Actualité de la Chasse Chasse en France Covid-19 : quelles conséquences économiques pour le monde de la chasse ?

Alors que l’épidémie de coronavirus est loin d’être endiguée, se pose déjà dans beaucoup de secteurs la question de l’après Covid-19.



En effet, il ne fait maintenant guère de doute sur le fait que l’économie mondiale va connaitre un ralentissement quasiment sans précédent, et 2020 restera une année noire à bien des égards. D’aucuns disent qu’une fois le confinement annoncé, et l’épidémie ralentie, la consommation va reprendre. C’est vrai, mais la question est de savoir qui aura survécu.

Les particuliers les moins impactés financièrement auront peut-être même tendance à consommer davantage « pour se faire plaisir » après cette période difficile. Automobile, tourisme, seront peut-être les « gagnants » de cette crise, mais qu’en sera-t-il du secteur économique de la chasse, qui représente 3 milliards de flux financiers rappelons-le ?

Beaucoup de chasseurs sont artisans, et sans entrer dans ce jeu, il est fort à parier que financièrement l’Etat soit loin de compenser les pertes financières de ces derniers qui sont souvent les premiers lésés. Artisans, chefs d’entreprises également, sont de grands consommateurs pour les armureries, et on peut légitimement craindre que ce poste de dépense « loisir » et non essentiel soit largement sabré.

C’est donc potentiellement les armuriers qui ont baissé le rideau il y a déjà presque 3 semaines qui devraient subir les premiers effets de la crise économique. Ce secteur étant déjà fragile, on croise d’ores et déjà les doigts pour que chacun puisse rouvrir boutique au plus tôt.

Après les armuriers, c’est bien évidemment toute la filière chasse qui est impactée : distributeurs, puis fabricants et aussi nous, médias. A titre d’exemple chez Chasse Passion nous savons déjà que les budgets communication seront réduits, ce qui signifie une baisse de chiffre d’affaire. L’état ne compensera pas cette baisse de chiffre d’affaire, tout au plus une aide sur les revenus des salariés. On peut également parler du salon de la chasse et de la faune sauvage qui a été annulé et même si rien n’est officiel, le Game Fair pourrait subir le même sort. Ces 2 principaux salons génèrent également des millions d’euros de transactions et donc de pertes sèches en cas d’annulation.

D’autres conséquences économiques plus inattendues sont à mettre au compte des dégâts de gibiers. Nous en parlions pas plus tard qu’hier, notamment dans le Loir et Cher où le président de la fédération des chasseurs tire déjà le signal d’alarme. L’état a promis de délivrer des dérogations pour chasser les corvidés et les sangliers en mars, mais quoiqu’il en soit, cela va réduire drastiquement le nombre de chasseurs qui sortent en cette période.

Pour finir, la petite faune pourrait également subir de plein fouet la crise du Coronavirus. En effet il n’est plus permis d’aller agrainer le gibier, ni même de remplir les abreuvoirs. Si ces mesures se poursuivent à l’approche de l’été, cela risque de ne pas faire du bien à nos fragiles populations. Ajouté à cela que seuls quelques piégeurs vous pouvoir officier, là aussi munis de dérogations.

A moins que, comme dans tout malheur, il en ressorte des surprises inattendues… Peut-être que le confinement de millions et de millions d’individus réduits à contempler la nature depuis leur fenêtre va offrir une tranquillité à la faune qu’elle n’avait plus connu depuis des décennies, et qu’avec un peu de chance et un printemps favorable, cela serait comme une cure de jouvence pour nos chers et tendres perdrix et lièvres. Une sorte de renaissance.

Nous allons vite être fixés en tout cas. D’ici là, Chasse Passion vous souhaite beaucoup de courage et nous continuerons à vous apporter au quotidien votre « dose » de chasse pour que le confinement passe un tout petit peu plus vite !

Prenez soin de vous.

 

Depuis presque 20 ans au service de la chasse et des chasseurs sur Internet. Traiter l’actualité cynégétique au quotidien, informer les chasseurs des nouveautés, vous offrir les meilleurs contenus chasse (vidéos de chasse, photos).

4 Commentaires

  1. qui vivimus, videbis , qui vivra verra . Plus de tranquillité, temps sec : égale réussite des mises bas et des couvées mais aussi on verra la différence entre agrainage de dissuasion et nourrissage . Sure que le gibier va bouger. Cela est déjà constaté .

  2. Tu oublié la faune sauvage et gibiers quand a beaucoup chassé et exterminé dans quelques payés! C l’heure de la laisser se reposer cette année, j’espère que cette année sera une années blanche pour la chasse.

  3. Chez moi on a reçu un communiqué qui précise que l’agrainage dissuasif reste autorisé à condition bien sûr de la faire seul et en respectant toutes les conditions demandées pour ce type de déplacement.

  4. Je pense qu’une petite erreur s’est glissée dans l’article, en effet nous les prêteurs avons reçu l’ordre de détendre tout nos pièges.

Laisser un commentaire

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici