Actualité de la Chasse Chasse en France Les chasseurs mal-aimés mais pourtant très sollicités!

Le constat est plutôt étonnant si l’on y regarde de plus près : la chasse Française est attaquée de partout et le conseil d’État a dernièrement remis une gifle aux chasses traditionnelles peu de temps après que la chasse a la glu ait été interdite. Des personnes en quête de visibilité comme des humoristes en perte de vitesse, des naturalistes inconnus et des pseudos « journalistes » s’en prennent de front à nos belles chasses, acquises par le peuple Français avec la Révolution, et petit à petit parviennent à restreindre les pratiques cynégétiques, à faire obstruction lors des actions de chasse et à faire interdire des chasses pratiquées depuis le Moyen-Âge.

Dans le même temps, les chasseurs Français sont très sollicités lorsque la situation le nécessite. Les lieutenants de louveterie sont appelés pour des gardes nocturnes afin de protéger les troupeaux de brebis face aux loups, alors qu’ils sont sous-équipés et que les tirs ne sont parfois même pas autorisés pour des raisons politiques.

Les chasseurs de grands gibiers sont mobilisés pour des battues administratives lorsqu’il s’agit de réguler des sangliers qui causent trop de dégâts sur un secteur. Ils ont été un atout important pour les autorités dans l’est lorsque la PPA était à nos frontières.



Les chasseurs de gibiers d’eau sont vus comme des vigies par les autorités en cas d’épizootie comme la grippe aviaire, en cas de pollution dans les cours d’eau ou de multiplication d’une espèce invasive parmi la faune ou la flore.

Les chasseurs de petits gibiers sont également de la partie puisqu’ils cumulent les activités précédentes et sont également des alliés de choix pour les agriculteurs en veillant sur les territoires.

Et enfin, tous les chasseurs mettent la main à la poche lorsqu’il est question de financer les dégâts de gibier et des études scientifiques sur des animaux quand c’est nécessaire comme c’est le cas avec le lynx dans le Jura par exemple.

Cela commence à faire beaucoup pour des gens qu’une partie des bien-pensants veulent voir disparaître, non?



La liste est bien sûr non-exhaustive puisque le chasseur étant constamment sur le terrain, il va aussi participer à tout un tas de missions pour lesquelles il n’a pas signé à la base.

Ah oui, il faut également rappeler que le chasseur participe à tout cela de manière bénévole. Il paye même une cotisation tous les ans comme dit précédemment et ne va pas créer une cagnotte sur Tipee pour financer sa passion…

Le mot est lâché : passion. C’est le moteur de la chasse Française qui reste pourtant trop éloigné de l’image que le grand public possède du monde cynégétique.

Pour un chevreuil prélevé, combien d’heures ont été passées et d’argent dépensé à entretenir des sentiers, à débroussailler des espaces, à replanter des arbres, à apporter des pierres de sel, etc.



Pour un canard prélevé, combien d’heures passées et d’argent dépensé pour entretenir le marais, pour nourrir les appelants, l’équipement et l’aliment pour la reproduction, le vermifuge, les produits achetés chez le vétérinaire contre les maladies comme la fameuse mite, les bagues de repérage, etc.

Pour une perdrix prélevée, combien d’heures passées et d’argent dépensé pour faire des abris, des points d’eau, des points d’agrainage, s’organiser avec les agriculteurs pour laisser des bandes d’herbes ou des friches et les financer, de gestion des populations de nuisibles, de repeuplement lorsque c’est malheureusement nécessaire. Combien de fois il faut retenir le chien alors qu’il est à l’arrêt sur cette perdrix, qu’il est nécessaire de laisser partir puisque le repeuplement de certaines zones est un combat de tous les jours?

C’est une conviction personnelle, mais sans les chasseurs, les animalistes de tous poils n’auraient peut-être jamais vu de leur vie un faisan, une perdrix ou un lapin à l’état sauvage dans certains départements. La société a évolué, l’agriculture s’est mécanisée, des milliers d’hectares en France sont passés de champs et de près à des zones construites et le chasseur n’a pas attendu les « lanceurs d’alerte de Facebook et compagnie » pour protéger la nature.

Aujourd’hui, après les trop nombreuses attaques contre nos chasses, la réponse s’organise. De nouvelles manifestations de chasseurs pointent à l’horizon et il faudrait presque ressortir les pancartes utilisées depuis les années 90, il ne reste qu’à changer les noms des politiques en poste, encore…



Les chasseurs s’organisent pour retourner battre le pavé face à ceux qui veulent nous expliquer comment battre nos campagnes, peut-être accompagnés des pêcheurs qui subissent désormais eux aussi les attaques des anti-tout.

Toute l’année les chasseurs sont sollicités de toute part pour aider et mener à bien les missions que la société estime être de leur responsabilité alors que les médias & associations organisent un portrait peu flatteur du monde cynégétique.

Cette fois-ci, ce pourrait bien être le président des chasseurs Français qui solliciterait les nemrods dans le but de défendre nos passions communes.

Chasseur autodidacte depuis 19 ans, j'ai appris à me former et m'informer seul. Ce besoin de connaissances du monde de la chasse conjugué à un esprit espiègle m'ont assez naturellement conduit au journalisme cynégétique

20 Commentaires

  1. Ce que vous dîtes est pertinent, mais ça laisse penser que tous les chasseurs seraient irréprochables. Ce n’est malheureusement pas le cas pour le moment. Par exemple dans ma région le responsable a démissionné car certains ont des comportements ingérable et n’écoutent pas les responsables. Je comprend de plus en plus la chasse en lisant vos articles, c’est intéressant mais je vois aussi qu’il est difficile de gérer tout le monde et comme partout un petit nombre jete l’ombre sur le groupe. Chez nous personne ne comprend les lâchés également, on peut presque attraper les faisans a la main ici, c’est pas glorieux.
    Bonne continuation à vous

  2. boulanger, qui a prétendu que les loups étaient revenus naturellement? Les écolos! Pourquoi devrait on croire aveuglément des mythomanes patentés?

  3. Et si on arrêtait de chasser pendant 2 ans, plus de battue, plus de de chasse du tout.
    Je pense que les  » biens pensent  » les anti chasse, les soi-disant écologistes, se feraient du souci. Que le gouvernement ponctionne ces associations pour payer les dégâts et les accidents, les contaminations de gale, de tuberculose.
    oui il faudrait le proposer.

  4. Du grand n’importe quoi comme d’hab!
    Partez, disparaîssez, oubliez nous, plus personne ne vous supporte, pôv petits Calimeros.
    Essayez de faire quelque chose d’utile, pour une fois, dans votre vie, et arrêtez de pleurer. Vous êtes pitoyables.
    Engagez vous à l’Aspas ou la LPO, ou à tant d’autres associations qui oeuvrent pour le bien commun.

    • Bien commun ? Rigolo, à part casser et mettre un cimetière en zone classé et mettre des nichoirs autour des tombes vous n êtes bon à rien. Personne sur le terrain. On sera débarrassé de vous au prochaine élection nous aussi.

    • Eric associations qui œuvrent pour le bien commun en encourageant la mort de 250 000 chauves souris par an à cause de VOS éoliennes ou 130 000 000 d’oiseaux à cause de vos chats

    • La lpo n’a jamais rien pour aucun oiseaux ce sont des minable qui font que ce plaindre ils ferait mieux de protéger la déforestation du au panneaux solaires et foutre la paix au chasseurs

  5. N’oublions pas non plus les incendies de forêts dans le Var où les écolos ont interdit les bandes débroussaillées (bénévolement) par les agriculteurs et empêcher le pâturage par chèvres, brebis et autres lamas en ayant lâché des loups. Là aussi c’est un écocide que nous devrions faire reconnaître par la justice.

    Comparez l’état des réserves orntithologiques gérées par les fédérations départementales des chasseurs avec l’état des réserves abandonnées par les ONGs, En Normandie, ils se plaignent de ne pas trouver de nids de bécassines des marais, il est sûr qu’ils n’ont aucune chance d’en trouver dans leurs réserves… par contre dans les platières entretenues par les chasseurs de gibier d’eau, c’est autre chose

    • Les forêts du Var ne sont soumis à rien du tout, ni parc naturel, rien ! du droit commun.
      Juste la réserve des Maures, mais qui est justement pas une forêt.
      Quant au fameux « relâcher » de loups, vous allez aussi citer les caisses de vipères par hélicoptère ?

  6. Hrist, la meilleure défense c’est l’attaque, poursuivons les ONGs écolos, les maires écolos, le ministre de l’écologie et l’UE pour la destruction de 250 000 chauves souris chaque année en France par les éoliennes. Poursuivons ensuite les mêmes tristes sires pour la destruction de 130 000 000 d’oiseaux par les chats domestiques chaque année en France! Une fois condamné pour braconnage, l’UE, les ONGs et le ministère de l’écologie devront faire profil bas.

  7. La meilleure manière de démontrer la contribution positive de la chasse à la biodiversité ce n’est pas d’aller le crier derrière des pancartes mais c’est avec des études scientifiques indépendantes, mais aussi par l’arrêt volontaire de la chasse.
    Face aux attaques nous devrions annoncer une grève générale de la chasse au grand gibier en particulier. Idem se retirer de tous les territoires de grandes villes tenues par les verdâtres pour les laisser gérer.
    Après faut aussi avoir le courage de dénoncer ce qui n’est pas de la chasse comme le recours au gibier de tir, ou les chasses en parc…tant que ça existera ça ruine une partie de la communication.

Laisser un commentaire

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici