Actualité de la Chasse Divers et insolites La première usine de viandes végétales ouvre ce mois-ci en France

On y est les amis…. C’est ce mois-ci que la première usine de fabrication de viandes végétales, ou simili-viandes, ou encore succédanés va ouvrir ses portes.



Cette « petite » usine va employer 15 personnes pour commencer et devrait produire pas moins de 6 tonnes de steaks, nuggets et aiguillettes de viandes 100% végétales, c’est-à-dire réalisées à partir de protéines de blé, pois jaunes ou soja. On le rappelle ces produits ne sont pas de simples steaks pour vegans, car ils reproduisent le goût, la texture et l’odeur de la viande. C’est un véritable bouillon de culture chimique qui sera donc vendu dans les rayons de Monoprix et Carrefour.

Pire encore, ces produits seront vendus au sein même des rayons boucherie-volaille. Nous ne savons pas encore si un étiquetage particulier permettra de faire la différence avec de vraies viandes.

D’ici 2022 les investisseurs de cette start-up, dont Xavier Niel un des grands initiateurs du RIP fait parti, devrait passer à une centaine d’employés.



D’après le Figaro la société anticipe d’acheter 100% d’ici 1 an, ce qui veut qu’actuellement ses produits céréaliers ne viennent même pas de France.

Plus que jamais la chasse est et restera une source d’alimentation saine et naturelle, qu’on se le dise !

Depuis presque 20 ans au service de la chasse et des chasseurs sur Internet. Traiter l’actualité cynégétique au quotidien, informer les chasseurs des nouveautés, vous offrir les meilleurs contenus chasse (vidéos de chasse, photos).

6 Commentaires

  1. Bonjour et merci pour cet article.

    Néanmoins, appelons « un chien » un chien et un « achat » un chat…

    Je suis désolé, mais personnellement, j’ai les poils qui dressent en lisant « viandes végétales », « steaks, nuggets et aiguillettes de viandes ». Ces termes désignent et ne doivent désigner uniquement des ingrédients d’origines animales.

    En temps que consommateurs avertis et/ou « défenseurs » des produits traditionnels, n’entrons pas dans le jeu de ces transformateurs qui associent leurs « trucs » / « bidules » au monde qu’ils veulent remplacer, substituer, concurrencer, …

    Tant qu’à défendre les éleveurs et parler de ces produits hyper-tranformés, autant en parler avec une terminologie appropriée : « pâté végétal », « préparation végétale hyper-transformée », « agglomérés de protéines végétales », etc…

    Pour ce qui est de la distribution de ces produits, toujours en temps que consommateurs avertis, demandons / imposons une législation spécifique à notre corps politique afin d’assurer une transparence complète et en évitant la tromperie :
    – une appellation exclusive, claire et appropriée de ces produits sans mise en parallèle / comparaison avec des produits traditionnels issus de l’élevage ;
    – interdire le packaging rappelant les produits traditionnels et la moindre image et saveur « animale » associée ;
    – une mise en rayon dédié à ce genre de produits ;
    – une traçabilité, la précision des origines de chaque ingrédient et lieux de transformation complètes sur les emballages ;
    – etc…

    Encore merci pour vos reportages et articles très intéressants.

  2. Bonjour, ou plutôt re-bonjour…

    Dans le commentaire que je viens juste de vous poster, il semblerait que mon correcteur d’orthographe m’ait fait une blague…
    Je vous laisse le soin de la corriger si toute fois vous jugez intéressant sa publication sur votre site internet !

    Il fallait bien lire : un « chat » un chat et non pas un « achat » un chat…

    Dans l’attente de vous lire

    Ludovic RIDON

  3. Là où quelque chose attire l’attention dans ce combat contre la viande qui est devenue taboue ,il est tout à fait extraordinaire que ces militants utilisent le mot viande pour dénommer leur saloperie. les grands chimistes doivent se frotter les mains car cette daube doit être parfumée , colorée, et stabilisée et certainement pas avec de la sève de bouleau. Ce sont les mêmes qui sont adeptes du bio mais là nous sommes dans la synthèse et l’agrochimie alimentaire . Cherchez l’erreur et vive la vénerie

Laisser un commentaire

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici