Actualité de la Chasse Chasse à l'étranger Lion Cecil : la traque au chasseur est lancée



La polémique autour de la mort du lion Cecil n’en fini plus, les chasseurs d’une manière générale sont montrés du doigt…

De tous les récits et propos colportés autour de cette histoire, certains journalistes n’hésitent pas à impliquer le chasseur, d’une manière générale, comme s’il était le coupable de tous les actes de braconnage du Monde. Ainsi, dans un média bien connu tel que le Huffingtonpost, on peut lire : « Récemment, les internautes du monde entier s’étaient indignés devant la photo d’une chasseuse ayant posé avec le sourire à côté de la dépouille d’une girafe qu’elle venait de tuer. Selon la WWF, le braconnage serait le quatrième trafic le plus important dans le monde » – Cet amalgame clair et distinct nuit gravement à l’image de la chasse. Pour information, la chasseuse, une jeune Américaine, avait prélevée cette girafe au cours d’un safari tout ce qu’il y a de plus légal, après avoir honoré ses taxes d’abatages qui contribuent à la sauvegarde de la faune.

Aujourd’hui, le chasseur Walter J. Palmer, tueur du lion Cecil, est recherché, jeté à la curée. Il était passionné de chasse à l’arc, il n’en était pas à son premier safari. Une ONG du Zimbabwe annonce qu’il a versé une taxe de 50 000$, comme n’importe quel chasseur partant en safari, aucune preuve n’a été apportée quant à sa culpabilité certaine a avoir désigné cet animal précisément. Walter souhaitait prélever un lion, il confia donc se désir à une agence spécialisée. Voilà les faits concrets qui nous ont été rapportés par les médias, rien qui ne mette directement en cause le chasseur, hormis son désir de tuer un lion, le jugement qui lui est donné est terrible, et ce sont tous les chasseurs qui trinquent, les menaces de morts sont innombrables, certains médias parlent même de « traque au dentiste » ! Le site du Huffingtonpost nous rapporte la création d’une brigade de vétérans de l’armée Américaine, les « vetpaw » (Vétérans engagés pour la protection de la faune Africaine), qui n’est ni plus ni moins qu’une milice à en croire la photo ci-dessus, postée sur le compte Instagram d’une membre de ce groupe, pour lutter contre « les braconniers », en espérant qu’il sache les distinguer des chasseurs…

 

Laisser un commentaire

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici