Actualité de la Chasse Chasse en France 4 scénarios pour la chasse en 2040

La fondation François Sommer vient de publier une étude intéressante sur la possible évolution de la chasse d’ici 20 ans. Il s’agit de poser 4 scénarios reposant sur des faits, des statistiques, des exemples et aussi un peu de ressentis.



La chasse doit anticiper des défis de plus en plus complexes, telles les dynamiques de population des espèces sauvages et leur régulation à moyen et long termes, l’urbanisation croissante des espaces, la gestion des espaces boisés, les grandes évolutions des cultures agricoles et du foncier, le partage de l’espace avec des activités de pleine nature, les nouvelles pratiques sportives et de loisir chez les jeunes, les transformations du rapport à l’animal de rente ou sauvage, la question du bien-être animal, la sublimation de la nature dans la population…

Autant de facteurs qui vont inévitablement, avec ou sans logique d’ailleurs, influer directement sur l’avenir de la chasse en France.

Voici donc 4 scénarios plausibles, mais qui pour autant ne sont pas obligatoire et la Fondation François Sommer inscrite sur le fait que d’autre peuvent émerger, ou qu’un 5eme scénario sera la contraction de 2.



Scénario A «  Chacun chez soi » : La nature en partage, les chasseurs isolés. Coexistence des communautés, principe de tolérance. La chasse subsiste, mais et l’objet de critique

Scénario B  « La chasse en conflit » : Une société de rapports de force. Tyrannie des minorités et ère durable des mouvements d’opinion comme facteurs d’influence. Les pratiquants de la chasse sont stigmatisés. Forte décentralisation

Scénario C : « Les chasseurs, acteurs des territoires » : Une alliance chasse-agriculture-nature.
Tolérance à l’égard des chasseurs et reconnaissance de leur action en matière de services écosystémiques.

Scénario D  « La fin de la chasse plaisir ». L’État et les collectivités régulent la faune
Nouvelle éthique dominante. Le mouvement des droits de l’animal se diffuse, la chasse plaisir devient moralement inacceptable.



Inutile de préciser quel scénario est le plus souhaitable pour notre passion…

Il en ressort clairement que l’avis de la population par rapport au bien-être animal est LE facteur clé. À moins qu’un évènement « extérieur » majeur, telles une pandémie ou une guerre mondiale engendrant toutes les 2 une famine ou du moins une raréfaction des denrées alimentaires, l’avenir de la chasse passera par une acceptation, ou non, de notre activité.

Depuis presque 20 ans au service de la chasse et des chasseurs sur Internet. Traiter l’actualité cynégétique au quotidien, informer les chasseurs des nouveautés, vous offrir les meilleurs contenus chasse (vidéos de chasse, photos).

20 Commentaires

  1. UN CINQUIÈME SCÉNARIOS…A FORCE DE FAIRE CHIER LES MINORITÉS…UN JOUR CA PEUX FINIR COMME DANS L’EST DE L’UKRAINE…SCISSION AVEC UNE OU PLUSIEURS REGIONS DE FRANCE ?

    • Bonjour. Je pense que les politiques ne savent pas expliquer aux gens l’importance de la chasse dans la société. Déjà, d’un point de vue financier la chasse est une rentrée d’argent pour l’état, la chasse est créatrice d’emplois et surtout la chasse autofinance les dégâts agricoles, forestiers et autres. Après ça si les imbéciles ne comprennent pas il faudra leur expliquer qu’ils devront financer, a travers des nouveaux impôts les dégâts et autres plus le chômage des personnes qui n’ont plus leurs emplois que les chasseurs financés. A bon entendeur salut !

    • La chasse a bien évoluée depuis des années, ( bagues, jours de chasse réduits, agrainage, comptage de printemps), malgré cela, nous sommes toujours stigmatisés par une partie d’irréductibles anti-chasse, dont le but majeur, est de nous empêcher de pratiquer la chasse, non pas parce qu’ils aiment la nature et la faune, allez voir si l’hiver ils vont nourrir les faisans, perdrix et autres oiseaux, par contre ils n’ont aucun remord de conscience quand ils écrasent sur la route une canne avec ses poussins, un couple de faisan, un lapin ou un lièvre…la société aujourd’hui évolue aussi, pas vraiment en bien malheureusement, à nous chasseurs de nous adapter et d’être acteurs dans l’écologie.

    • Selon moi la chasse ne peux être sauvé que si la population met de côté ce que disent les médias et essaye de voir les choses tel quel : la chasse est nécessaire. Mais malheureusement les petits citadins qui jugent tout le temps les chasseurs avec leurs petites morals ne l’accepteront jamais…

  2. A toutes fins utiles, je ne commande plus rien chez Veepee. Le fondateur et président du site est un animateur du Rip qui nous concerne. Par conséquent, je ne veux pas financer les opposant à la chasse.
    En Saint Hubert

  3. L’avenir de la chasse est à 90% entre les mains des chasseurs. Il existera si nous savons être plus malins dans nos actes et notre communication que les idéologues verdâtres. Ça commence déjà par éliminer toutes les dérives de la chasse et agir ensuite pour que les vraies valeurs de la chasse se raccrochent à celles de nos sociétés.

    • Salut hrist ! Peu importe ce que tu chasse et le mode de chasse que tu pratique …les anti chasses visent l’abolition de la chasse par la tactique du grignotage ! Si en bon chasseur tu a signé une consultation publique…tu peux voir les commentaires des anti chasses … y veulent plus voir d’homme armés dans les collines et forêts…y veulent voir des familles des vélos des joggeurs et des chevaux qui baladent…! LA CHASSE C’EST NIET …C’EST TRES CLAIR !

  4. On ne peut pas préjuger de l’avenir mais il faut être lucides en constatant ce qui se passe au présent. Pour ce qui est dans les sociétés de chasse des alentours la moyenne d’âge augmente considérablement, les jeunes en général se Désintessent de ce loisir qui était une passion pour les générations précédentes, ils consomment de moins en moins de viande et le discours sur le bien-être animal est de plus en plus entendu par beaucoup de populations. La population des chasseurs change aussi en se désinteressant des chasses communales En faveur des chasses commerciales « aux bois ». L’agriculture industrielle a contribué à la destruction massive de la biodiversité de la flore et de la faune les plaines sont devenues des déserts cynégétiques. En résumant, à moins d’un retour pour l’intêret collectif sans chimie, la chasse telle que nous l’avons connu est condamnée à disparaître à une brève échéance. C’est la triste réalité d’une société qui se virtualise en oubliant l’histoire des siècles précédents qui ont fait ce qu’est l’humanité Aujourd’hui.

    • Excellente analyse.
      Si la biodiversité revient dans nos campagnes et si nos insectes reviennent grâce a l évolution des pratiques culturales le gibier pourra réapparaître.
      En parallèle des critiques faites aux chasseurs il faut absolument arrêter de réchauffer notre planète.: Moteur à explosion et de la poluer avec les millions de tonnes de déchets contenant des matières plastiques.
      Comme on a plus confiance dans nos politiques et a juste raison la situation est complexe.

    • A cette information et ces commentaires, vous semblez oublier que pendant 20 ans une association (l’ANCER) a oeuvré pour tenter de résoudre le problème en réfléchissant sur l’avenir de la chasse! ! Une doctrine a été publié sur la question ! Cette entreprise initiée par des chasseurs passionnés a été malheureusement un échec à cause de l’alliance contre nature entre les antichasses et les milieux les plus bornés des chasseurs. Tout ce qui a été publié sur cette entreprise hors normes est conservé par Joël DRUYER le dernier président de l’association.
      Simon Charbonneau Président fondateur et titulaire du prix François Sommer en 1998 pour le publication de son ouvrage « Une passion millénaire ».

    • Bsr je suis tout a fait d accort avec vous,je suis mécanicien monteur en industrie, je suis parti en Seine et Marne,et j ai vu ma proprietere qui m à vendue de la farine bio alors que ils traitent les champs pendant la nuit que fait le gouvernement,et la fédération des chasseur,pour l eurs prouver q un chasseur est plus!écolo q un écologiste!!!ha pardon ,un anti chasse

  5. Il est où le temps, ou les chasseurs étaient respectés et salués par les gens du village, moi je me rappelle du temps où je partais le dimanche matin avec mon père, nous prenions mon grand-père au passage, ah il était prêt ce grand homme, ancien de 14-18, il avait connu l’horreur, mais la chasse cette unique passion d’ouvrier qu’il avait depuis des années, il l’a retrouvait après la seconde guerre, il l’a transmit à mon père, et ensuite a moi, il était fier, aujourd’hui tout deux, ne sont plus là, moi j’ai gardé cette passion, et quand les dimanches de chasse, je parcours le même territoire qu’ils ont parcouru, je ne peux oublier de penser à eux, biensur aujourd’hui il y a moins de gibier, mais je ne peux imaginer qu’un jour , quelqu’un puisse m’interdire de pratiquer ma passion, quand mes ancêtres se sont battus pour avoir ce droit.

  6. La passion ne doit pas prendre le pas sur la raison.. Il y a plein d’autres scénarios….Donnons une belle image de la chasse,communiquons avec les autres utilisateurs de la nature,les urbains,ect.. ne laissons pas des mouvements radicaux extrémistes dont certains ont des financements douteux…monopoliser les médias et politiques!!!
    Il est vrai que culturellement et démographiquement cette activité de loisir peut disparaître a moyen terme. Si chaque défenseur de la chasse quelqu’elle soit diffuse autour de lui ,où elle, des arguments objectifs ,et ils sont nombreux, nous pourrons défendre nos passions et cultures locales.
    Joel

  7. Si je comprends Charbonneau il fait le même constat que moi sans avoir compris ce j’ai dit. Nous ne sommes pas prêt d’avancer. 20 ans d’échecs n’est pas la bonne réponse qu’est il fait pour l’avenir ? Petit rappel : nous vivons dans une démocratie. S’il faut entendre tout les points de vue, l’intérêt de particulier ou de groupuscules n’ont plus rien à faire sur les décisions collectives pour l’intêret général autrement plus rien ne se passe comme c’est le cas aujourd’hui.
    Battons nous pour l’avenir. Cordialement

    • Beaucoup de Don Quichotte chez les chasseurs et commentateurs ; peut-on vraiment se battre contre les moulins à vent ?? bien sûr que la chasse en France est condamnée ; qui peut se battre contre le bourrage de crane des enfants et l’ignorance de 90% de la population .Savez vous que des pays voisins interdisent le no Kill aux pêcheurs à la mouche même sans ardillon pour ne pas traumatiser les truites ! J’en profite tant que je peux encore marcher et conduire mon braque mais je n’ai jamais cherché à intéresser mes enfants et petits enfants :pourquoi les initier à une « civilisation  » condamnée et leur instiller une passion qu’ils ne pourront pas pratiquer (sauf peut être encore en Amérique du Nord ) . Apprenez leur le golf et profitez encore vous même tant que …

  8. Bonjour amis

    Les exemples prouvant que la chasse est indispensable pour la survie des espèces ne manquent pas. Regardons la gestion calamiteuse du bouquetin dans les Alpes où depuis plusieurs années des centaines sont abattus « administrativement » et que leur venaison est jetée. Est-ce ça l’écologie ?

Laisser un commentaire

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici