Actualité de la Chasse Petit gibier L’Europe met la pression sur les chasseurs

Jeudi dernier, soit quelques jours/heures afin la fin des consultations publiques concernant notamment les chasses traditionnelle, l’Europe a adressé une lettre de mise en demeure à la France au sujet des chasses traditionnelles et de la chasse aux oies.



Ce courrier, comme en 2017 au sujet des ortolans, ouvre une procédure d’infraction au sujet de la chasse à la glu et au filet. D’après l’UE «la France autorise des pratiques de chasse non sélectives, comme la chasse à la glu et au filet, qui ne sont pas conformes aux exigences ».

Concernant les oies « La Commission s’inquiète également de la tolérance et de l’autorisation généralisées actuelles de la chasse à l’oie cendrée après que celle-ci a commencé sa migration vers ses sites de reproduction ».

Dans ce courrier l’UE revient également sur le cas particulier de la tourterelle des bois en expliquant : « comment la pression de l’agriculture et de la chasse contribue à une perte de biodiversité »

Pour justifier ces propos, comme toujours l’institution se base sur la directive oiseau. Des propos semble t’il légèrement partie pris, notamment concernant le cas de la tourterelle des bois…. Quoiqu’il en soit la France à 2 mois pour répondre, sous peine de quoi l’Europe pourrait saisir le tribunal.

Depuis presque 20 ans au service de la chasse et des chasseurs sur Internet. Traiter l’actualité cynégétique au quotidien, informer les chasseurs des nouveautés, vous offrir les meilleurs contenus chasse (vidéos de chasse, photos).

8 Commentaires

  1. On ne peut pas mettre le sujet ortolan, chasses traditionnelles et oies sur le même plan. Et on ne peut pas non plus considérer que l’on doit tout continuer de chasser sans considération des populations, méthodes etc…
    Après sur le sujet oies, bien qu’opposé par principe à ces chasses trop rapprochées des périodes de reproduction, et considérant aussi toutes les attaques que nous subissons, une seule action = la grève totale de la chasse.
    Quand on a au moins 13 milliards qui reposent sur notre activité et bien on s’en sert!! et on arrête ! pour montrer à Bruxelles, l’État et aux citoyens ce que ça donne un pays sans chasse! Et tout le monde paiera les conséquences (peste porcine, dégâts gros gibier, chômage, recettes fiscales en moins….)

    • Bonjour
      D’accord pour ne pas reverser une partie de notre cotisation chasse pour le dégât du grand gibier et que cette indemnisation soit prise en charge par l’ensemble des Français par l’intermédiaire des impôts au même titre que l’impôt secheresse exceptionnel puisque nous sommes tellement insultés et décriés !

  2. Quid de la destruction au gaz des oies dans les pays nordiques ?

    Les verts de l’Europe commencent leurs processus de destruction de la chasse en France avec la complaisance des médias.
    Chasseurs continuons à nous défendre contre le cancer que représentent les écolos bobos.

    Tous ces urbains devraient réapprendre ou apprendre la nature autrement que derrière un écran sans appréhender les sensations que procure la vie dans la campagne.

    La pluie, le froid, la neige, le vent, la chaleur sont inconnus de ces gens qui se plaignent constamment de ces conditions climatiques normales suivant les saisons.

    Mon journal local procède au relevés climatiques journaliers et les compare aux mêmes jours il y a 15 et 50 ans.
    Je vous le donne en mille, tout est semblable.

    Mesdames et Messieurs les « casse pied » apprenez la nature sur le terrain en mettant les mains dans le « cambouis » et votre vision des choses changera.

  3. Il est certainement plus facile de s’attaquer à une décision de prolongation de chasse de l’oie en France, que de s’attaquer à une destruction radicale de ce gibier par gazage aux Pays Bas.
    C’est la seule attitude des écologistes que l’on connaît.
    Bougrain Dubour devrait se déplacer en Hollande avec toute sa clique, il y a certainement plus d’animaux à sauver.

  4. je profite de ce sujet, pour évoquer le problème de la buse, qui est européen, et je tire la sonnette d’alarme, cette oiseau protégé n’a pas de prédateur, tout au moins dans les régions nord et ouest de la France, il se développe fortement
    j’attends beaucoup de responsable de chasse évoquer la présence d’une dizaine de buses sur des territoires de 200 hectares, tous nos efforts sur le perdreau et le faisan sont annulés, nous voyons de belles couvées de 10 à 12 jeunes, puis plus tard il reste 2 à 3 oiseaux, leur méfait accompli elles passent à d’autres territoires, quand j’attends les écolos regrettaient le chant des oiseaux? on y va direct
    je souhaite que se développe une pétition sur ce sujet, avec une dossier d’étude sérieux sur des constats, pour déboucher sur une régulation sérieuse de cet oiseau par des gardes assermentés sur des quotas déterminés, voir le cormoran? j’espère que les chasseurs des Hauts de France vont réagir et je souhaite les mobiliser sur ce sujet, et recevoir des témoignages fiables, pour cela je transmet mon mail : pierre.platel.amel@gmail.com

    • Bonjour, je tient juste a vous signaler que la buse variable se nourrit également ( et principalement ) de micromammifères, et que la mort aux rats ne suffit pas pour arrêter un pullulation de rongeurs …
      De plus, le fait que la buse mange , occasionnellement, des espèces classées gibier, n’a aucuns impact sur la biodiversité, a ce que je sache , vous en mangez bien, vous , des perdreaux ?

Laisser un commentaire

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici