Actualité de la Chasse Chasse en France Merci d’appeler un braconnier un braconnier !

Ok, on a bien compris, la chasse est un sujet tendance, vendeur même… Plus un média, qu’il soit audiovisuel, digital ou papier ne boude son plaisir d’en parler. Au mieux d’en parler objectivement, au pire, et c’est souvent la majorité des cas, de nous lyncher. Mais soit, c’est ainsi, nous ne pouvons pas y faire grand-chose et puis nous sommes assez grands pour nous défendre à vrai dire.



La FNC, nous-mêmes, vous-même, êtes à la tâche pour défendre notre passion bec et ongles contre vents et marées. Les arguments ne manquent pas, en revanche ce qui ne manque pas,  c’est un sérieux problème de vocabulaire à certains journalistes qui continuent à s’échiner d’appeler à tort un braconnier un chasseur.

Parce que oui les affaires de braconnage font les choux gras de la presse quelques qu’elles soient, et quoi de mieux que d’annoncer que 6 chasseurs ont poursuivi jusqu’à ce que mort s’ensuive 1 sanglier en 4×4 comme c’est le cas actuellement, ou encore d’annoncer qu’un chasseur a tué un lynx, un gypaète barbu ou 2 tadornes de belon pour faire le buzz ?



Messieurs les journalistes, estimés confrères, que vous soyez anti-chasse vous regarde et ne vous empêche pas de faire (bien) votre métier, mais de grâce, s’il vous plait, ne tombez dans la simplicité et ne soyez pas aguicheurs. Une personne qui tue ou exerce la pratique de la chasse dans l’illégalité est tout sauf un chasseur : C’EST UN BRACONNIER.

Il y a quoi 0.5% de braconniers, 99.5% de de vrais chasseurs…. Est-ce utile dès lors de jeter l’opprobre sur toute une frange de la population ? D’autant qu’un braconnier est bien souvent non muni d’un permis de chasse et mérite encore moins d’être assimilé à un chasseur. Monsieur Cahuzac était un escroc, pour autant on n’entend pas parler d’escroc de l’Intérieur ou d’escroc des affaires étrangères à tout bout de champ quand l’on cite nos ministres. On ne parle pas non plus d’assassins quand on parle d’automobilistes, pourtant certains en sont en puissance. Des cas on ne fait jamais une généralité.

Bref, si la langue française est si variée et riche de mots c’est bel et bien pour les employer, donner un sens et une vérité aux propos, alors s’il vous plait, ne stigmatisez plus l’immense majorité des chasseurs qui pratiquent leur passion dans les règles de l’art en réunissant tout le monde dans un même sac !


Depuis presque 20 ans au service de la chasse et des chasseurs sur Internet. Traiter l’actualité cynégétique au quotidien, informer les chasseurs des nouveautés, vous offrir les meilleurs contenus chasse (vidéos de chasse, photos).

4 Commentaires

  1. Et oui , la langue Française est riche de mots précis et variés dans leurs nuances…….
    Mais pour cela il faut la maîtriser et ce n’est hélas plus le cas des  » journaleux  » actuels .
    Ont est loin des Léon Zitrone et de son langage académique bien que d’origine immigré ce brave Monsieur .
    Mais bon …..quand je vois l’orthographe des  » professeurs des écoles  » sur les cahiers de liaison, je comprend qu’ils aient du mal a enseigner une chose qu’ils maîtrisent mal .

  2. Bonjour à tous, il n y a rien à redire sur cet exposé ,il dit tout un chat c est un chat ,un chien c est un chien point final merci Monsieur et encore bravo.

  3. Alors…. oui chasseurs et braconniers ne sont pas là même chose.

    Et je n’ai rien contre la chasse qui a pour but de réguler des espèces trop nombreuses et sans prédateurs comme le sanglier par exemple, le lapin (a condition de ne pas s’en prendre aux rapaces pour éliminer la “concurrence”) ou le chevreuil dans certaines régions

    Même si je suis plus team pêche, un bon gibier de temps à autre je ne dis pas non.

    Mais il faut aussi comprendre la colère d’une partie de la population à voir systématiquement des chasseurs (pas tous, je sais.) vouloir mettre des bâtons dans les roues de la conservation de certaines espèces :
    – le Lynx, par exemple, dont on veut absolument évaluer l’impact prédateur/proie dans le seul but de pouvoir obtenir un cota d’abattage afin de pouvoir les tirer légalement alors que l’espèce a toute la misère du monde à s’implanter en France. (Et que l’action de la chasse et justifiée par les chasseurs eux même comme un acte de régulation faute de prédateurs… mais si vous réintroduisez des prédateurs naturels ça n’en convient pas non plus… allez comprendre.)
    – se battre pour des techniques de piégeage non sélectives (hello chasses traditionnelles)
    – continuer à vouloir tirer des espèces dont les effectifs on chuté de plus de 80% en 15 ans (i.e. la tourterelle des bois) —-> attention! Je ne dis absolument pas que les chasseurs sont entièrement responsables de leur disparition (et encore moins les chasseurs français, qui, pour le coup, bien moins destructeurs que leurs voisins espagnols) : il y a aussi la destruction des habitats, pollution ou encore l’utilisation de pesticides… Mais continuer à prélever une espèce hautement menacée me semble irresponsable.

    Bref, tout ça donne une image detestable de la chasse, à laquelle s’ajoute le braconnage qui est malheureusement souvent le fait de chasseurs. (Tous les chasseurs ne sont pas des braconniers, mais une majorité de braconniers sont également des chasseurs (i.e. possédant un permis de chasse)…)

    Ps: si si beaucoup de gens considèrent les politiciens (passé un certain niveau hiérarchique) comme des escrocs et des escrocs

    • Alice,

      Le sujet de l’article est l’utilisation du terme chasseur pour des gens qui n’en sont pas, dire qu’une majorité de braconniers sont chasseurs est litteralement de la diffammation, que certains ont passé leur permis pour avoir acces à la possibité d’acquerir des armes est une chose mais generaliser est outrancier, le risque judiciaire est d’ailleurs grand et dans certains cas on peut noter des peines d’une severité inusité dans bien d’autres crimes et delits.
      D’autre part:
      – je n’ai jamais entendu parlé d’une demande de quota de chasse en France concernant le lynx.
      – Pour les chasses traditionnelles, la seule qui a été recemment interdite est un modele de selectivité sur des cheptels plethoriques pour des prélèvements insignifiants donc plus un cadeau fait à la meute hurlante des verdâtres.
      – concernant la tourterelle des bois les quotas de prelevement en France ne mettaient pas l’espece en danger, effectivement la chute de ses effectifs est plutôt due a une rarefaction des biotopes favorables, dans les cevennes ou j’habitais elles etaient abondantes surtout sur les plantations de tournesols mais pas que, d’ailleurs cette espece a tot fait de quitter la France tout juste apres l’ouverture voire avant.
      Je conclurais par le fait que pour un certain nombre de personnes la detestation de la chasse a largement depassé le seuil de la logique et chercher à leur plaire serait une pure perte de temps.

Laisser un commentaire

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici