Dossier chasse Interview Interview exclusive: Aimy, l’ancienne AVA qui a passée son permis de chasse

Aimy est une jeune femme de 28 ans qui a découvert la chasse à travers les réseaux sociaux et le mouvement AVA. Rapidement enrôlée pour aller saboter les chasses à courre, Aimy à pourtant eu l’intelligence de dépasser les clivages mais surtout chercher à comprendre ce qu’elle combattait, enfin, croyait combattre.



De fils en aiguilles cette jeune femme de Picardie a alors découvert le monde de la chasse tel qu’il est vraiment. Elle a troqué son attirail d’AVA et son jet de citronnelle pour fausser la piste des chiens pour un beau permis de chasse tout neuf !

En exclusivité pour Chasse Passion, elle a bien voulu répondre à nos questions sur son cheminement et la réalité du monde d’AVA.

Aimy, Pourquoi as-tu adhéré au mouvement AVA ? 

Je ne connaissais pas du tout la chasse, et malheureusement les réseaux sociaux avec leurs « bad buzz » sur la chasse à courre m’en ont donné une mauvaise image. A force de voir des articles où l’on vous explique que le chasseur est un sadique vous finissez par croire que c’est la réalité.

Un jour, je suis tombée sur une publication AVA qui disait « rejoignez-nous » et je me suis dit « allez, j’y vais !


Comment procèdent-ils pour entraver les chasses à courre? 

Le fonctionnement AVA est assez basique : On se réparti en groupe en fonction du nombre que l’on est; en voiture, en vélo, à pied en fonction du terrain.

Les voitures servent à suivre la chasse (qui se déplace généralement assez vite et sur de grandes distances) à récupérer ceux qui sont à pieds, pour pouvoir les rapprocher de la meute,  du cerf ou des veneurs. Les vélos peuvent suivre plus rapidement qu’à pieds et plus librement que les voitures (routes barrées, chemins etc). Leur boulot consiste surtout à informer les autres des déplacement de la chasse en détail.

Quand les marcheurs sont bien placés, ils devront gêner les chiens dans leur progression, se mettre entre eux ou les chasseurs et le cerf.. bref jouer les super héros de la forêt.

Les petites astuces c’est d’utiliser directement les mots de vénerie. On t’apprend même à imiter l’intonation des veneurs pour donner les ordres aux chiens « arrêt » « hop » « sagement ».

Il y a aussi l’utilisation de citronnelle, qui est faite pour gêner l’odorat des chiens, on en met sur nos pantalons pour diffuser l’odeur, et parfois à des endroits stratégiques (bio pont par exemple).

Qu’est-ce qui t’a fait changer d’avis sur leurs méthodes et te tourner vers la chasse ? 

Il y a beaucoup de choses que je n’aimais pas dans les pratiques du groupe AVA.

Ils mentent sur ce qu’ils sont. Ils sont vicieux. Car finalement le plus important pour eux n’est pas de sauver le cerf, mais d’avoir du contenu vidéo pour buzzer sur internet.

On nous disait qu’il fallait avoir des images du cerf au moment de la mise à mort (presque plus qu’essayer de sauver sa vie finalement) le but est de choquer le public. Faire de la mise en scène. Pousser les chasseurs à bout pour qu’ils insultent, parfois même certains ava provoquent dans l’espoir de se faire frapper par un chasseur en étant filmé.

L’autre soucis c’est que les AVA ne veulent pas discuter avec les chasseurs. Ils refusent d’écouter même si les chasseurs peuvent donner de bonnes explications. Ils préfèrent rester dans leurs idées sans même être sûrs qu’ils ont raison.


Je ne connaissais pas la chasse donc je voulais quand même savoir comment cela fonctionnait du point de vue du chasseur.

Les chasseurs sont très ouverts quand il s’agit d’expliquer leur passion, il suffit de demander. Ils viennent vers les AVA pour échanger.

Ainsi j’ai eu l’occasion de leur demander des explications sur ce qui fait des bad buzz sur les réseaux sociaux par exemple.

Les réponses que les chasseurs m’ont données, m’ont prouvées que l’image que me donnait ava était fausse.

Comment es-tu ensuite rentrée dans le monde cynégétique? 

Ça a été tout un cheminement !

Après avoir accepté que l’image donnée par AVA n’était pas la vérité, j’ai été curieuse de savoir comment fonctionnait la chasse à courre.

On m’a alors expliqué les règles que je ne connaissais pas (AVA non plus d’ailleurs, malgré le temps qu’ils passent derrière les chasses à courre), j’ai alors découvert qu’au delà de l’acte de chasse, le chasseur doit connaître la nature, aussi bien l’environnement que le mode de vie des animaux. Leur façon de vivre, alimentation, habitudes en fonction des saisons. J’ai aussi découvert la passion du chien de chasse ! Les chasseurs vivent énormément pour leur chiens et leur accordent un grand respect.

J’ai découvert que les chasseurs sont passionnés par les animaux.

Ils les défendent finalement plus que les AVA ou la plupart des anti chasse. Ils sont soucieux de protéger les jeunes animaux qui se cachent dans les prairies ou les champs pendant les moissons, ils sont soucieux du nombre d’animaux qui tapent des voitures sur la route, ils se soucient de l’espace forestier qui est détruit pour des constructions de route/ zones industrielles etc) ce sont rarement des sujets que les anti chasse abordent.

Une belle contradiction pour les anti chasse !

Tu as finalement décidé de passer ton permis de chasse, pourquoi ? 

Au fur et à mesure de fréquenter des chasseurs, à écouter leurs conversations, j’ai découvert qu’être chasseur aujourd’hui c’était apprendre à s’intégrer au fonctionnement de la nature ! J’ai toujours été intéressée et par ce mode de vie, en harmonie avec la nature. A mes yeux aujourd’hui, chasser c’est avant tout être humble, c’est la nature qui dicte les règles du jeux et il faut s’y adapter.

Aujourd’hui, Je trouve également plus honnête d’être chasseur que de simplement acheter de la viande en supermarché

La plupart des gens n’ont plus conscience de ce qu’ils consomment

Je trouve que la chasse est un retour aux bases de la vie humaine.

Y a t il eu des points plus compliqués que d’autres concernant l’examen ? 

Le permis de chasser a été pour moi une très belle occasion d’apprendre à connaître et reconnaître un grand nombre d’espèces animales qui se trouve en France.

Ainsi que plusieurs lois sur la gestion des espaces naturelles.

Le plus compliqué a été l’utilisation des différentes armes. Je n’avais jamais touché un fusil ou une carabine avant. La découverte simultanée du fonctionnement de l’arme, gérer son poids, son recule, les différents chargements, montage et démontage… ça a été intense !

Y a t il un mode de chasser que tu aimerais découvrir ou pratiquer ? 

Je suis très curieuse de la chasse à l’arc! Une chasse si silencieuse ou le plus important est d’être discret.

J’ai d’ailleurs l’intention de faire la journée de formation obligatoire dans les mois à venir.

Depuis presque 20 ans au service de la chasse et des chasseurs sur Internet. Traiter l’actualité cynégétique au quotidien, informer les chasseurs des nouveautés, vous offrir les meilleurs contenus chasse (vidéos de chasse, photos).

8 Commentaires

  1. Encore une preuve évidente que ces soit-disant écolos ne connaissent rien au monde de la chasse. Ce qui les intéresse c est d être vu sur le net et de toucher les subventions
    Que font il pour l écologie rien. Personne pour planter des haies. Donner de l eau et de la nourriture aux animaux. Incapable de discuter avec les ruraux. C est plus facile de faire passer les chasseurs pour des assassins que d essayer de les comprendre mais pour comprendre il faut avoir un cerveau.

  2. je suis certain qu’un grand nombre d’anti chasse s’ils avaient l’occasion d’acompagné un chasseur (respectueu de l’étique )
    changerai d’avis sur notre passion
    il faut être honête il y a des comportement même à moi chasseur qui dérange

  3. Scoop: Selon les militants anti chasse cette personne serait épouse ou fille de chasseur, ils sont tellement persuadés de leurs évidentes valeurs morales supérieures qu’il leur est impossible d’imaginer une trajectoire idéologique de l’anti chasse vers la chasse (et je ne parle même pas de la vénerie).

Laisser un commentaire

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici