Actualité de la Chasse Divers et insolites Bilan carbone de l’Euro, les « khmers verts » et la politique de l’autruche

Depuis le 11 juin l’Euro 2021, enfin 2020, s’est ouvert à Rome pour 1 mois de compétition intense entre 24 équipes.



Vous l’aurez remarqué cette année il n’y a pas de pays hôte et la compétition va se disputer dans pas moins de 11 pays différents. Mais savez-vous pourquoi ?

C’est une décision de l’UEFA qui date de 2012 visant à célébrer le 60e anniversaire de la construction européenne en jouant la coupe à travers tout le vieux continent. Ainsi, joueurs, staff, et surtout supporters vont devoir voler de Glasgow à Bakou en Azerbaïdjan pendant 4 semaines, un véritable désastre écologique que personne ou presque ne soulève.


Inutile de chercher, il n’existe pas vraiment de chiffre fiable concernant le bilan carbone de ce genre de compétition. Chaque pays ayant des méthodes de calcul totalement différentes et peu compréhensibles. 1 chiffre est toutefois avancé par les instances, mais cela avant la pandémie, celui de 425 000 tonnes de CO2 générées par cette coupe d’Europe. Un chiffre bas selon l’UEFA puisqu’un seul stade aurait été construit pour l’évènement (ndlr : celui de Budapest).

Mieux encore l’UEFA annonce un bilan carbone neutre de son évènement majeur grâce à la plantation de 600 000 arbres, 50 000 dans chaque pays concerné.

Vaste fumisterie selon Didier Lehénaff, fondateur de l’ONG SVPlanète  qui s’est confié à France TV info « « Vous savez comment ça fonctionne ? Plutôt que de suivre avec honnêteté et humilité le process évaluer-réduire-compenser-communiquer, on mandate une société de conseil qui, pour quelques dizaines de milliers d’euros, effectue un bilan carbone et émet des préconisations qu’on reste libre de suivre ou non. Au final, on communique sur la partie la plus glorieuse de l’évaluation et sur certaines initiatives à résultat rapide et facile qui sonnent bien. On s’est acheté à moindre frais une conscience et le droit de polluer ». »

De son côté, un directeur de recherche au CNRS, Xavier Morin estime  que « souvent, c’est fait à l’économie, avec une seule espèce, on coupe des forêts anciennes pour en planter de nouvelles et toucher la subvention qui va avec. Et très souvent, il n’y a aucun suivi dans le temps »


Comme toutes les grandes compétitions, l’Euro 2020 contribuera à accélérer le réchauffement climatique dans la plus grande indifférence. Surtout en France d’ailleurs où nos chers écologistes sont bien plus préoccupés à essayer de glaner une région qu’à s’occuper concrètement de l’avenir de notre planète.

Oh, on ne demande pas à Julien Bayou de se dresser contre la FIFA, mais au moins au lieu de faire des montages photos grotesques (voir photo ci-dessous extrait du compte officiel Julien Bayou) pour annoncer son alliance fumeuse avec les candidats de gauche, d’évoquer le sujet, d’ouvrir le débat quoi… Mais non, ne rêvez pas, c’est bel et bien contre les chasseurs que ce dernier en a et qu’il n’hésite pas à désigner comme les fossoyeurs de la biodiversité, au même titre que ses acolytes verdâtres des associations animalistes.

Depuis presque 20 ans au service de la chasse et des chasseurs sur Internet. Traiter l’actualité cynégétique au quotidien, informer les chasseurs des nouveautés, vous offrir les meilleurs contenus chasse (vidéos de chasse, photos).

6 Commentaires

  1. Le fossoyeur de la biodiversité c’est le capitalisme et le niveau de vie élevé. Évidemment ces manifestation de grandes envergures ont un bilan carbone élevé mais le pire c’est le mensonge

    • Vous oubliez les socialos, ils ne sont pas mal non plus pour gagner quelques voies en milieu bobos urbains.

    • Ils vous mentent en vous regardant au fonds des yeux pour essayer de crédibiliser leurs propos.
      Surtout ils ne répondent pas aux questions pour éviter les difficultés et surtout masquer leurs mensonges manipulateurs.

Laisser un commentaire

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici