Espèces chassables Prédateur Etourneau sansonnet

Caractéristique :

L’adulte en été est noir et brillant avec des reflets verts iridescents; en hiver, son plumage est similaire, mais moucheté de blanc sur le dos et le ventre. Bec conique, long, fin, pointu et jaune vif, pattes longues et fines, brun rosé, œil brun foncé, l’espèce présente un discret dimorphisme sexuel : la femelle est plus terne, mais présente plus de taches sur la face ventrale. L’étourneau mesure 21.5cm en moyenne et pèse de 74 à 90 g.

Comportement et reproduction :



Bien que l’on rencontre l’étourneau dans des milieux comme les bois, cet oiseau est souvent associé à présent aux implantations humaines. C’est une espèce commune de la campagne, surtout dans les régions d’élevage, et des zones urbaines, dans de nombreuses parties du monde. Nettement grégaires, les étourneaux se nourrissent et dorment en grandes bandes bruyantes. Les soirs d’hiver, des milliers d’entre eux arrivent au cœur des villes pour y dormir. Ils s’assemblent en babillant dans les arbres des parcs ou sur les immeubles.

Ces oiseaux profitent de la chaleur un peu plus élevée des villes et de l’abri qu’elles assurent face au vent. Les ailes pointues de l’étourneau lui assurent un vol rapide ; de nombreuses populations nordiques sont d’ailleurs migratrices. Ces étourneaux fuient les hivers rigoureux en gagnant les îles Britanniques, l’Espagne, l’Afrique du Nord, l’Iran et l’Inde.

L’étourneau niche un peu partout en France. Les effectifs augmentent beaucoup en hiver avec l’arrivée de migrateurs venus du nord et de l’est de l’Europe. De l’automne au printemps, il peut exister des rassemblements urbains d’un million d’étourneaux et plus. En ville, les dortoirs son souvent occupés année après année, mais peuvent parfois changer de localisation.



Les grandes troupes d’étourneaux se séparent à approche de la nidification, même si les non-nicheurs peu vent continuer à dormir en commun. Les couples choisissent un site convenable et défendent un territoire. A la campagne, le nid est d’ordinaire situé dans un arbre ou un mur. Les oiseaux des villes s’installent plutôt dans les cavités offertes par les immeubles. Le nid lui-même est une volumineuse coupe de végétaux secs, tapissée d’herbe, de mousse, de plumes et de divers matériaux comme de la ficelle, du tissu, du papier et même des mégots. La femelle pond ses œufs à raison d’un par jour. Elle couve toute la nuit et une bonne partie du jour. Les poussins sont d’abord nus et vulnérables, mais grandissent vite et savent se débrouiller seuls au bout de 21 jours. Maturité sexuelle : à 1 an. Accouplements : avril à juillet Œufs : 5 à 7. Pontes : 1, éventuellement 2 par an. Incubation : 12 -13 jours. Envol des jeunes : à 3 semaines

Alimentation :

etourneau sansonnet

L’étourneau, guère difficile pour sa nourriture, exploite un large éventa d’aliments glanés dans dive milieux. A la campagne, consomme des fruits et di baies, ainsi que des insectes des larves et des vers. Il peut aussi chasser les insectes volants. Dans les agglomérations, les étourneaux viennent aux mangeoires et savent profiter de toutes sortes de déchets. Nombre d’étourneaux qui passent la nuit en ville se nourrissent à la campagne durant la journée. Des vagues successives quittent la ville à l’aube, chaque oiseau filant souvent vers sa zone attitrée, à plusieurs kilomètres de là. Ils reviennent au crépuscule, les groupes se rejoignant peu à peu pour former une troupe toujours plus nombreuse. Parvenus près du site du dortoir, les étourneaux se concentrent en un nuage tournoyant et se livrent durant près d’une heure à un ballet aérien aux spectaculaires figures synchronisées.

Laisser un commentaire

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici