Dossier chasse Périscope L’hydro dipping ou comment redonner une seconde jeunesse à son arme !

L’activité cynégétique et parfois le manque de soin est souvent source d’altération de son arme malgré les précautions prises.



Ainsi, la crosse, généralement en bois, se retrouvent rayée et son vernis protecteur cloqué à cause de passage dans les ronces en traquant ou en cherchant une belle des bois sous de la pluie ou dans un milieu humide. Et que dire des canons ou des culasses qui parfois rouillent ! Face à cela et afin de rafraichir notre fusil ou notre carabine, une solution peu onéreuse existe : l’hydro dipping !

Que faire alors si notre arme est abimée, si elle nous convient, si l’on n’a pas les moyens d’en acheter une neuve? La rénovation semble alors la meilleure des solutions. Et si refaire un bronzage ou un « poncé-huilé »  est au dessus de votre budget, pourquoi ne pas tenter  l’hydro dipping ? Surtout que ce sera aussi l’occasion en même temps de la personnaliser sans exploser son portefeuille? Bref, technique va faire passer votre arme d’un statut de vieille pétoire détériorée à celui d’arme « tendance » surtout que nous savons tous que le disciple de Saint Hubert est aussi une « fashion victim » de la mode cynégétique. Cela permettra de suivre cette dernière ainsi d’être au top sans trop se ruiner.

Mais qu’appelle-t-on par ce procédé ?



C’est une technique bien connue et surtout révolutionnaire à consonance anglaise d’application de décorations de surface sur matériaux qu’ils soient en bois, plastique ou métal avec de multiples motifs donnant une apparence de  carbone, de bois, ou de camouflage Real Tree type marais ou sous bois par exemple. Ainsi, on peut modifier l’apparence de toutes les parties externe d’une arme en somme!

Plusieurs étapes bien précises

Le sablage :

Ce procédés nécessite plusieurs étapes à réaliser dans une chronologie bien précis en commençant par la première d’entre-elles qui est le sablage des différentes parties de son arme. Cette opération permet ainsi d’enlever les différentes pellicules de vernis ou de peinture sur les parties boisées et métalliques que sont la crosse, la longuesse ainsi que le bronzage sur toute la longueur des canons.



Le ponçage

Une fois réalisée, on passe à l’opération du ponçage qui doit être intégral afin d’enlever toutes les aspérités et autres défauts que le sablage n’a pas réussi à enlever. Cela se réalise entièrement à la main avec du papier de verre au grain ultra fin qui rendra à l’arme un toucher de peau de bébé !

L’apprêtage

Puis une application au pistolet d’une couche d’accroche dite « peinture d’apprêt » en époxy est ensuite réalisée sur toutes les pièces de l’arme. Le spécialiste de l’hydro dipping réalise ce passage dans une chambre de peinture dédiée qui empêche les différents grains de poussières de se coller et ainsi déformer ultérieurement le film. Cet apprêtage est de plus une occasion rêvée de traiter les parties métallique contre la corrosion et les outrage du temps.



La mise en peinture

Ensuite, une fois cette couche d’accroche réalisée, on passe à l’opération de mise en peinture qui nécessitera plusieurs couches de peinture avec à chaque fois 24 heure d’attente entre chaque. Si le spécialiste ne respecte pas les délais entre chaque application, il doit tout reprendre depuis le début !

Le transfert d’impression

La véritable opération d’hydro dipping peut enfin commencer et c’est par trempage que cela se réalise d’où l’autre appellation de ce procédé : le « water transfert printing » ou transfert d’impression par l’eau. Ainsi, c’est dans une cuve que la magie va opérer puisque l’on dépose à l’intérieure de cette dernière le film d’impression. S’en suit la pulvérisation d’un activateur qui va permettre la dissolution de l’ensemble et activer la liaison avec les différentes parties à customiser. Et c’est lors du trempage dans le bac des différentes pièces  que le transfert par contact se réalise, l’activateur pulvérisé préalablement permettant de ramollir la couche de revêtement de base afin que le film adhère sur les surfaces à mettre en coloration. Un fois ce trempage terminé les motifs sont alors définitivement posés sur les pièces. Ces dernières sont rincées puis séchées.



Le vernissage

Enfin, la dernière étape de ce procédés consiste à l’application d’une couche d’hydrofuge réalisée par un vernissage de type carrosserie automobile, ce dernier peut être alors de type brillant ou mat, ce dernier ayant la faculté de ne pas renvoyer pas les éclats du soleil ce qui est un plus dans la chasse des migrateurs. Et après, c’est fini, reste plus qu’à chasser !

Rénover et changer l’apparence de son arme est donc facile et peu onéreux grâce à l’hydro dipping. Ainsi, de l’aspect usé et détérioré, son fusil ou sa carabine devient presque neuve avec des aspects luxueux comme des films imitant le carbone ou le chêne grade 5 qu’ont les armes de prestige! Et outre le fait d’avoir une arme au look tendance, cette métamorphose a le mérite de ne pas être très onéreuse. Mais attention, mieux vaut aller voir un professionnel qui maitrise le sujet que de tenter de le faire soi-même, le résultat risquerait d’être pire qu’avant la tentative de rénovation.

Tarifs chez un professionnel :



Fusil semi-automatique synthétique : 220 euros env.
Fusil semi-automatique synthétique: 200 euros env.
Superposé ou juxtaposé : 230 euros.
Crosse seule : 100 euros env.
canon seul : entre 100 et 130 euros.

Depuis presque 20 ans au service de la chasse et des chasseurs sur Internet. Traiter l’actualité cynégétique au quotidien, informer les chasseurs des nouveautés, vous offrir les meilleurs contenus chasse (vidéos de chasse, photos).

4 Commentaires

Laisser un commentaire

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici