Actualité de la Chasse Chasse à l'étranger Pakistan : le markhor de la discorde

C’est LE nouveau sujet anti-chasse des jours à venir. Un chasseur américain vient de tirer un markhor au Pakistan pour la modique somme de 110 000$. Une somme astronomique qui fait bondir anti-chasses et non connaisseurs en tout genre des voyages de chasse.



Pour situer un peu le problème, le markhor est une chèvre sauvage vivant sur les contreforts de l’Himalaya, on estime aujourd’hui sa population à seulement 2500 animaux. À ce titre, le markhor est logiquement placé sur la liste rouge des espèces en danger. Alors pour Bryan Kinsel Harlan, comment un millionnaire américain a-t-il pu en tuer ?

La réponse est simple et est la même quand un chasseur tue une girafe ou un rhinocéros en Afrique : cela permet de conserver l’espèce. En effet, chaque année, les autorités pakistanaises autorisent à prélever seulement 12 markhors dans le pays, des mâles uniquement. L’argent récolté pour cette chasse (approximativement 1 million de dollars) permet de lutter contre le braconnage et d’aider les populations locales.

80% des sommes perçues sont versées aux populations locales et 20% à l’agence gouvernementale de la protection de la faune. Cet argent va donc aider à payer des gardes, mais également à aménager de nouvelles réserves pour favoriser la reproduction des markhors.

Ce que les anti-chasses refusent de se poser comme question, laissant parler uniquement leurs sentiments et leur aveuglement c’est : « N’est-ce pas mieux d’encadrer la chasse de 12 animaux triés sur le volet que de laisser n’importe qui chasser sans aucun contrôle, dans un pays en proie à bien d’autres soucis que le bien-être animal ? »

Bryan Kinsel Harlen Markhor hunting in Pakistan..

Publiée par Abdullah Khalid sur Mardi 5 février 2019

Depuis presque 20 ans au service de la chasse et des chasseurs sur Internet. Traiter l’actualité cynégétique au quotidien, informer les chasseurs des nouveautés, vous offrir les meilleurs contenus chasse (vidéos de chasse, photos).

1 commentaire

  1. l’être humain (en général) ne se pose jamais les bonnes questions. Il est vrai que quelque part c’est malheureux d’en arriver la, a savoir attribuer une valeur marchande astronomique a un animal pour sauver, du moins maintenir, son espèce. Sans ça, et c’est la qu’est le réel fond du problème, cette espèce magnifique serait amené a disparaître. Apres on pleurera le markhor, ou une autre espèce, qu’on ne pourra plus qu’admirer naturalisé chez certains particuliers privilégiés ou dans des musées. La chasse bien pensée, contrairement a ce qu’on pense, fait beaucoup de bien. Mais l’être humain, trop émotif, se focalise sur la forme et non pas sur le fond… c’est dommage. C’est censé être l’animal le plus intelligent sur terre ! Franchement il y a de quoi en douter parfois !!!

Laisser un commentaire

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici