Actualité de la Chasse Grand gibier « L’armure » du sanglier : un bouclier contre les balles

Les grands sangliers, véritables concentrés de puissance, de rusticité et de vitalité, résistent mieux qu’on ne le pense à l’impact d’une balle.

Lors d’un tir, sans réaction apparente de sa part, on croit l’avoir manqué. Mais souvent, il n’en est rien, car de profil, la partie constituée par le flanc de l’animal porte, à juste raison, le nom d’armure.

A cet endroit, la peau présente une épaisseur très importante et cette particularité se forme au fil des ans, lors des périodes de repos du sanglier. Lorsque, dans sa bauge, il se couche sur le côté, la terre collée aux soies tale la peau qui s’épaissit.

Les animaux se constituent donc un véritable blindage protecteur, capable de désagréger, à l’impact, certaines balles à très haute vitesse. D’autres, plus lourdes et plus lentes, n’ayant pas la vélocité nécessaire pour traverser cette muraille de peau. Dans ces cas, les blessures demeurent essentiellement superficielles.

Les différentes études réalisées par les encartoucheurs préconisent, à l’impact, une vitesse résiduelle d’au moins 600 mètres par seconde. Pour les forts sangliers, un seul mot d’ordre : la balle doit pénétrer en conservant le maximum de sa masse, donc d’énergie. Ce paramètre demeure lié au couple formé par le calibre et la nature de la balle, car selon qu’elle touchera l’animal à 900 ou à 600 m/s, son comportement sera bien différent. Donc, plus la vitesse est élevée, plus la balle devra être dure pour éviter sa désintégration à l’impact et ainsi permettre sa pénétration.

Depuis presque 20 ans au service de la chasse et des chasseurs sur Internet. Traiter l’actualité cynégétique au quotidien, informer les chasseurs des nouveautés, vous offrir les meilleurs contenus chasse (vidéos de chasse, photos).

8 Commentaires

  1. Donc si j’ai bien compris le sanglier se balade avec l’équivalent d’un gilet pare-balles kevlar… Sont idiots les militaires fallait juste prendre une peau de sanglier et la trainer dans la boue… c’est moins chère que le kevlar!!! Au fait il faisant comment au moyen âge???

    • En fait ça peut les arrêter, ….ou non Beaucoup de grands sangliers ont été tués à la Brenneke, souvent de près. Mais il y a également dans la nature des grands sangliers qui se baladent avec dans la peau en surface ou plus profond des brennekes; certaines en surfaces plates comme des pièces de 5 francs (anciens!!!!) Et il y a aussi des sangliers dont l’armure a arrété une ou plusieurs balles rayées indaptées à leur vitesse, et qui ont explosé à l’impact, laissant en souvenir le « blindage’ vidé de son plomb…Pas faccile de choisir, même en connaissance de cause….

  2. C’est une connerie sans nom j’ai tiré une cinquantaine de sanglier dans ma vie pas un n’a résisté au différents calibre que j’ai pu tirer

    • Réponse à la » connerie sans nom » ci-dessus ! Perso j’en ai tiré plus de 230 en 12 ans sans parler de ceux à l’arc (régulation, approche, affût, pas en battue) mais néanmoins pour répondre à G.A, tout dépend du placement de balle, du calibre, de la puissance de la balle, de la distance, de la vitesse mais aussi du sanglier !
      Bravo Gabriel, tu es très fort, surtout ne change rien !!!
      Toutefois, je pense que beaucoup de sangliers tirés « dans l’armure » on pris le balle, n’ont pas été recherché par des conducteurs de « rouge » et ont dû mourir à des centaines et plus de mètres sans être bien entendu retrouvés et en souffrance durant plusieurs jours. N’oublions pas que le sanglier est un animal très robuste et qu’un bon placement est à privilégier. Il se peut néanmoins que certains aient résisté à des tirs hasardeux.

  3. Sangliers qui se baladent avec une brenneke dans ou sous la peau , surement tirés hors limite pour la « distance » limite pour ce genre de munition .
    Une brenneke aplatie sur la peau d’un sanglier , et qui y reste, je voudrais le voir pour le croire !…..
    Des munitions inadaptées qui expansent sur un obstacle (brindille ou autre) et qui finissent dans la peau d’un animal ,ou munition qui a traversé un animal et dont des éclats sont dans la peau de celui qui est derriere oui !
    Et de ma vie de chasseur , je n’ai jamais vu de sanglier qui se ballade avec une « carapace » de glaise ou autre boue assez epaisse et solide pour arreter une munition de chasse quelconque

Laisser un commentaire

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici