Caractéristique :

De forme élancée, sa longueur peut atteindre 1,20 m du museau au bout de la queue (40 cm) pour un poids d’environ 6-7 kg. II est facilement reconnaissable à son fin museau, ses grandes oreilles pointues aux extrémités noires et sa longue queue touffue. Sa robe, généralement rousse, peut varier du jaune au marron foncé. Les lèvres, le dessous du menton et le ventre sont blancs, ses griffes non rétractiles. La femelle, de poids inférieur, ressemble au mâle.

Comportement et reproduction :



Le renard est présent dans tous les départements où il colonise des milieux très divers, de la plaine à la forêt, en passant par la montagne (jusqu’à 2 500 m en France) et les agglomérations.

Le renard est une espèce nocturne qui a besoin d’un endroit tranquille, pour se reposer le jour. Les abris choisis sont très variés fourrés, souches, tas de bois, ruines, ronciers et plus rarement terriers (pour la mise-bas).



Il est indéniable qu’une chasse où vivent beaucoup de renards subit un gros préjudice, mais lorsqu’il n’y en a qu’un nombre restreint, elle bénéficie au contraire des avantages qu’apporte l’équilibre naturel ; trop peu de propriétaires de chasses et de gardes en sont conscients.

Il est indéniable qu’une chasse où vivent beaucoup de renards subit un gros préjudice, mais lorsqu’il n’y en a qu’un nombre restreint, elle bénéficie au contraire des avantages qu’apporte l’équilibre naturel ; trop peu de propriétaires de chasses et de gardes en sont conscients. Le rut commence en janvier et se poursuit jusqu’aux premiers jours de mars. C’est surtout à cette époque que l’odeur musquée de l’animal est perceptible en forêt et au coin des haies, probablement là où il a uriné. Cette odeur provient de la sécrétion de glandes anales, mais surtout d’une zone glandulaire située à la base de la queue et bien délimitée dorsalement, à l’endroit où le poil prend souvent une teinte plus foncée.

La gestation dure environ 8 semaines; la renarde, après avoir visité plusieurs terriers, en choisit un, qu’elle garnit des poils qu’elle arrache d’abord de sa poitrine, puis de la zone de ses mamelles. Le nombre des renardeaux est généralement de 5 ou 6, mais il peut osciller entre 3 et 8. À leur naissance, les renardeaux sont de couleur gris souris et très passifs; ils sont aveugles pendant une douzaine de jours, et leurs oreilles sont tombantes. Leur mère reste couchée sur eux ou près d’eux, durant les premiers jours, Puis elle ne les visite qu’à intervalles réguliers pour leur donner à téter, se tenant le reste du temps dans un coin du terrier, dans un autre terrier ou même dans des buissons. Les dents des renardeaux font leur apparition au bout de 3 semaines; c’est le moment où le père commence à assurer le ravitaillement.


Les renardeaux grandissent rapidement et manifestent bientôt le désir de connaître le monde extérieur; ils sortent alors du terrier, et c’est l’époque où, par les belles journées ensoleillées d’avril et de mai, on peut les voir jouer. Quelquefois aussi, leur mère se mêle à eux. Si rien ne survient, les uns et les autres resteront groupés jusqu’au début de l’été au lieu qui les a vus naître; mais, si la mère a l’impression que le terrier a été découvert ou se trouve menacé, elle emporte un par un les renardeaux, par la peau du cou, dans une retraite plus sûre.

renard

Le terrier du renard comporte 3 parties distinctes : la maire, qui constitue l’antichambre; la fosse, dans laquelle l’animal accumule ses provisions et qui présente au moins 2 issues; enfin l’accul, ou habitation proprement dite, qui n’a qu’une seule entrée.

On ignore si le renard est monogame ou non ; le fait qu’il ne prend aucune part, apparemment du moins, à la vie de la famille durant les 15 premiers jours ne permet pas d’être affirmatif dans un sens ou dans l’autre.

Alimentation :

Pour le chasseur, le renard est un destructeur de gibier et de volaille, donc un ennemi que l’on cherche à anéantir par tous les moyens. Pourtant, le régime de cet animal varie suivant les saisons, les régions et les individus.
Pendant la plus grande partie de l’année, le renard se nourrit surtout de mulots, de campagnols, de souris, mais aussi de grenouilles, d’insectes (de bousiers principalement), d’écrevisses, d’escargots, voire de charognes. Il adjoint à ce menu des œufs, des oiseaux, des fruits et, lorsque l’occasion se présente, des pièces de gibier.

A l’époque de la reproduction, il en va tout autrement : obligé de nourrir sa famille, il s’empare de la volaille jusque dans les cours de ferme. Outre les lapins et les lièvres, il capture les faisans et les perdreaux, et s’attaque même aux chevrillards, malgré les coups de pied que lui prodiguent les chevrettes et dont il est parfois la victime. Lorsqu’une épaisse couche de neige recouvre le sol, il lui arrive de poursuivre les chevreuils adultes, quand ils se sont blessés sur la neige glacée; il finit par les rattraper et les dévorent vivants.
Durant la nuit, et quelquefois de jour, les renards se groupent par deux, soit 2 mâles, soit un mâle et une femelle, pour chasser , tandis que l’un d’eux suit le lièvre ou le lapin en donnant de la voix, l’autre se tient en embuscade à un carrefour ou dans une coulée propices.

Laisser un commentaire

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici