Dossier chasse Périscope Essai : une saison avec le point rouge Nikko Stirling Pro T5

Question point rouge on ne peut pas dire que le choix manque de nos jours. On dira même qu’il est difficile d’y voir clair (voir notre article sur 17 points rouges à la loupe).

Grand frère du point rouge Pro T4, ce Nikko Stirling Pro T5 nouvelle génération est ce qu’il y a de mieux chez Nikko Stirling. Nous avons eu la chance de pouvoir chasser avec pendant une saison complète et de le monter sur plusieurs armes, c’est donc un véritable essai complet que nous pouvons vous livrer.

UN POIDS PLUME

Revu au niveau du design et de la technologie il y a 2 ans, ce point rouge panoramique, c’est-à-dire avec un écran sur lequel est projeté le point, est parmi les plus légers du marché. 42g seulement (sans l’embase de fixation) c’est clairement parmi ce qui se fait de mieux. Il est a rangé dans la catégorie des Meopta Meosight, Holosun, Kte K1 ect. D’un faible encombrement le Pro T5 mesure 5.6 cm de long sur 2.8 cm de large et 3.3 cm de haut.

Il se fixe en quelques secondes sur un rail ou des embases de 21 mm grâce à sa platine qui fait le lien entre le point rouge et l’arme. A noter qu’il est possible d’adapter (c’est que nous avons fait !) ce point rouge sur les montages Blaser. Il suffit pour cela d’acheter les montage EAW spéciale Blaser pour point rouge Docter et une toute petit plaque adaptatrice qui vaut quelques dizaines d’euros chez la SIMAC et le tour est joué ! Vous voilà avec un point rouge amovible en quelques secondes.

Son réglage se fait par incrémentation de clique à l’aide d’une petite clé 6 pans vendue avec le point rouge. A l’inverse du Pro T4 il n’y a pas de blocage du réglage, les crans étant légers, il faudra être attentif lors de ce dernier. Sa pile CR2032 se loge dans un compartiment étanche que l’on ouvre en faisant levier avec un petit tournevis par exemple.

A l’EPREUVE DE LA CHASSE

Son châssis en aluminium est particulièrement résistant. Il est vrai que nous sommes soigneux, et dire que l’on a maltraité ce point rouge serait mentir, néanmoins à l’occasion de quelques traques et scènes de chasse mouvementées avec les chiens par exemple, nous ne l’avons pas ménagé et aucun soucis à déclarer de ce côté-là. A noter que le revêtement du point rouge est solide et ne se marque comme certains, idem pour ses lentilles.

La mise en route du point rouge se fait en appuyant sur l’une des 2 flèches permettant de régler l’intensité sur le côté gauche. Ces boutons souples recouverts de caoutchouc sont agréables au toucher et légèrement en relief. Ils s’actionnent facilement avec des gants l’hiver. Le réglage de la luminosité se fait sur 10 niveaux. Comme souvent les niveaux les plus intenses sont à proscrire sauf en cas de très forte luminosité, à l’inverse des niveaux faibles qui permettent d’utiliser le point rouge même tard. En effet, un point rouge trop lumineux éblouie et empêche de tirer. Quand on allume le point rouge il s’illumine automatiquement à la même intensité que l’utilisation précédente.

L’autre aspect essentiel d’un point rouge est… son point justement. Le point rouge est en 3 MOA, ce qui est fin. De nombreux points rouges sont en 4 MOA voir 5 MOA, ce qui est trop passé 50m. Très bien désigné et projeté, il ne « bave » pas sur l’écran.

Fin, avec une intensité ajustable facilement et précisément, le Nikko Stirling Pro T5 offre une expérience de tir très intéressante. Il permet d’acquérir une visée très rapide grâce également à son écran bien proportionné. Certains le trouveront un poil petit, d’autres comme nous, ne trouveront rien à redire. Le rapport champ de vision/poids/encombrement est excellent. A noter également que les lentilles sont traitées anti reflet, ce qui est pratique par temps de neige, bien que pas toujours flagrant. On le précise au cas où mais bien évidement le Pro T5 est sans parallaxe.

Autre atout dans la poche du Pro T5, son extinction automatique au bout de 3h. Bien pratique pour ne pas vider la pile, en revanche bien penser pendant une traque longue à mettre une petite impulsion sur une flèche pour maintenir « éveillé » le point rouge.

Le cache du pro T5 en caoutchouc protège bien le point rouge mais peut risquer de sauter si on ne l’enfonce pas correctement car il ne possède pas de petit « cran » de blocage. Dommage qu’il ne coupe pas également le point rouge quand on l’installe comme sur d’autres points rouges.

CONCLUSION

Le Nikko Stirling Pro T5 est un point rouge que nous avons utilisé avec plaisir. Très simple d’utilisation, il ne s’est jamais déréglé (heureusement !) de la saison. Nous avons changé la pile début août lorsque nous avons voulu faire un contrôle de tir de la pré-saison, elle aura donc duré un peu plus d’un an.

Il est souvent plus facile d’acquérir sa cible, notamment au saut de l’allée avec un point rouge panoramique que tubulaire, monté sur une carabine linéaire telle qu’une R8, cela devient une véritable machine. Jamais décevant, facile à manipuler en toute saison le Pro T5 est fiable, d’ailleurs ce n’est pas pour rien que Nikko garantit depuis peu tous ses optiques à vie.

En conclusion, ce point rouge est un sacré outil pour la chasse en battue. Le genre de produit que l’on aime bien, car il se monte et s’utilise facilement. Seul son prix de 540€ prix public conseillé pourrait venir en déranger certains, mais de nos jours il est rare de trouver un point rouge haut de gamme à moins de 500€. Certains frisent les 1000€  sans avoir plus d’atouts que le pro T5

 

Depuis presque 20 ans au service de la chasse et des chasseurs sur Internet. Traiter l’actualité cynégétique au quotidien, informer les chasseurs des nouveautés, vous offrir les meilleurs contenus chasse (vidéos de chasse, photos).

Laisser un commentaire

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici