VOTRE NOM D'UTILISATEUR

VOTRE EMAIL




J'ai déjà un compte
Chasse Passion
Nom d'utilisateur

Mot de passe

Mot de passe oublié

Je n'ai pas encore de compte



Accédez au meilleur de Chasse Passion en vous inscrivant gratuitement en quelques clics


MOT DE PASSE PERDU
VOTRE EMAIL



A bientot
 

Aujourd’hui, les associations animalistes font la morale à la Suisse pour sa gestion du loup

abattage-des-loups-en-Suisse-2

Pendant des années, les associations animalistes ont souvent pris la Suisse et le Canton de Genève pour l’exemple parfait des contrées dans lesquelles la chasse « n’existe plus » et ou la nature se régule d’elle même. La Suisse ayant récemment changé son fusil d’épaule dans la gestion de ses populations de loups, les associations, même françaises, se permettent désormais de leur faire la leçon.


La Suisse a revu sa position sur le loup.

Depuis quelques semaines, les médias de toute l’Europe ont repris les informations concernant la gestion des populations de loups en Suisse. Si il y a quelques temps encore, les chasseurs n’étaient tout simplement pas une option, les choses ont bien changé.

Aujourd’hui, l’administration Suisse a totalement changé d’approche face à l’augmentation importante du nombre de loups. Des chasseurs ont même été formés à la gestion du loup dans certains cantons et la chasse du loup sera officiellement ouverte au 1er décembre en Suisse, sous réserve de quotas extrêmement précis dans les cantons concernés.


Cette décision de nos voisins Helvètes n’est pas arrivée du jour au lendemain sur la table mais est la conséquence d’un nombre trop important d’attaques sur les troupeaux et la mise en danger des éleveurs ne pouvant plus assumer leur travail quotidien.

Bien que la Suisse reste toujours en quête des meilleures solutions en faveur de la biodiversité, elle a fait le choix de soulager ses éleveurs tout en assurant une gestion raisonnée du loup sur son territoire et en faisant en sorte que le prédateur ait de nouveau peur de l’homme.

Les associations animalistes Françaises critiquent cette décision.

Forcément, les associations animalistes prennent très mal le fait que la Suisse, ce bastion qui servait d’exemple aux anti-chasse du monde entier, décide d’appliquer une gestion du loup par des prélèvements qui devraient tout de même faire baisser de 70% la population totale.

Une lettre ouverte a même été rédigée et signée par des associations du monde entier (dont des associations américaines et australiennes ?) et parmi elles, les associations Françaises qui, encore une fois, veulent empêcher une nation de gérer seule la problématique du loup.


Aves France, France Nature Environnement ou encore la Fondation Brigitte Bardot ont donc signé cette missive demandant à la Suisse de revoir l’ordonnance d’abattage.

Les mêmes arguments sont toujours mis en avant, à savoir que le loup joue un rôle important dans le maintien de l’équilibre des écosystèmes.

De plus, selon ces associations, cette décision de faire baisser le nombre de loup de près de 70% en Suisse aurait un impact catastrophique sur la population totale des Alpes occidentales et centrales.

Selon elles, la Suisse ne fera que créer une sorte d’appel d’air, incitant les loups d’autres pays à s’installer en Suisse suite à l’abattage d’un certain nombre d’individus et mettrait alors en péril l’intégralité de la population Européenne si les prélèvements devaient continuer.


Si les animalistes prenaient facilement la Suisse pour exemple dans leur discours anti-chasse, il se pourrait bien qu’aujourd’hui, les autres pays d’Europe prennent exemple eux aussi sur les Helvètes pour ce qui concerne la gestion du grand prédateur, au grand dam de ces associations.

Brard et Sarran

10 réflexions sur « Aujourd’hui, les associations animalistes font la morale à la Suisse pour sa gestion du loup »

  1. Et oui ils y en a qui commencent à prendre conscience du danger !
    Le loup détruira tout sur son passage il ne restera qu’un désert les bois seront vides de toute autre présence animale déjà on commence à voir le résultat dans certains massifs forestier, ça c’est de l’écologie ! Chez nous il n’y a plus rien dans les bois nous trouvons des carcasses de sangliers et de chevreuils disséminés un peut partout imaginez vous un peut combien mangent une dizaine de loup dans l’année et posez vous la question de savoir si nos belles forêts vont pouvoir supporter cette charge la ,bo.jour la régulation ecolos .

    1. Sais pas d où vous êtes mais ici vue du chasseur Drômois que je suis le constat est désolant …..plus de chamois et les Chevreuils quasiment dans les villages où ils sont un peu plus tranquilles !!sangliers en bandes pour mieux se défendre certainement… animaux des fermes mangés dans l enclos ainsi que les chiens de chasse quelques fois au bout de leur laisse. Loup au bord des villages .etc
      Je ne comprends pas que les agriculteurs eleveurs ne bougent pas plus contre ce fléau ..
      A notre niveau c’est moins grave seule notre passion est attaquée.
      Constat désolant..
      Nous avions mis des générations a s’en débarrasser et des imbéciles nous racontent que c’est bien comme ça…la biodiversité !!! Je
      Me demande où elle est dans leur délire . éradiquer les éleveurs c’est plus certain…

    2. Nos belles forêts sont aussi celles des loups. Elles n’appartiennent qu’à la planète nous utilisons notre force et notre intelligence pour nous approprier tout mais ce n’est pas à nous.

    3. Bravo aux suisses,,,, en tant q’eleveurs ,,,on ne le veux pas ce loup et on ce battra comme nos ailleux afin de le gérer correctement,,, faudrai savoir ,, si on veut la guerre entre les paysans et les verts,,,, c’est ce qui risque d’arriver d’ici peut,,, alors svp,,, ouvrir les yeux,,, et réfléchir,,, ca ne coûte rien,,, la on bascule dans le ridicule,,, Tony

  2. La Suisse a bien raison de réguler la population de loups qui deviennent des prédateurs à tout venant et prolifèrent à cause de ces associations et finiront par un statut de nuisibles voire dangereux car trop nombreux.

  3. Bravo à la suisse elle prend en compte les dégâts des éleveurs. Contrairement à la France qui se fout des éleveurs. Il faut que la France en face autant

  4. La nature n’accepte pas le vide et si aujourd’hui la population de loups est trop importante ça ne se limite pas à la Suisse .
    Il faudra retrouver un équilibre sur une surface bien plus importante à l’identique de la gestion d’autres espèces qui tiendra compte d’un ensemble de paramètres éloignés de toutes considérations partisanes .
    Ce mouvement de contestation face a la souveraineté d’un pays prouve la radicalisation de ses associations animalistes .
    Le loup doit être maintenu en état de conservation jusqu’à concurrence de son incompatibilité dans des pays avec une démographie humaine qui ne laisse pas la place à une bonne entente
    Bien évidemment la chasse du loup va développer dans l’intérêt de tous la peur de l’humain

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DERNIÈRES VIDÉOS CHASSE PASSION

Actualités de la chasse

Cam1071

Vidéos de chasse

[Vidéo] Des bécasses font le show devant un piège photographique

[Vidéo] Des bécasses font le show devant un piège photographique

L'utilisation de pièges photographiques capables de prendre des clichés ou des vidéos instantanées se démocratise et de plus en plus...

2 mars 2024 Aucun commentaire

Petites annonces

You may choose to prevent this website from aggregating and analyzing the actions you take here. Doing so will protect your privacy, but will also prevent the owner from learning from your actions and creating a better experience for you and other users.