VOTRE NOM D'UTILISATEUR

VOTRE EMAIL




J'ai déjà un compte
Chasse Passion
Nom d'utilisateur

Mot de passe

Mot de passe oublié

Je n'ai pas encore de compte



Accédez au meilleur de Chasse Passion en vous inscrivant gratuitement en quelques clics


MOT DE PASSE PERDU
VOTRE EMAIL



A bientot
 
Invictus

Indre-et-Loire : le blaireau responsable de plusieurs attaques sur des brebis

Attaque de blaireau sur des brebis

Voilà plusieurs années que les anti-chasse attaquent systématiquement les arrêtés concernant la période de chasse du blaireau complémentaire qui permettait notamment son déterrage. Seulement, le blaireau est responsable d’un certain nombre de dégâts sur les exploitations agricoles comme en témoignent les agriculteurs d’Indre-et-Loire largement concernés.


Un retour d’expérience qui fera réfléchir.

Après un article consacré la suspension de la période complémentaire de chasse du blaireau en Indre-et-Loire, les journalistes de La Nouvelle République ont eu un retour de la part d’un éleveur de brebis qui voulait témoigner de la réalité du terrain.

Ce dernier explique que certaines de ses brebis ont été attaquées par un ou des blaireaux qui n’ont pas hésité à consommer la viande sur des animaux encore vivants mais dans l’incapacité de se défendre.


Par exemple, une brebis qui venait d’agneler s’est retrouvée avec une partie de son appareil génital consommé et les agneaux avaient disparus.

Une autre fois, une de ses brebis s’est retrouvée sur le dos, la pauvre bête n’a pas reçu d’aide du mustélidé qui sont loin d’être des aides précieuses comme l’expliquent les anti-spécistes mais au contraire, le blaireau a profité de cette opportunité pour manger une partie de sa tête.

D’autres anecdotes ponctuent l’article en question mais à chaque fois, les empreintes ne laissent aucun doutes sur l’espèce qui a joué à chaque fois le prédateur.

Coup dur pour les éleveurs qui, en plus de penser directement aux risques liés à la tuberculose véhiculée par le blaireau, ne seront pas indemnisés comme s’il s’agissait par exemple d’un loup.

Le blaireau, l’animal que l’on ne voit que peu mais qui est pourtant bien présent.


Les animalistes pourraient aisément être comparés à Saint Thomas, ils ont tendance à ne croire que ce qu’ils voient mais bien souvent quand cela les arrangent.

En ce qui concerne la chasse aux pantes par exemple, ils refusent de voir les études menées par les chasseurs en partenariat avec l’OFB et pour le blaireau c’est à peu près la même chose.

On ne voit que peu de blaireaux en journée car il est essentiellement nocturne. C’est aussi un mustélidé très discret et la conclusion des verts est simple : il n’y a pas de blaireaux si on en voit pas !

En réalité, les populations de blaireaux sont en recrudescence dans plusieurs départements Français. S’il ne sont pas toujours observés, les relevés d’empreintes et les déclarations de dégâts remises aux piégeurs, aux gardes ou à d’autres acteurs de la ruralité font de plus en plus mention de l’animal. Cette hausse d’activité est rarement liée à une baisse des effectifs.


Si les agriculteurs ne peuvent pas positionner des centaines de caméras de surveillance pour relever la présence de blaireaux dans les attaques, la Fédération d’Indre-et-Loire a pu confirmer que le nombre de blaireau était effectivement en hausse, notamment dans le Sud de la Touraine.

5 réflexions sur « Indre-et-Loire : le blaireau responsable de plusieurs attaques sur des brebis »

  1. Il faut faire remonter toutes les infos , dégâts , animaux écrasés pour prouver la bonne santé de la population .
    Ces écolos n’y connaissent rien

  2. Il existe une ou plusieurs vidéos You Tube prises en infra-rouge qui montrent la prédation d’agneaux en Angleterre. Cela doit être déjà constaté en France car des agents OFB ont soupçonné le blaireau dans le cadre d’une attaque sur une brebis mais là personne n’est d’accord avec eux( il ne restait que la colonne vertébrale et peau bien retournée). Les blaireaux en grand nombre depuis l’arrêt du déterrage semblent être affamés

  3. One voice doit payer la facture , puisqu’ils attaquent systématiquement les arrêtés autorisant le déterrage de mai à septembre .

    1. Moi je me fie au nombre de blaireaux morts sur le bas coté des routes…et j en voie beaucoup plus qu avant tout comme les renards …c est un indice qui ne trompe pas sur la bonne santé d une espece.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DERNIÈRES VIDÉOS CHASSE PASSION

Actualités de la chasse

Cam1071

Vidéos de chasse

[Vidéo] Un chevreuil coincé dans un bar au milieu des clients

[Vidéo] Un chevreuil coincé dans un bar au milieu des clients

On savait bien que la période des bourgeons est propices aux écarts de conduite des chevreuils dans leur milieu naturel...

27 mai 2024 Aucun commentaire
×

You may choose to prevent this website from aggregating and analyzing the actions you take here. Doing so will protect your privacy, but will also prevent the owner from learning from your actions and creating a better experience for you and other users.