Actualité de la Chasse Chasse en France Bilan des attaques d’ours dans les Pyrénées en 2019

Il y aurait aujourd’hui une quarantaine d’ours dans le massif des Pyrénées. Une population qui grossit paisiblement et qui continue d’exercer une forte pression sur les animaux « d’élevage ».



En effet, le bilan des animaux prédatés par l’ours en 2019 est connu depuis quelques jours, et les ursidés n’y sont pas allés de main morte. Cette année, les ursidés ont presque tué le double de brebis que l’année dernière, c’est à dire 1129 contre 625 en 2018. A côté de cela, les ours ont également tué 1 chien, 4 chèvres, 14 chevaux et 32 vaches…

Un tableau de chasse record et varié pour ces animaux qui sont totalement tranquilles puisque, à la différence du loup, aucun tir de régulation n’est réalisé à son encontre.

Précisons tout de même que ces chiffres sont à minima et proviennent de la préfecture par rapport aux demandes d’indemnisation validées par cette dernière.

Depuis presque 20 ans au service de la chasse et des chasseurs sur Internet. Traiter l’actualité cynégétique au quotidien, informer les chasseurs des nouveautés, vous offrir les meilleurs contenus chasse (vidéos de chasse, photos).

12 Commentaires

  1. Merci les escrolos. Mais les bois de Vincennes et Boulogne auraient été préférables aux Pyrénées pour les lâchers.
    Ainsi les décideurs pourraient en profiter.
    Mais nous les ruraux ont y connait rien suivant leurs raisonnements.
    En fait, nous les éleveurs de montagne et d’ailleurs, on commence à en avoir ras le bol de ces urbains qui veulent nous apprendre comment vivre à la campagne.

    • Les ours étaient là avant nous, si vous voulez faire votre travail au détriment de la nature alors vous ne méritez pas d’être éleveur. Mes parents le sont dans les Pyrénées, ils ont perdu un âne et quelques brebis mais c’est pas pour autant qu’il maudissent l’ours ! Au contraire ! Pour eux l’ours fait entièrement parti de la montagne et il y a entièrement sa place ! C’est vous qui vivez chez l’ours pas le contraire, vous feriez mieux de vous en souvenirs !

  2. Fin de la réintroduction des ours enfin une bonne chose!!!!! Quand je pense à cet argent foutu en l’air…
    Soutien à tous les éleveurs des Pyrénées.

    • Enfin un d’accord…et pour ce qui des ânes malheureusement quand je lis leurs anecdotiques paroles dites par certains je fulmine…

  3. Bien vu, c’est vrai qu »à Paris ils n’en profitent pas… dommage, il faudrait leur en mettre quelques uns, c’est pas beau de tout garder pour soi !
    Entre Fontainebleau et Chambord, il y en a des hectares de bois ! Il n’y a pas de raison de priver tous ces gens bien intentionnés du plaisir d’avoir des ours à domicile.
    Moi je suis dans les Alpes, ça viendra dans quelques années, par la Suisse ou l’Italie. Je ne suis pas contre, l’ours était dans les Alpes depuis que le monde est monde et il y a sa place.
    Mais ce n »est pas à ceux qui viennent une semaine ou deux par an ici de déterminer ou est sa place; les Alpes d’aujourd’hui ne sont pas celles de 1920 et l’espace qui lui reste n’est plus bien grand…

  4. Je regarde beaucoup de documentaire animalier et je suis tombé il y a 5 ans sur la roumanie et la il filmait de nuit sur une plate forme un camion qui décharger des animaux morts cheval, mouton , vache ect et la à peine le camion parti arriver ours en famille, loups ect donc pas étonnant que ces ours, loups élevés avec ces carcasses ne peuvent pas changer d’alimentation quand ils sont implantés ailleurs c’est juste pour détruire la chasse sauf que les animaux de chasse ne se laisse pas prendre aussi facilement que les animaux domestique

  5. « Précisons tout de même que ces chiffres sont à minima »
    Précisons surtout que dans le doute, l’indemnisation est versée au bénéfice de l’éleveur, donc pas a minima du tout, surtout que pour calmer le jeu, les autorités ont été très conciliantes, y compris pour des dérochements (la moitié des pertes) où la responsabilité de l’ours n’a pas été établie formellement (mais n’a pas pu être écartée non plus)

  6. A BIXENTE
    Je pense que vous vous fourvoyez, en haut de l’échelle des vivants sur terre c’est l’homme et non pas les animaux, pour ici l’ours.
    A priori vous n’êtes pas éleveur, mais vos parents le sont. Vous parlez à leur place, laissez les s’exprimer.
    Allez vers les éleveurs qui ont perdu des centaines d’animaux et expliquez leurs que ce n’est pas l’ours qui est chez nous mais bien l’homme qui est chez l’ours. Vous êtes un doux rêveur.

  7. Bixente, merci de m’avoir fait beaucoup rire!!!! Basque? Si c’est le cas tu ferais mieux de militer pour stopper la forte urbanisation de votre région au détriment des espaces naturel et de la nature tout simplement, le Pays basque n’est pas à vendre mais les billets et les zéros sur un chèque changent tout!!!! L’ours était là avant mais se n’est pas pour rien que nos anciens ont fait le nécessaire pour qu’il n’en soit plus. Alors il faudrait peut être se poser les bonnes questions. L’ours est il compatible avec le mode de vie actuel? NON!!!! Sauvons nos éleveurs, priorité au pastoralisme, place à l’agriculture de montagne qui eux font tout pour préserver le milieu naturel comme il se doit. Alors Bixente va plutôt faire du surf à BTZ!!! Merci

  8. Dans un pays en faillite, il y a beaucoup mieux à faire avec l’argent du contribuable, c’est indécent de dépenser autant d’argent pour introduire des animaux qui n’amènent que des problèmes, idem pour le loup et autres.

Laisser un commentaire

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici