Dossier chasse Périscope Comment lire l’âge des sangliers sur ses incisives

Le prélèvement national annuel de sangliers, dépasse désormais les 700 000 têtes. Malgré cela, il semble que les observations, dans le but de mieux connaitre la structure des populations, ne soient plus trop pratiquées par les chasseurs.

Pourtant, il serait souhaitable d’apprécier le plus simplement et le plus rapidement possible, l’âge des animaux tués. Bien que quelques initiatives aient été prises, on ne sait que très peu de choses à propos de l’âge des sangliers tués à la chasse. Certes la fourchette est serrée, puisque 99% des animaux sont éliminés avant l’âge de 5 ans, mais c’est justement dans ceux-là que se détermine la formation des compagnies. Que devient une laie ragote qui se retrouve seule ? Vit-elle en ermite ou se rapproche-t-elle d’une compagnie ? Sera-telle acceptée après une période de probation, ou rejetée ? Selon leur âge, les comportements seront bien différents.

Si les animaux de première année sont assez facilement reconnaissables à leur livrée respective (marcassins et bêtes rousses), il n’en est pas de même avec les animaux dans leur deuxième année et troisième année (bêtes de compagnie et petite laie ragote). L’examen des dents peut donc déterminer l’âge d’une bête noire avec certitude, jusqu’à ce qu’elle atteigne trois ans…



L’examen des molaires permet de classer les sangliers selon trois classes d’âges : animaux de première, deuxième ou troisième année, mais sur un animal mort, il est pratiquement impossible de desserrer les mâchoires pour voir les molaires et surtout pour bien les différencier entre elles. Le plus simple est donc de mettre à profit la phase de transition entre les dents de lait et les dents définitives.

Ce passage se fait vers quinze mois. Plus simple d’accès car plus proche des lèvres, la quatrième prémolaire permet de différencier les animaux en deux classes : les sangliers inférieurs à quinze mois, et ceux qui ont dépassé cet âge. Trilobée dans le premier cas, et bilobée dans le second, cette dent apporte un élément indiscutable à la classification des sangliers. Cependant, il n’est malgré tout pas pratique de localiser cette dent, surtout lorsqu’il y a divers débris ou restes de nourriture, présents dans la gueule de l’animal.

Comme les prémolaires, les incisives sont soumises au remplacement des dents de lait par les dents définitives. Situées à l’avant de la mâchoire, elles sont plus faciles à observer que les autres, car il suffit de baisser les lèvres de l’animal pour les apercevoir. Lorsqu’elles sont de lait, les incisives présentent une section circulaire, ainsi qu’une extrémité pointue et effilée.

 

Dès l’âge de deux mois, le marcassin porte six incisives de lait à sa mâchoire inférieure. Vers l’âge de quinze mois, les deux incisives centrales (une par demi-mâchoire) sont remplacées par deux incisives définitives. Celles-ci ont un profil très différent des incisives de lait. La section, presque circulaire originelle, fait place à une coupe transversale en forme de trapèze. Deux canaux latéraux, séparés par un renflement central, sillonnent la face intérieure de l’incisive, marquant ainsi le passage au stade définitif de cette dent. Un peu plus tard, à l’entrée dans sa deuxième année (entre 22 et 24 mois), le processus de changement des incisives du sanglier se poursuit. Les deux incisives latérales de lait sont remplacées par les dents définitives. Le sanglier est donc dans sa deuxième année dès lors que les deux incisives situées de part et d’autre des deux centrales ont pris leur profil trapézoïdal crénelé.



Parallèlement à cette observation, et si on peut mener une inspection plus poussée vers le fond de la mâchoire, on pourra observer que la quatrième prémolaire est désormais bilobée et que la deuxième molaire est sortie. La troisième classe d’âge concerne les animaux qui sont entrés dans leur troisième année de vie. A ce stade, les troisièmes incisives disposées latéralement sont nettement plus arrondies à leur extrémité que les autres.

En résumé, dans sa première année, le sanglier porte six incisives de lait caractérisées par une section circulaire et effilée. Puis, dans sa deuxième année, les deux incisives centrales deviennent définitives. Et enfin, dans sa troisième année, les deux latérales deviennent, à leur tour, définitives.

Depuis presque 20 ans au service de la chasse et des chasseurs sur Internet. Traiter l’actualité cynégétique au quotidien, informer les chasseurs des nouveautés, vous offrir les meilleurs contenus chasse (vidéos de chasse, photos).

Laisser un commentaire

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici