et la plaque frontale blanche. L’œil est rouge, bien visible. Les pattes sont verdâtres et puissantes, avec de longs orteils pourvus de lobes.

 

Comportement et reproduction :

La foulque, recherche les grandes étendues d'eau douce. Cours d'eau lents, étangs, gravières en eau, retenues et marais sont appréciés, de même que les pièces d'eau urbaines. La nidification n'a toutefois lieu que là où la végétation des marais est assez fournie. En hiver, cela n'a pas autant d'importance, et de grandes troupes de foulques s'observent alors sur de grands lacs, dès que les plus petits sont pris par la glace. Si le temps devient très rude, les côtes peuvent être investies.

La foulque macroule est réputée pour son caractère agressif. Elle défend âprement son territoire en période de nidification. Défiée, la foulque soulève les ailes et abaisse la tête, mettant en évidence sa plaque frontale et son bec blancs et semblant ainsi plus grosse qu'elle n'est, donc plus effrayante. On a remarqué qu'une foulque pouvait mettre en fuite une rivale en l'éclaboussant violemment à coups de pattes. De même, lorsqu'un rapace se manifeste, les foulques se mettent à courir sur l'eau à toute vitesse, mi-volant, mi-pataugeant, vers l'abri le plus proche, puis plongent en soulevant un nuage d'écume.


Le nid est bâti par le couple au milieu de la végétation palustre, souvent parmi les roseaux. Bien que flottant, cet amas grossier de débris végétaux est toujours solidement amarré. Ceci peut poser des problèmes en période d'inondation ou de sécheresse. Lors des périodes très sèches, davantage entouré de boue que d'eau, le nid est à la portée des prédateurs terrestres comme le renard, ou le hérisson qui cherche à gober les œufs. Si la couvée est détruite, la femelle peut déposer une ponte de remplacement. De mars à mai, la femelle pond 6 à 10 œufs. Les deux adultes couvent, puis nourrissent les poussins, qui quittent le nid après 3 ou 4 jours. Les petits suivent les adultes dans leur territoire en se nourrissant par eux-mêmes. Ils ne seront indépendants qu'au bout de 8 semaines environ.

 

Alimentation :

Pendant l'été, le régime est varié et comprend des plantes aquatiques, y compris leurs racines et leurs pousses, des algues, des insectes d'eau, des têtards, des tritons et quelques menus poissons. Du maïs, des graines et des poussins d'autres espèces sont consommés à l'occasion. La foulque peut se nourrir en basculant le corps et en fouillant le fond mais elle le fait surtout lors de plongées. Elle revient à la surface brusquement, comme un bouchon. Dans les grandes bandes hivernales, la foulque se montre chapardeuse et sait dérober sa nourriture à des congénères. A cette saison, les ressources sont avant tout végétales et la foulque mange toujours après être remontée en surface. Parfois, l'une d'elles vient à peine d'émerger qu'une rivale lui arrache sa récolte d'herbes aquatiques. Ce procédé permet aux oiseaux les plus forts de vivre sans peine au détriment des plus faibles.

 

Communauté