Caractéristique :

Le blaireau est un animal robuste, bas sur pattes, auquel sa tête blanche, avec 2 bandes noires allant du nez jusque derrière les oreilles blanches, son museau un peu retroussé, ses yeux obliques, enfin sa croupe très large confèrent un aspect très particulier.



Ses membres antérieurs, armés de griffes très puissantes, permettent au blaireau de creuser des galeries d’une longueur considérable, dans des sols très durs.

Comportement et reproduction :

Le blaireau habite de préférence les forêts de feuillus mais peut également s’installer dans des broussailles ou des haies dans les régions de bocage.

Crépusculaire et nocturne, il habite le jour dans un terrier, souvent vaste et utilisé parfois depuis des générations. Des sentiers régulièrement empruntés rayonnent au départ du terrier.



Les jeunes naissant en mars, la durée de la gestation doit être de 4 à 5 mois; mais on a

soutenu, d’autre part, que, l’accouplement ayant lieu peu de temps après la naissance des jeunes, la gestation devrait être de 10 à 1 1 mois (on a observé des accouplements en février, avril, mai, juillet, octobre et novembre). Certains prétendent que la période est variable et que la gestation peut être suspendue.
Les jeunes blaireaux, au nombre de 3 ou 4, quelquefois 5, naissent aveugles et restent longtemps au terrier. Ce n’est qu’au bout de plusieurs mois qu’ils s’aventurent jusqu’à sa sortie. Ils ne sont adultes qu’à 18 mois. Les blaireaux que l’on rencontre parfois en chassant, endormis dans des tas de fougère, sont presque toujours des individus qui n’ont pas atteint l’âge adulte. Mais ils peuvent être de vieux mâles réfugiés, au moment de la naissance des jeunes, dans de petits terriers ou sous des aqueducs ou des ponceaux; il semblerait que la mère les éloigne, à ce moment, de la progéniture.

Alimentation :

blaireau

Le blaireau ne peut être considéré comme vraiment dangereux pour le gibier. En effet, son régime consiste en grenouilles, serpents (surtout des vipères, dont il ne redouterait pas la morsure), mollusques, escargots, lézards (qui ne sortent pourtant qu’au soleil), nids de guêpes et de bourdons (dont il semble être particulièrement friand), petits rongeurs, taupes et aussi quelquefois levrauts et lapereaux (à l’aide de son odorat très fin, il localise les rabouillères, d’où il déterre les jeunes lapins).

On reproche au blaireau de capturer les oiseaux nichant à terre, et surtout de s’attaquer aux œufs; c’est vraisemblable, quoique, la plupart du temps, ce soit le renard le vrai coupable. Le blaireau se nourrit aussi de miel, de champignons, de faines, de glands, de pommes de terre, de betteraves, de carottes, de céréales et surtout de raisin. S’il devient excessivement gras en automne et supporte de jeûner durant plusieurs jours de suite, le blaireau, contrairement à ce que l’on a cru longtemps, n’hiberne pas.



Laisser un commentaire

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici